Education musicale au collège  : choisir les chants

Établir un programme de chants pour les quatre niveaux de collège n'est pas une tâche aisée pour le professeur d'éducation musicale. Les adolescents se montrent souvent difficiles et parfois réticents à interpréter un répertoire qu'ils jugent éloigné de leurs goûts, de la «  culture jeune  » et des musiques diffusées par les stations de radios commerciales et les chaînes de télévision spécialisées dans la diffusion de clips dont ils constituent le public essentiel.

Toutefois, une fois passée la première désillusion lors de la découverte d'un chant imposé par leur professeur, petit à petit, les élèves finissent par se l'approprier et le chantent plus volontiers. Un travail de recréation, de détournement de paroles, un projet d'interprétation qui ne se limite pas à la restitution à l'unisson, la mise en place d'une polyphonie, d'un accompagnement par des instruments à la portée des élèves permettent également de diversifier les approches et de rendre moins contraignante l'activité de pratique vocale.

En ces temps où le relativisme culturel fait des ravages et où l'on met sur un pied d'égalité une chanson de rap et un air d'opéra, le tri n'est pas évident à faire.

Quelles sont les qualités musicales et textuelles à retenir lors de l'élaboration d'une programmation annuelle  ? Voici quelques pistes qui peuvent être retenues pour la chanson de variété (les chants extraits du répertoire lyrique, sacré ou folklorique sont moins concernés par les aspects évoqués ci-après) :



Les paroles

Le texte d'un chant adapté au cours d'éducation musicale en collège ne doit être ni infantilisant ni hermétique. Il doit permettre l'enrichissement du vocabulaire des élèves, toutes les disciplines participant à la maîtrise de la langue française. Il ne s'agit pas d'évacuer systématiquement les chants en langue étrangère qui peuvent trouver un intérêt en fonction de la question transversale dont la séquence fait l'objet ou dans le cadre d'un projet interdisciplinaire qui associe les professeurs de langues au professeur d'éducation musicale (événement musical, concert, section européenne etc.), mais le répertoire en français devrait, dans la mesure du possible, conserver la première place.

La vulgarité n'est pas de mise dans le répertoire du collège mais les chants teintés d'humour de bon ton peuvent être employés et sont appréciés des élèves. Afin d'éviter l'ennui engendré par l'uniformité, il est bien venu de diversifier les thèmes abordés dans les chansons (amour, nature, animaux, saisons, fête, humour, peines, contestation, musique...) et la forme des textes (couplets-refrain, forme strophique etc.).

Un point important à soulever  : la prosodie et le rythme de la phrase. Dans quantité de chants de variété actuels on constate des syncopes qui semblent involontaires et des décalages de mauvais goût, des syllabes fortes ou normalement accentuées à l'oral, des fins de phrases qui tombent sur des temps faibles une fois mis en musique. Le résultat est boiteux et le sens du texte en vient à être moins perceptible. Eduquer l'oreille par le chant, cela implique que le rythme des mots soit porté et servi par la musique.

Lors de l'apprentissage et lors de l'interprétation, le professeur doit être vigilant aux liaisons et à l'articulation. Un bon chant n'est pas forcément celui dont le texte coule sans difficulté. Des allitérations ou assonances, des onomatopées enchaînées peuvent faire l'objet d'un travail de diction formateur.

Le répertoire récent ne tient plus guère compte des «  e  » muets. Lorsque les élèves apprennent un chant plus ancien, leur esprit et leur oreille n'y sont pas habitués et il convient d'attirer leur attention sur ce point. En effet, il y a une note qui correspond à la syllabe du «  e  » muet et ne pas la chanter revient à ne pas respecter le texte musical et conduit à une rupture de la mesure et des décalages entre élèves, le résultat sonore n'étant de ce fait plus homogène.

Au moment de l'apprentissage du chant, il est parfois souhaitable que les élèves ne disposent pas du texte afin de faire travailler leur oreille et leur mémoire. Dans ce cas, des paroles trop complexes détournent l'attention de l'essentiel et sont contre-productives.



Mélodie et harmonie

La pratique doit permettre d'étendre les possibilités vocales des élèves. Sans aller jusqu'à choisir un chant dont l'ambitus ne serait pas accessible à des voix d'adolescents, une mélodie qui tourne sur trois notes conjointes tassées dans le grave présente peu d'intérêt et peut même être nuisible au développement vocal. Il est parfois utile de transposer la tonalité originelle d'un chant pour pouvoir le faire interpréter par des voix d'adolescents. Beaucoup de chansons actuelles sont adaptées à un type de voix, celle du chanteur ou de la chanteuse pour qui elles ont été écrites et, en dépit de leurs qualités musicales, ne sont, pour certaines, pas accessibles aux élèves, même transposées. Il va sans dire que le chant doit avant tout être adapté à la voix du professeur qui est le premier modèle pour les élèves  !

Une bonne mélodie sous-entend un rythme harmonique logique et régulier, des modulations aux tons relatif et voisins, une cohérence qui permet un accompagnement par le piano ou tout autre instrument polyphonique qui soit en mesure de soutenir et guider les chanteurs. Un arrangement en vue d'ajouter des percussions ou des instruments monodiques est toujours possible.

Une mélodie de qualité devrait en théorie pouvoir se passer d'accompagnement. Si l'apprentissage a cappella, en dépit d'un travail en «  parler-rythmé  », est difficile à mettre en place, que l'accompagnement devient une béquille nécessaire qui supplée à l'anarchie ou la pauvreté mélodique, il y a fort à parier que le chant n'est pas de première qualité.

En dépit des progrès techniques, de la dictature numérique ambiante et d'une illusoire richesse de timbres, les accompagnements play-back ne sont souvent qu'un pis-aller peu compatible avec certains choix d'interprétation (respirations, note tenue, moment de silence etc.) et même un professeur qui estime avoir une technique pianistique modeste vaudra toujours mieux que ce type d'accompagnement synthétique et artificiel et, d'une certaine manière, cause de stress pour les chanteurs obligés d'intégrer un paramètre supplémentaire qui ne les attendra pas s'ils ont le malheur de ne pas respecter mécaniquement la pulsation. Quelques accords sobres bien placés suffisent souvent à donner une assise au chant et rassurent les élèves.

Les intervalles mélodiques compliqués constituent l'occasion d'un travail de détail fructueux. La diversité passe aussi par le genre et la forme de la musique interprétée (canon, forme rondo, danse, unisson, polyphonie, mise en valeur d'un soliste, alternance de groupes, tutti...).

Comme une mise en voix est recommandée à chaque séance, certains passages mélodiques peuvent faire l'objet de répétitions lors de l'échauffement (après décontraction et vocalises, bien entendu).

L'analyse préalable des textes et des musiques est incontournable pour le professeur dans son travail de sélection. Une fois qu'un certain nombre de gages de qualité ont fait retenir un chant, une réflexion doit bien sûr intervenir dans un second temps sur le type d'interprétation possible, les manipulations du texte et des paramètres sonores, une création à partir de l'oeuvre originale

Olivier Geoffroy (déc. 2013)




Sélection de chants en français pour le collège et le lycée

Voici une liste indicative de chants éprouvés qui présentent des qualités textuelles, prosodiques, musicales qui les rendent exploitables sans crainte par les professeurs d'éducation musicale en collège et en lycée. De nombreuses chansons françaises traditionnelles - pour ne pas dire la quasi-totalité d'entre elles -, chants de Noël, chants des régions, chants de marins etc., possèdent ces qualités, aussi n'en est-il pas fait mention ici. On a préféré se concentrer sur le répertoire dit « de variété »... mais de « bonne variété ». Il convient d'adapter le choix en fonction de l'âge et du niveau des élèves concernés :

 
Amitié

- Les copains d'abord (G. Brassens)

Amour

- La maladie d'amour (M. Sardou, J. Revaux)
- Le parapluie (G. Brassens)
- Boum (C. Trenet)
- La chasse aux papillons (G. Brassens)
- Mon amant de Saint-Jean (L. Agel, E. Carrara)
- Hymne à l'amour (E. Piaf, M. Monnot)
- La vie en rose (E. Piaf, Louiguy)
- Quand on n'a que l'amour (J. Brel)
- Le soleil a rendez-vous avec la lune (C. Trenet)
- Les moulins de mon coeur (M. Legrand)


Chanson

- Je chante (C. Trenet)
- Chante la vie, chante (M. Fugain)
- Chanter (C. Lemesle, J. Revaux, J.-P. Bourtayre)


Danse

- La foule (M. Rivgauche, A. Cabral)
- La tarentelle (Y. Duteil)
- La valse à mille temps (J. Brel)


Enfance

- Prendre un enfant par la main (Y. Duteil)
- Ca fait pleurer le bon Dieu (E. Roda-Gil, J. Clerc)


Exotisme

- Adieu foulards (traditionnel martiniquais)


Femme

- Frou-Frou (H. Monreal, H. Blondeau, H. Chateau)


Films

- Vois sur ton chemin, Les Choristes (B. Coulais)
- Cerf-volant, Les Choristes (B. Coulais)
- Caresse sur l'océan, Les Choristes (B. Coulais)


France

- Douce France (C. Trenet)
- La langue de chez nous (Y. Duteil)


Histoire


- La princesse et le troubadour (P. Delanoë, H. Aufray, M. Fugain)
- Sacré Charlemagne (R. Gall, G. Liferman)

Humour

- Je cherche fortune (traditionnel)
- L'homme de Cro-Magnon (traditionnel)
- Le pendu de Saint-Germain (M. Mac-Nab, C. Baron)
- Félicie aussi (A. Willemetz, C.-L. Pothier, C. Oberfeld)
- Ignace (J. Manse, R. Dumas)
- Papa n'a pas voulu (Mireille, J. Nohain)
- Tout va très bien, madame la marquise (P. Misraki, H. Laverne)
- Débit de l'eau, débit de lait (C. Trenet)
- Au lycée Papillon (Georgius, Juel)
- Aragon et Castille (B. Lapointe)

Joie

- La ballade des gens heureux (G. Lenorman)
- Y a de la joie (C. Trenet)


Mal de vivre


- La mauvaise réputation (G. Brassens)


Musique

- Le petit joueur de flûteau (G. Brassens)
- Le jazz et la java (D. Brubeck, C. Nougaro)
- La petite fugue (M. Le Forestier)


Nature

- Le jardin extraordinaire (C. Trenet)
- Deux ou trois libellules (Y. Duteil)


Negro-spiritual / gospel

- Oh happy day
- Nobody knows the trouble I've seen
- He's got the whole world in his hands
- Go, tell it on the mountain
- Go down, Moses
- When the saints go marching in


Nostalgie

- Le galérien (M. Druon, L. Polnareff)
- Bruxelles (J. Brel)
- San-Francisco (M. Le Forestier)
- Je reviens chez nous (J.-P. Ferland)
- Chez Laurette (M. Delpech, R. Vincent)
- Et maintenant (P. Delanoë, G. Becaud)


Poésie

- La lune est morte (J. Mareuil, G. Liferman)


Questions existentielles, temps qui passe

- Fais comme l'oiseau (M. Fugain)
- Je n'aurai pas le temps (M. Fugain)
- Ce n'est rien (E. Roda-Gil, J. Clerc)
- Le temps de ma chanson (P. Delanoë, M. Fugain)


Voyage

- Emmenez-moi (C. Aznavour)
- L'Amérique (A. Ketelbey, J. Christie, J. Dassin)
- Belle-Ile-en Mer (A. Souchon, L. Voulzy)

Répertoire classique

- Oiseaux, si tous les ans (W.-A. Mozart)
- La nuit (J.-P. Rameau)

Répertoire ancien

- Pavane (Belle qui tiens ma vie) (Thoinot Arbeau)
- Tourdion (Attaignant)
- Tant que vivray (C. de Sermisy)
- Margot, labourez les vignes (J. Arcadelt)
- La, la, la (P. Certon)

Olivier Geoffroy
(avril 2015)



 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter