Quelques « orgues de série » français du XXe siècle

 

 

 

Si au cours du siècle précédent, les orgues de série voient leur apparition (Daublaine, Cavaillé-Coll – Aristide, Gabriel et Vincent – avec leurs différents modèles « d'orgues d'accompagnement », Merklin, abbé Emile Clergeau, Debierre et ses polyphones etc.), c'est durant le XXème que ce type d'instruments se développera, notamment pour rééquiper les paroisses après les destructions d'édifices pendant les deux conflits mondiaux. Les entreprises françaises n'étaient pas les seules à employer le principe des emprunts et des jeux en extension, ainsi en allait-il, par exemple, de la maisons belges Delmotte ou Schyven.

 

A l'origine conçus pour équiper les chœurs des églises importantes, les orgues de série (avec un nombre de jeux défini et un procédé « industriel » de fabrication) étaient mécaniques.

 

L'emploi de l'électricité dans les transmissions permit ensuite la généralisation des emprunts de jeu d'un clavier au pédalier mais aussi entre claviers ainsi que les extensions. Mais la traction mécanique retrouva les faveurs des facteurs après la Seconde Guerre mondiale et équipa à ce moment certains orgues de série. Ces instruments servirent aussi d'orgues d'étude pour les organistes.

 

L'idée était séduisante pour acquérir à moindre coût un véritable orgue à tuyaux. Mais il faut reconnaître aussi que ces instruments avaient certains défauts, surtout lorsque les extensions se multipliaient à l'infini (« trous » dans la polyphonie, timbres ternes, fragilité, usure prématurée des transmissions, entretien délicat...).

 

 

Henri Didier

 

Le facteur spinalien a honoré un certain nombre de commandes d'orgues que l'on pourrait qualifier « de série » (mécaniques). Composition type :

 

Clavier manuel (56 notes) : Principal 8', bourdon 8', unda-maris 8', prestant 4', basson 8'.

Pédale (entre 25 et 30 notes) : en tirasse.

 

 

Jacquot-Lavergne, puis Danion-Gonzalez à partir de 1962

 

Cette manufacture vosgienne proposait deux types d'orgues de série dotés d'une transmission électro-pneumatique. René Lavergne (1900-1975) avait appris le dispositif des « sommiers unit » chez Convers qui, après son rachat de la maison Mutin-Cavaillé-Coll, en appliquait le principe à certains de ses instruments à la fin des années 1920. Le procédé venait d'Angleterre.

 

Unit-Major (2 jeux en extensions au GO et 4 jeux en extensions au récit, jeux de pédale empruntés) :

 

Grand-orgue expressif (61 notes) : Bourdon 16', montre 8', tibia clausa 8', prestant 4', flûte douce 4', quinte tempérée 2 2/3', flautino 2'.

Récit expressif (61 notes) : Dulciane 16', flûte harmonique 8', gambe 8', voix céleste 8', flûte octaviante 4', fugara 4', basson 8' (variante : trompette 8').

Pédalier (32 notes) : Soubasse 16', basse 8', flûte 4', basson 8' (ou trompette).

Acc. II/I, tir. I et II, trémolo II, appel basson, combinaisons fixes (et ajustables dans certains modèles).

 

 

Unit-Baby (2 séries de jeux) :

 

Grand-orgue (61 notes) : Bourdon 16', montre 8', bourdon 8', prestant 4', flûte douce 4', doublette 2', larigot 1 1/3'.

Récit (61 notes) : Bourdon 8', prestant 4', flûte douce 4', doublette 2', flautino 2', nzard 2 2/3', tierce 1 3/5', piccolo 1'.

Pédale (32 notes) : Bourdon 16', bourdon 8', prestant 4', flûte douce 4', nazard 2 2/3', doublette 2', flautino 2'.

Pas de tirasse ni d'accouplement.

 

La première octave du bourdon 16' était acoustique mais l'entreprise pouvait sur demande ajouter une première octave réelle.

 

 

Orgues de série mécaniques :

 

La Manufacture de Rambervillers fabriquait également des orgues mécaniques dont un certain nombre ont été posés dans des salons de particuliers ou des conservatoires.

 

Modèle 5 jeux :

 

Grand-orgue (56 notes) : Flûte à fuseaux 8', prestant 4', plein-jeu II rgs.

Récit expressif (56 notes) : Quintaton 8', doublette 2'.

Pédale (32 notes) : en tirasses.

 

A ce modèle de base pouvaient s'adjoindre une soubasse 16' au pédalier (seule ou en extensions 8' et 4'), un cromorne 8' au récit, une flûte 4' etc.

 

 

  
Joachim Havard de la Montagne en 1995 devant son orgue Gonzalez "Unit-Baby",
2 jeux réels, 26 registres, 177 tuyaux
( coll. DHM ) DR.
   Orgue Gonzalez mécanique, 5 jeux
( coll. DHM )

Modèle de 13 jeux :

 

Grand-orgue (56 notes) : Flûte à fuseaux 8', prestant 4', doublette 2, plein-jeu III rgs, trompette 8'

Récit expressif (56 notes) : Quintaton (ou bourdon) 8', principal 4', quarte 2', tierce 1 3/5', cymbale II rgs.

Pédale (32 notes) : Soubasse 16', basse 8', flûte 4'.

Acc II/I, tir. I et II.

 

(Modèle de 15 jeux plus rare avec cromorne 8' au grand-orgue, nazard 2 2/3 ' et trompette 8' en plus au récit).

 

 

Max Roethinger

 

Ce facteur alsacien, fils d'Edmond-Alexandre a construit plusieurs instruments mécaniques de série. Composition type :

 

Grand-orgue (56 notes) : Flûte conique 8', montre 4', plein-jeu III rgs.

Positif (56 notes) : Bourdon 8', flûte à cheminée 4', doublette 2'.

Pédale (30 notes) : Soubasse 16'.

Acc. II/I, tir. I et II.

 

Selon les instruments, la mixture et la doublette étaient placées sur l'un ou l'autre clavier. La transmission était parfois électrique, même dans des orgues de faibles dimensions comme ceux-ci.

 

Pour être complet, signalons que la manufacture Ruche utilisait le principe des jeux en extensions dans des instruments de série à la composition presque identique à celle des « unit-major » de Jacquot-Lavergne. Maurice, le dernier représentant de la dynastie Puget en usait également. Enfin, Michel-Merklin-et-Kühn proposait aussi de petits orgues de série mécaniques, pneumatiques ou électriques, tout comme Jean Bourgarel.

 

Certaines manufactures d'orgues continuent de proposer actuellement des orgues de série ou originaux avec emprunts, jeux baladeurs ou des instruments avec registres en extension (notamment Quoirin, Cattiaux ou, au Québec, la maison Casavant).

Olivier Geoffroy

(décembre 2018)



Orgues unit-major électro-pneumatiques
de Jacquot-Lavergne – Gonzalez (entre 1935 et 1981)

 

ABBEVILLE, collégiale Saint-Vulfran

AJACCIO

AMBATONAKANGA

AMIENS, église Sainte-Jeanne-d’Arc

AUNAY-SUR-ODON, église, orgue de choeur

BARENTIN

BASTIA, église Notre-Dame-de-Lourdes

BESANÇON, église Sainte-Jeanne-d’Arc

BOIS-GUILLAUME

CAEN, église Saint-Étienne

CAEN, église Saint-Julien

CHALINDREY, église Saint-Gengoulf

CHARMOIS-L'ORGUEILLEUX, église Saint-Léger

CHATEAUDUN

CHÂTEL-SUR-MOSELLE, orgue provisoire

CHATILLON, église Saint-Patrick

DIJON, conservatoire

GIRMONT, église de la Nativité de la Vierge

GRENOBLE, Salon Dietz Pierre 1967

LABAROCHE

LAMBERSART

LAVASINA, église de la Nativité

LE-MESNIL-ESNARD, église Saint-Jean-Bosco

LE-SYNDICAT, église Saint-Clair

LISIEUX, église Saint-Jacques

LYON, M. Brossette, orgue Unit-Major spécial, et M. Grange, orgue de série Unit-Major

MAHAMASINA

MARCHIENNE-AU-PONT, église Sainte-Bernadette

MENDE, Couvent de la Visitation

MONTAGNE DU NORD

NANCY, église Sainte-Thérèse, orgue provisoire

NANCY, conservatoire

PARIS, église Saint-Laurent

PARIS, église arménienne

PARIS, église Saint-Laurent, (orgue de choeur, ancien orgue de salon)

RABAT

ROSIERES

ROUCEUX (NEUFCHATEAU), église Saint-Martin

ROUEN, Odile Pierre

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE, église abbatiale Saint-Georges

SIDI-SLIMANE

VERDUN, cathédrale, orgue de choeur

VERDUN, église Saint-Jean-Baptiste

VESOUL, lycée Jérôme

VILLEMEUX-SUR-EURE, église Saint-Maurice

VILLENEUVE-LE-ROI, église Saint-Pierre-et-Saint-Charles

VILLE-SUR-ILLON, église Saint-Sulpice

 

 

Orgues unit-junior ou unit-baby électro-pneumatiques
de Jacquot-Lavergne – Gonzalez (entre 1935 et 1981)

 

ALBERT, basilique Notre-Dame-de-Brebières, orgue de choeur

AMPUS, Paroisse EX2 v.1970

ANTHY-SUR-LEMAN, Alain Pernier

APTE, Salon EX2 1978

ANTIBES, Mme Balazuc

ARCUEIL Salon Mascrier E2

ARGENTEUIL, orgue de salon Elisabeth et Joachim Havard de la Montagne EX2

BIARRITZ, Salon Mme Soma EX2 1969

BORDEAUX, Mlle Roberts

BORDEAUX, Salon Rivière EX2 1973

BOURG DE THIZY, Paroisse EX2 1969

BOURG LA REINE, Salon Romand EX4       

BRUXELLES, Salon Jean-Claude Quint EX3 1970

CAEN, Jean Cau

CAEN, Salon Michelin EX2 1965

CHANTILLY, Paroisse Av. M. Amélie EX2 1970

CHARTRES, Sœurs Bonsecours EX2 1967

CHALELLERAULT, Salon EX2

DOUAI, Singer

ÉPINAL, docteur Rothan EX 2 (puis abbé Armand Ory) v. 1942

EPINAL, École de musique E2 1980

ERIDEUIL

FALAISE, église de la Sainte-Trinité

FALAISE, église Saint-Gervais

FLERS, Salon Lemoine EX2 1974

FONTENAY AUX ROSES, Salon Pelcé EX5 1972

HENNEBONT, Salon Carpentier EX2 1976

ISSOUDUN, Pères du Sacré-Coeur (puis petit séminaire de Marseille, Centre “Le Mistral”) EX2

LA CELLE-SAINT-CLOUD, E4 1976

LA VARENNE-SAINT-MAUR, Salon Moutarde E2 1976

LE CHESNAY, Salon Trocmé + E2 1974

LE MANS, Salon Rouxel E2 v.1969

LE PLESSIS ROBINSON, Sainte-Monique EX2 (Ancien instrument de Régis Singer de Bourg la Reine)

LES ROCHES DE CONDRIEU, St Nicolas EX2 1966

LE TOUQUET, Salon Jean Cau + EX2 1969

LIMOGES, Temple EX2 1969

LISIEUX, Carmel EX2 1969

LISIEUX, École des Clercs EX2

LISIEUX, M. Saby

LODEVE

LUCE, Paroisse. EX2 1982

LUCHE PRINGE, EX2 1963

LYON, M. Grange

LYON, Dr Tourgis

MAISON-LAFITTE, Salon Philippe Mesnier EX2 1983

MAREUIL-SUR-AY

MAREIL-SUR-MAULDRE, EX2

MERIGNAC, Salon Dufour EX2 1975

MEZIERES, Salon Jean-Jacques Grünenwald EX2 1966

MONTPELLIER, Salon Roucairol + E2 1973

MONT-SAINT-AIGNAN, Salon N. Noël 1976 EX2

NANCY, conservatoire

NANCY, docteur Courgis

NANTES, Sainte-Elisabeth EX2 + 2

NEVERS, cathédrale

NICE, Salon Drocourt + EX2 1974

NOTRE-DAME DE BONDEVILLE, Salon Duboc EX2 1968

OUROUX-SUR-SAONES, EX2 v.1950

PARIS, Notre-Dame de Fatima EX2 1985

PARIS, CNSM (studio 44) EX3 1973

PARIS, Conservatoire XIII EX2 1984

PARIS, Salon Dr Guerre EX4  1969

PARIS, Salon Mons + EX3

PARIS, École des télécommunications EX2 1977

PARIS, Salon Ficini + E2 1977

PARIS, M. Lebel

PLOUDALMEZEAU, Salon Le Gentil EX2 1974

REMIREMONT, M. Fève

REMIREMONT, Abbatiale OC EX2

ROUBAIX, institution La Sagesse

ROUEN, Mlle Duthoit

ROUEN, Maîtrise Cathédrale E2

RUEIL MALMAISON, Salon Ph. Decourt EX2 1990

SAINT-FERGEAU, Salon Mr Rodot EX2

SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE, Salon Dejust EX2 1972

SAINT-GERMAIN-DU-CRIOULT

SAINT-LAURENT, EX2

SAINT-MARCEL, EX2 1968

SAINT-MARTIN-DU-VIVIER, Salon Levasseur EX2 1968

SAINT-MAUR, C N R (Duparc) E2 1975

SAINT-MICHEL-SUR-ORGE, Salon Guy Miaille EX2 1975

SAINT-REMY-L’HONORE, E2 1978

SAUJON, M. Déjuste

SOLESMES, Abbaye Ste Cécile EX2 1977

SCEAUX

TARBES, Salon E2 1974

VALBONNE, Salon Balazuc + EX2 1973

VERRIERES, Salon Colonna E2 1977

VESOUL, Collège Gérôme EX2 v.1960

VESOUL, Salon M. Loth EX2

VILLEJUIF, Dr Barthel

VILLEPINTE, M. Corselis

YOSHIDE (Japon)

 

Orgues de série mécaniques 5, 8, 13, 15 jeux
(ou autre aménagement) de Gonzalez

 

ACAY, Abbaye M8 1976

ACEY, Abbaye M9 1977

AMIENS, Salon Durand M8 (anc M. Nasse)

AMIENS, Cathédrale Chapelle M5 1973

ANGERS, Salon Chipot M5 1972

ARC-EN-BARROIS, M13 1975

ARC-ET-SENANS, M13 1974

AUTET, St Pierre et St Paul M5 1958

BEAUCAM-LE-VIEUX, M5 1960

BEAUMONT, Saint-Jean-Marie Vianney M5 1970

BERTHEN, Paroisse M5

BESANCON, Maison des frères M8 1958

BESANCON, Salon Abbé Monin M13 1974

BESANCON, Salon Féga M8 1965

BESANCON, Académie d’orgue M5

BETHUNE, Notre-Dame du Perroy M8 1958

BIARRITZ, Salon André Marchal M5

BOESCHEPE,Salon Dumez M5 1977

BOULOGNE-SUR-MER, Saint Patrick M5

BREST, Salon Malo Gervais M5

BRU, Saint-Jean-Baptiste M9 1979

CAEN, Salon Fouilleul M8 1968

CALAIS, Saint-Pierre OC M6 1978

CESSON SEVIGNE, Lycée Technique M6 1971

CHAMBOURCY, Salon Cheneau M5 1974

CHATEAUDUN, Sacré-Cœur M13 1977

CLERMONT-FERRAND, Salon Burlurut M5 1969

DAMPIERRE-SUR-SALON, Paroisse M5 1974

DIJON, Salon Maurice Clerc M5 v.1965

ECHENOZ, M8 1976

ESSEY-LES-NANCY, Maison de retraite du Bas-Château M13

FERDRUPT, Saint-Vincent de Paul M6 1969

FONTAINEBLEAU, Temple M8 1975

GAGNY, St Germain M5 1972

GOUESNACH, M8 1964

JOUGNE, M8

JURANCON, Notre-Dame du Pont M13

LAGNY, Collège Saint-Laurent M8 1958

LA ROCHELLE, Salon Moreau M5 1974

LA SAUSSAYE, Château Jean-Jacques Grünenwald M13 1975

LE CELLIER, Saint-Martin M13 1972

LE PECQ, Salon Suzane Landale M8 1964

LES FOURGS, Paroisse M8 1980

LIMOGES, Sainte-Valérie M5 1960

LIMOGES, Petit séminaire M8 1964

LONGCHAMP, Paroisse M8

LOUVECIENNES, Salon Cavassilas M5 1965 Odile Pierre

LUXEUIL, Petit séminaire M8 1967

MARCHAUX, Saint-Martin M8 v.1975 

MARSEILLE, Salon Bernard Teulon M5

MILLY-LA-FORET, M5 1963

MONACO, Saint-Martin M13 1977

MONTIGNY, M5 1971

MONTPELLIER, anc. à Notre-Dame de la Salette M8 1969

MOUY, Salon Lanchy M5 1969

NANCY, CNRM13 1971

NANCY, CNR M5 1974

NEUILLY, Cours Marymout M5 1961

NICE, Abbé Eple M13 1978

NORDAUSQUES, Salon Storme M17 1973

NOUMEA, Notre-Dame du Vœu M15 1982

ONCY-SUR-ECOLE, M8 1966

ORGEVAL, Salon Richard M8 1974

PARIS, Notre-Dame des Champs M8

PARIS, Église Baptiste M8

PARIS, Salon Dubost M5       

PARIS, Saint-Sulpice crypte M8

PARIS, Salon Y Schwartz M8 1966

PARIS, Sainte-Odile M5

PARIS, Salon Daniel Roth M5 1968

PARIS, Pierre Spiers+ M81970

PARIS, Salon Lebel M8 1971

PARIS, Salon de Salverte M5 1968

PARIS, CNSM (Couperin) M6 1974

PARIS, Conservatoire Vème arr. M6 1976

PARIS, Notre-Damr de la Salette M13 1974

PARIS, Salon Odile Pierre

PAU, Notre-Dame de Lourdes M13

PAU, Salon Laporte M8 1969

PENCRAN, M8 1956

PERPIGNAN, Conservatoire M8 1982

PETITE-SYNTHE Saint-Antoine M8 1988

PITHIVIERS, Salon Barthel M17 1972

POISSY, Temple M13 1971

POIX-DE-PICARDIE, M5 1970

ROUEN Conservatoire M8 1968

SAINGHIN-EN-MELANTOIS, M13 1973

SAINT-DIE, Salon Dr Gauthier M8

SAINT-FIRMIN, Salon M. Lanchy M5

SAINT-LAURENT-SUR-SEVRE, M5 v.1960

SAINT-LO, Cathédrale OC M6

SAINT-MAUR, CNR (Schmitt) M5 1975

SAINT-MAUR, CNR M5 après 1978

SAINT-MAUR, Commandant Nasse M5

SAINT-NECTAIRE, M6 1977

SAINT-OMER, Salon Bouyer M9 1970

SAMOREAU, Salon A M Barat M8 1972

SEGRE, Salon Jouannet M13 1972

SOCX, Saint-Léger M5 1957

SURESNES, Eglise Luthérienne M8 1973

TAIZE, Réconciliation M13 1980

TALENCE, Salon M Carme M8 1958

VERSAILLES, Salon Louvel M8 1963

VERSAILLES, Salon Guelton M13 1971

VERSAILLES, CNR M5 1979

VITTEL, Saint Rémy M13 1985

 

 

 

Ces listes, non exhaustives, proviennent
des archives de Jean-Marc Cicchero, facteur d'orgue,
des archives Jacquot-Lavergne à Epinal,
complétées par des apports divers (O. Geoffroy, D. Havard de la Montagne...)

 

LEGENDE :

 

M5 = mécanique 5 jeux

M8 = mécanique 5 jeux manuels + 3 jeux ped

M13 = mécanique 10 jeux manuels + 3 jeux ped

EX = électrique avec boite expressive

E = électrique sans boite expressive (chiffre = nombre de séries)

date mentionnée = année de construction lorsqu’elle est connue

décembre 2018)

 

Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter