HENRI VEYSSEYRE
(1924 – 2000)



Henri Veysseyre
En 1975, à la console du grand orgue de Notre-Dame d'Auteuil.
(photo X..., orgue.auteuil.free.fr/veysseyre.html)


Organiste, pianiste de cabaret, compositeur, chef d’orchestre… Lorsqu’on parle d’Henri Veysseyre, c’est la figure d’un musicien complet que l’on évoque.

Dans une interview accordée à la revue paroissiale de l’église Notre-Dame d’Auteuil (Le Campanile, n° 162, février 1995) où il fut titulaire de l’orgue durant de nombreuses années, il fait un retour sur son parcours de formation musicale et sur ses différentes activités d’organiste liturgique et de musicien.

Né à Paris en 1924, il est à peine âgé de 13 ans lorsqu’il devient organiste de l’église Notre-Dame-de-Bercy (orgue Soltz, 12 jeux réels), sa paroisse, en dépit des doutes émis par le curé. Il avait auparavant étudié le piano auprès d’un professeur particulier. Il entreprend des études supérieures de lettres qui le conduisent à l’obtention d’une licence mais c’est dans le domaine de la musique que vont ses préférences et l’on peut dire qu’il a servi cet art avec un incomparable talent et de beaux succès. Après Notre-Dame-de-Bercy, il est organiste de Saint-Romain à Sèvres (1940-45), à Saint-Nicolas-du-Chardonnet de Paris (1945-49) et enfin maître de chapelle et organiste de l’orgue Cavaillé-Coll de Notre-Dame d’Auteuil (1950-1999), aux côtés de Paul Marcilly (1890-1982) jusqu’en 1963. Dans le domaine liturgique, il est l’auteur de nombreuses pièces pour orgue, messes, motets en français et en latin, cantiques (plus de 450, parmi lesquels le célèbre Venu en notre chair longtemps pris comme chant d’anamnèse dans toutes les paroisses francophones), dont les paroles sont souvent dues à Jean-Louis Barrois ou Gérard Devred. Il aime également diriger les chœurs paroissiaux notamment à Sainte-Odile (Paris, de 1970 à 1981). En témoignent plusieurs enregistrements. Beaucoup de chants liturgiques et de pièces vocales ont été éditées, ce qui n’est malheureusement pas (encore ?) le cas de sa musique pour orgue, pourtant d’une grande qualité.

Mais ses goûts éclectiques le portent aussi vers la musique profane. Chefs des chœurs de l’ORTF (1966-1969), pianiste du cabaret « Milord l’Arsouille » (sous le nom de François Marlhy), chef d’orchestre d’émissions de variétés, il arrange et enregistre avec son orchestre des danses traditionnelles enfantines, notamment, ainsi que des noëls régionaux traditionnels.

En 1979, il est victime d’un infarctus qui l’oblige à réduire le rythme effréné de ses activités mais il ne délaisse pas pour autant l’orgue de Notre-Dame d’Auteuil qu’il continue à tenir jusqu’en 1999, avant de céder la place à Frédéric Blanc, l’actuel titulaire. Il meurt en 2000.

Olivier Geoffroy

Notre-Dame d'Auteuil
Notre-Dame d'Auteuil, Paris XVIe, construite en 1877-1884 par l'architecte Vaudremer
(coll. O. Geoffroy)

Quelques œuvres instrumentales d’Henri Veysseyre :

- Choral pour orgue

- Vitrail, pour orgue
- Te Deum, pour orgue (1949)

- Toccata carillon (sur « Victimae paschali laudes »)

- Symphonie 2

- Fantaisie litanique

- Trois chorals

- Offertoire

- In Monte Oliveti

Quelques motets et chœurs religieux en latin :

- Laus Tibi, Christe
- Salve Regina
- Sanctus magna voce
- Ave Maria
- Credo quod redemptor
- Stabat Mater
- Messe « Consolatrix afflictorum »
- O sacrum convivium
- Messe « Jesu redemptor »


Composition de l’orgue Cavaillé-Coll-Gloton-Debierre (1884-85, 1937-38) de l’église Notre-Dame-d’Auteuil (XVIème arr.) :

Grand-Orgue (56 notes) : Montre 16’, bourdon 16’, montre 8’, bourdon 8’, flûte harmonique 8’, salicional 8’, prestant 4’, flûte douce 4’, doublette 2’, cornet V rgs, fourniture IV rangs, cymbale IV rangs, bombarde 16’, trompette 8’, clairon 4’.


Positif expressif (56 notes) : Principal 8’, bourdon 8’, flûte creuse 8’, flûte 4’, quinte 2 2/3, quarte 2’, tierce 1 3/5’, larigot 1 1/3’, fourniture IV rangs, cymbale IV rangs, trompette 8, cromorne 8’, clairon 4’.

Récit expressif (56 notes) : Quintaton 16’, cor de nuit 8’, flûte traversière 8’, gambe 8’, voix céleste 8’, flûte octaviante 4’, nasard 2 2/3’, octavin 2’, fourniture IV rangs, bombarde 16’, trompette harmonique 8’, basson-hautbois 8’, voix humaine 8’, clairon 4’.


Pédale (32 notes) : Soubasse 32’, flûte 16, soubasse 16’, principal 8’, flûte 8’, basse 8’, flûte 4’, fourniture IV rangs, bombarde 16’, trompette 8’, clairon 4’.


Tir. I, II et III, acc. II/I, III/I, III/II, trémolo III, appels et renvois anches, tutti, 6 combinaisons fixes, 8 combinaisons ajustables, annulateur. Transmissions électriques.
 

Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter