les compositeurs français de génériques de dessins animés


Durant les années 1970-1980 (nous préférons nous concentrer ici sur cette limite temporelle), les dessins animés ont envahi le petit écran. Productions japonaises, américaines ou françaises, leurs génériques d’ouverture et de conclusion étaient parfois exclusivement instrumentaux ou comportaient des paroles (traductions en français, rarement version originelle, ou composition complète sur le modèle musical de la production). Voyons ensemble quelques exemples parmi ceux qui ont été composés par des musiciens et paroliers français. On a parfois la surprise de constater que des grands noms de la musique se cachent parfois derrière des génériques qui ont marqué plus d’une génération de téléspectateurs. Sont cités ici les titres de dessins animés ainsi que ceux de certaines séries japonaises avec des acteurs humains à destination des enfants.

Pour écrire les paroles d’un générique de dessin animé, il est préférable d’en avoir regardé au moins plusieurs extraits afin de tirer de la matière pour son texte qui doit refléter la personnalité du héros, de son entourage et de ses actions. La musique, quant à elle, s’adaptera au caractère strophique des paroles, devra impulser de la vie au refrain, en faire un élément mémorisable facilement. Le genre sera, selon le type de dessin animé et de public visé, celui de la chanson enfantine, de la chanson populaire, celui de la variété, du jazz, du rock ou même parfois d’un style guère éloigné du cantique religieux (lorsqu’il s’agira d’exalter les vertus d’un personnage venu sur terre pour sauver l’humanité, par exemple).

Jean-Jacques Debout a composé plusieurs génériques de dessins animés. Parfois, l’interprète n’était autre que sa femme Chantal Goya. On peut mentionner les génériques de Capitaine Flam, Bouba, le petit ourson, Les Quatre Filles du Docteur March, Les Malheurs de Sophie, les génériques d’émissions pour enfants comme Amuse 3 et les paroles françaises pour Les Trois mousquetaires. Pour l’écriture des paroles, il collaborait notamment avec l’acteur Roger Dumas (1932-2016) ou Guido et Maurizio de Angelis.

A Robert Quibel (1930-2013) dit Bob Quibel, qui s’illustra comme chef d’orchestre des émissions dominicales de Jacques Martin, notamment L’Ecole des fans, on doit la musique du générique des dessins animés Sport Billy et Heckle et Jeckle.

Le dessin animé Albator, le corsaire de l’espace était introduit par un générique composé par Eric Charden (1942-2012) et Didier Barbelivien. Les deux complices ont également écrit le générique de la série pour enfants San Ku Kaï.

Interprétés par Elfie Astier, les génériques de Tom Sawyer ont été écrits par Jean-Pierre Calvet et « Gaston » Michel Cassez.

Le générique du dessin animé Belle et Sébastien est d’Eddy Marnay et Jean-Pierre Bourtayre.

En dehors d’Il était une fois l’homme qui reprend un extrait de la Toccata et fugue en ré mineur (BWV 565) de Jean-Sébastien Bach, les génériques de la série d’Albert Barillé Il était une fois (La vie, l’espace, les Amériques, les découvreurs, les explorateurs…) ont été composés par Michel Legrand.

A Jean-François Porry et Gérard Salesses on doit de nombreux génériques parmi lesquels Les maîtres de l’univers, Charlotte aux fraises, Dragon Ball, Professeur Slump, Bioman, Les Chevaliers du Zodiaque, Le collège fou fou fou, Lamu, Nicky Larson, Goldorak (« Goldorak, go » un des multiples génériques de ce dessin animé emblématique. Les paroles de l’un d’eux ont été écrites par Pierre Delanoë), Spielvan, Les Bisounours.

Le générique de Lady Oscar a été écrit par Paul Persavon (pseudonyme d’Antoine de Caunes) et Richard de Bordeaux. Richard de Bordeaux a également composé le générique de Bibifoc.

Jay Ferne et Michel Jourdan ont signé le générique des Snorky.

Interprété par Marie Dauphin, le générique de Clémentine est l’œuvre d’Antoine de Caunes (Paul Persavon) et Paul Koulak.

M. Lagardère a composé le générique de Boumbo (la petite automobile).

Charles Level et Jean Renard ont écrit le générique de Rémi, sans famille (adaptation de l’œuvre d’Hector Malot).

Le générique des Barbapapa a vu le jour grâce au talent de Ricet Barrier (qui, dans le dessin animé, double la voix de tous les personnages) et celui de Bernard Leloup.

Jean-Pierre Jaubert, Robin Mannix et Jean Lahcène ont créé celui de Gigi.

Ce sont les paroles et la musique de Christophe Izard et Roger Pouly qui introduisaient L’Île aux enfants avec le célèbre Casimir.

C’est la collaboration d’Olivier Massard, de Bernard Rissol, de Gilles Taurand et de Cyril de Turckheim qui a engendré le générique de Molierissimo.

Nina Wolmark et Vladimir Cosma ont écrit le générique des Mondes engloutis.

Une mention spéciale doit être accordée aux Schtroumpfs. En dehors de ses nombreux génériques, ce dessin animé a permis de donner une première initiation à la musique classique car différentes scènes dans chaque épisode étaient accompagnées d’extraits de « grande musique » adaptés à l’ambiance : Au Matin tiré de Peer Gynt d’E. Grieg, Gnomus et Tuileries des Tableaux d’une exposition de M. Moussorgski, Concerto pour piano et orchestre n°1 de F. Liszt, Symphonie inachevée n°8 de F. Schubert (thème de Gargamel), le troisième mouvement de la Sonate au clair de lune de L. van Beethoven, mais également d’autres extraits de plusieurs symphonies de Beethoven, de concertos de J.-S. Bach, La Symphonie fantastique de Berlioz, extraits de symphonies et opéras de W.-A. Mozart, d’œuvres de Prokofiev, Stravinsky, Rimsky-Korsakov, Tchaikovsky etc. !
(cf. https://en.wikipedia.org/wiki/The_Smurfs_(TV_series)#Use_of_classical_music)

Parmi les interprètes célèbres de génériques de dessins animés de cette période, on peut citer Michel Barouille, Eric Charden, Jean-Jacques Debout, Chantal Goya, Lionel Leroy, Thierry Le Luron Noam.

Olivier Geoffroy
(juin 2017)

 

Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter