ÉMILE GOUÉ
(1904 - 1946)

Émile Goué vers 1935
Émile Goué vers 1945
( coll. Bernard Goué )

Agrégé de physique, professeur de classes de mathématiques spéciales, Emile Goué, disparu prématurément à l’âge de 42 ans, était également un fin musicien qui fera dire de lui par Charles Koechlin1 : " C’est avant tout un sensible, un lyrique. Cependant il garde un constant besoin d’ordre : cartésien dont l’art ne s’abandonne pas à la fantaisie de l’improvisation… C’est infiniment sérieux, âpre souvent, étrange même, parfois assez austère, tragique aussi. Mais à l’occasion il atteint une réelle beauté… " Musicien injustement oublié, se réclamant de Bach, Beethoven et Vincent d’Indy, mais salué en son temps par René Dumesnil, Marcel Landowsky et Antoine Goléa qui reconnaissaient en lui " l’un des compositeurs les plus doués de notre pays ", son œuvre est actuellement redécouverte à l’occasion de son centenaire, notamment avec l’édition de plusieurs de ses œuvres par la maison Jonaphil2.

Émile Goué
Emile Goué en professeur
( coll. Bernard Goué )

Né le 13 juin 1904 à Châteauroux (Indre), au cœur de la Champagne Berrichonne, il n’est pas étonnant qu’Emile Goué se soit dirigé vers le professorat, tout comme d’ailleurs le feront plus tard ses quatre sœurs ! Son père, originaire de la région de Troyes (Aube), également prénommé Emile, qu’il eut la douleur de perdre à l’âge de 9 ans, était inspecteur de l’enseignement primaire et sa mère, Augustine Lebrun, directrice d’école. Lorsque celle-ci est nommée à la tête de l’Ecole normale de jeunes filles de Guéret (Creuse), la famille s’installe dans cette ville et le jeune Emile y fréquente le lycée. Il suit ensuite les siens à Toulouse au moment où sa mère est nommée directrice d’une autre Ecole normale et achève ses études générales par l’obtention des baccalauréats de mathématiques et de philosophie (1921). Il fréquente ensuite à la Faculté des sciences les cours d’Henri Bouasse (1866-1953), célèbre physicien spécialiste de la mécanique des fluides et acousticien renommé, dont les nombreux ouvrages sont encore recherchés de nos jours3. Licencié es sciences à 20 ans (mathématiques générales, chimie générale, calcul différentiel et intégral, puis physique générale et mécanique rationnelle), il effectue son service militaire à Poitiers puis à Saint-Cloud qu’il termine avec le grade de sous-lieutenant, puis rejoint en 1927 son premier poste d’enseignant au collège Mariette de Boulogne-sur-Mer, mais dès l’année suivante il est muté à Agen. C’est également l’époque (1929) où il est reçu deuxième sur 25 candidats admis (avec une moyenne de 14,04) à l’agrégation de Sciences physiques. Après un passage en classes de mathématiques spéciales où il enseigne la physique et la chimie aux Lycées Montaigne de Bordeaux (1930-35) et Buffon de Paris (1935-39), il est nommé en 1939 à Louis-le-Grand, l’un des plus prestigieux lycées parisiens, mais ne pourra rejoindre sa chaire de mathématiques spéciales que le 1er octobre 1945 à son retour de captivité.

Émile Goué à sa table de travail
Emile Goué à sa table de travail
( coll. Bernard Goué )

De formation scientifique, Emile Goué avait aussi un goût prononcé pour la musique. Contrairement à ce que d’aucun pourrait croire, ce n’était pas pour lui un simple divertissement de l’esprit, mais bien davantage, le langage même de son âme, l’expression de tout son être. Il a dit lui-même à ce propos : " Je prends toujours la musique très au sérieux, je hais l’ironie. Sans conviction, il me paraît impossible de faire grand ; cette conviction que l’artiste doit apporter à son travail n’est autre que la croyance en la nécessité de ce qu’il écrit. "

Dès son plus jeune âge, Emile Goué reçoit ainsi des leçons particulières de piano, puis entre au Conservatoire de Toulouse, à l’époque où cet établissement est dirigé par Aymé Kunc et la classe d’harmonie tenue par Georges Guiraud. Le 10 avril 1924, les élèves de cet établissement jouent en public l’une de ses toutes premières compositions, un Quatuor pour flûte, violon, violoncelle et piano (perdu). On lui connaissait cependant auparavant des pièces pour piano : Brindilles (1922-1924, inédit) et des mélodies : Barcarolle pour soprano, ténor et piano (1924, inédit), A quoi songeaient les deux cavaliers dans la forêt, sur des paroles de Victor Hugo, pour ténor et piano (1923/1925, inédit). L’année suivante, le 9 mars 1925, alors q’il est " directeur de la Société musicale des étudiants et élèves du Conservatoire " de Toulouse, on interprète d’autres compositions de son cru : une Ouverture et une Symphonie en sol mineur, dont les manuscrits sont perdus, tout comme d’ailleurs bon nombre de ses premières œuvres, Emile Goué les ayant détruites plus tard, les jugeant indignes de lui.

Prélude d'Émile Goué
Premières mesures de la partition Prélude, Aria et Final pour piano d'Emile Goué, éditée en 2000 par les Éditions Jonaphil
( l'aimable autorisation de Bernard Goué )

A son arrivée à Paris, Emile Goué reçoit les conseils d’Albert Roussel peu avant sa disparition en août 1937 et surtout devient l’un des élèves particuliers de Charles Koechlin. Le premier, qui avait étudié autrefois la composition et l’orchestration sous la direction de Vincent d’Indy à la Schola Cantorum, lui communiqua sa pudeur et sa discipline dans l’écriture musicale. Rester maître de sa musique, la construire patiemment, la penser dans son intégralité dans des formes classiques, sans renoncer pour autant à des sonorités nouvelles de son temps, voilà ce qu’Albert Roussel s’est efforcé de communiquer à Emile Goué. Quant à Charles Koechlin, ancien élève de Massenet, Fauré et Gédalge au Conservatoire de Paris, et dont on connaît le dévouement à la cause de la musique contemporaine française avec Ravel, Florent Schmitt, et plus tard aux côtés de Satie, Albert Roussel et Milhaud, il ne fait aucun doute qu’il a influencé la pensée esthétique d’Emile Goué. Son ami et disciple Philippe Gordien la résume parfaitement ainsi : " affirmation de la tonalité, estimé nécessaire au tempérament français, par tradition, mais tonalité élargie allant jusqu'à la polymodalité, d'apparence atonale, où subsiste latent, le sentiment d'une tonique, repère pour la sensibilité. Prédilection pour l'écriture contrapontique, dont les ressources infinies permettent une multitude de combinaison des thèmes. Formes classiques d'esprit, d'abord bithématique puis - par besoin d'unité, et, à l'exemple de Jean-Sébastien Bach - monothématique avec un seul thème générateur engendrant toute l’œuvre. "

Affiche manuscrite - 1943 - Oflag XB
Affiche manuscrite concert novembre 1943 à l'Oflag XB
( coll. Bernard Goué )

La maturité artistique d’Emile Goué a en réalité abouti lors d’une terrible épreuve : 5 années de captivité passées à l’Oflag XB à Nienburg-sur-Weser. Mobilisé en 1939 comme lieutenant d’artillerie, il est fait prisonnier en juin 1940 et n’est rapatrié qu’en mai 1945. De cette période noire, qui le marquera profondément et dont il ne pourra jamais se remettre, il écrit un jour : " Le plus dur, ce n’est pas d’avoir faim ; c’est de sentir son niveau spirituel s’abaisser. " Pour survivre, dès les premiers temps de captivité il se livre à l’enseignement au sein du camp. Non seulement il dispense des cours de physique aux prisonniers désireux de préparer leurs futurs examens, mais en outre il donne des leçons d’écriture musicale (harmonie, contrepoint, fugue), d’esthétique et d’histoire de la musique. Ses cours ainsi professés à l’Oflag XB seront publiés plus tard sous les titres de Cours d’esthétique musicale, 1943 (Paris, Les Amis d’Emile Goué, 1999, 123 p.) et Eléments fondamentaux d’écriture musicale (Paris, Les Amis d’Emile Goué, 2001, IX-198 p.). Il parvient aussi à monter, aidé de Philippe Gordien, un orchestre (50 exécutants), et une chorale composés de prisonniers, avec lesquels il donne une vingtaine de concerts au cours desquels sont notamment interprétées les Symphonies 3, 5, 7 et 9 de Beethoven, celles en mi bémol, ut majeur et sol mineur de Mozart, en ré mineur de Franck, et en sol mineur de Roussel…

Page autographe d'Emile Goué extraite de ses "Recherches propres à l'auteur", rédigées pour son "Cours d'esthétique musicale" professé en 1942 à l'Oflag XB
( coll. Bernard Goué )

Ces cinq années de captivité vécues dans un dénuement total, aussi bien moral que physique, n’ont pas ralenti l’activité artistique d’Emile Goué. Bien au contraire, c’est une intense période de création au cours de laquelle il va écrire une musique profondément humaine, parmi laquelle on relève un admirable Psaume CXXIII pour ténor, chœur d’hommes et orchestre (1940), interprété à Paris le 12 décembre 1942 par la Société des Concerts du Conservatoire, la Chorale Yvonne Gouverné et Georges Cathelat placés sous la direction de Jean Gitton4, dont on soulignera l’intense émotion qui s’en dégage, une Sonate pour piano et violon (1941) que Charles Koechlin trouvera d’" une réelle beauté ", une deuxième Symphonie avec violon principal (1943), créée en 1947 par la Radio Nationale et un Quintette pour 2 violons, alto, violoncelle et piano (1944), " émouvant et puissant, et si plein de vie intérieure ", joué l’année de sa composition à la Radio Nationale…

Revenu de captivité en mai 1945, il rejoint en octobre 1945 sa chaire de professeur de mathématiques spéciales à Louis-le-Grand, est nommé membre du jury de l’agrégation, mais un mal pernicieux contracté à l’Oflag XB l’oblige à se retirer au sanatorium universitaire installé dans l’ancien château de Neufmoutiers-en-Brie, où il succombe le 10 octobre 1946, à l’âge de 42 ans. Bien que très affaibli, il avait eu le temps de terminer un Troisième Quatuor à cordes (1945), considéré par d’aucun comme une œuvre fondamentale qui porte en elle " toute la théorie esthétique élaborée par le compositeur durant sa captivité, théorie fondée sur un retour au monothématisme comme élément générateur de l’œuvre entière " [Philippe Gonin, Lyon II], créé la même année au Triptyque de Pierre d’Arquennes, et de composer une Esquisse pour une inscription sur une stèle pour orchestre, œuvre ultime écrite l’année de sa mort, qui sera créée en 1947 par l’Orchestre philharmonique de Bordeaux.

Émile Goué
Émile Goué
( coll. Bernard Goué )

La disparition prématurée de ce musicien au brillant avenir qui s’efforçait de toujours donner à ses œuvres une signification humaine et dont les compositions révélaient des dons exceptionnels, sera vivement regrettée du monde musical. Vincent Gambaud dans Le Populaire (octobre 1946) soulignait qu’Emile Goué " était allé à la musique avec une foi et une abnégation totale ", René Dumesnil dans Le Monde (29 octobre 1946) écrivait : " Il laisse des œuvres qui, dans tous les genres, révèlent les dons les plus rares, et sa mort est une grande perte pour la musique française ", Marcel Landowski : " … Il faut que ces œuvres soient révélées au public, car c’est une véritable perte que la musique française vient de faire avec la disparition d’Emile Goué. " et Le Figaro du 2 novembre 1946 affirmait que " sa mort est une perte sensible pour la musique française. "

Emile Goué repose au cimetière de Guéret (Creuse), aux côtés de ses parents et de sa femme, née Yvonne Burg, épousée en 1927, qui lui donna trois enfants. L’un d’eux, Bernard s’occupe activement de préserver et de mieux faire connaître l’œuvre5 de son père à travers l’association " Les Amis d’Emile Goué "6 fondée en 1997.

Denis HAVARD DE LA MONTAGNE 7
____________

1) Contrepoints, déc. 1946. [ Retour ]

2) 13 passage des Semeurs, 93390 Clichy-sous-Bois. [ Retour ]

3) On doit notamment à Henri Bouasse, qui, rappelons-le eut quelques démêlés avec ses pairs qui n'appréciaient guère ses critiques publiques envers la Sorbonne dont il dénonçait l'académisme hégémonique, et envers les facultés de province dont il critiquait les faiblesses, un cours de physique d'une haute valeur, un cours de mécanique rationnelle et expérimentale, ainsi que les quarante-cinq volumes de la Bibliothèque scientifique à l'usage des ingénieurs et des physiciens parmi lesquels : Acoustique générale. Ondes aériennes (Paris, Delagrave, 1926), Acoustique. Cordes et membranes. Instruments de musique à cordes et à membranes (Paris, Delagrave, 1926), Instruments à vent (Paris, Delagrave, 1929), Tuyaux et Résonateurs. Introduction à l'étude des instruments à vent (Paris, Delagrave, 1929)... N'omettons pas également de citer ses Bases physiques de la musique (Paris, Gauthier-Villars, 1906). [ Retour ]

4) Au cours de ce " Gala d'œuvres de prisonniers " organisé par les Beaux-Arts de la Ville de Paris, furent également donnés : un Poème symphonique sur un thème de Charles Péguy, d'Emile Damais (Stalag II B), Le Livre pour Jean de Maurice Thiriet (Stalag IX A) et la Symphonie en sol d'Henri Challan, Grand Prix de Rome en 1919 (Stalag VII A). [ Retour ]

5) Les archives d'Emile Goué ont été déposées à la Médiathèque musicale Mahler, 11 bis de Vézelay, 75007 Paris. Constituées de plus d'une soixantaine de manuscrits (symphonies, concertos, musique de chambre, mélodies), ainsi que d'un ensemble de lettres autographes, écrits divers sur la musique et programmes de concerts, elles sont à la disposition des chercheurs. [ Retour ]

6) Le siège de cette association est situé 142, boulevard Vincent-Auriol, 75013 Paris et son président peut être joint à l'adresse suivante : bernard.goue@free.fr . Les Amis d'Emile Goué proposent notamment les deux ouvrages du compositeur écrits à l'Oflag XB et des partitions récemment éditées. En outre, ils s'occupent très activement d'organiser des conférences et des concerts, préparent la célébration du centenaire de la naissance d'Emile Goué en 2004, et disposent d'un site Internet : amis.emile.goue.free.frRetour ]

7) Cette notice biographique n'aurait pu voir le jour sans les informations aimablement communiquées par Bernard Goué et les travaux effectués par Philippe Gordien. Nous tenons à les remercier vivement ici. [ Retour ]

 


CATALOGUE CHRONOLOGIQUE DES ŒUVRES D’EMILE GOUE
dressé d’après les catalogues thématiques des Amis d’Emile Goué et d’Alain Melchior
(les œuvres suivies d’un astérisque sont considérées comme mineures par leur auteur)

1922-1924 - Brindilles*, piano, poèmes de Victor Hugo (inédit)
1923 - A quoi songeaient les deux Cavaliers dans la forêt*, ténor et piano (revu en 1925, inédit)
1924 - Barcarolle*, soprano, ténor et piano, paroles de Maurice-Audubert-Boussat (inédit)
1925 - Quatre heures étranges*, violon et piano (inédit)
1932 - La chanson des yeux de ma mie*, ténor et piano, paroles de Maurice-Audubert-Boussat (inédit)
- La Route, le Chemin, voix et piano (Jonaphil)

1933 - Trio*, violon, violoncelle et piano (inédit)
- Poème symphonique (inédit)
1934 - Deux aubades*, flûte et piano (Jonaphil)
- Fleurs mortes n° 1 et n° 2*, violon et piano (Jonaphil)
- Symphonie n° 1 (inédit)
- Wanda, Suite symphonique, et réduction pour piano (Jonaphil)
1935 - Ambiances, 1ère Suite, piano (Jonaphil)
- L’Offrande sous les nuages, soprano et piano, paroles de Christine Delmas (Jonaphil)
1936 - Sonate, piano (Jonaphil)
- Pénombres*, piano (inédit)
- Notre Père, soprano et orgue (Jonaphil)
1937 - Petite Suite facile*, piano (Jonaphil)
- Chant de l’âme navrée, ténor et piano (Jonaphil)
- Trois pièces, trio d’anches : hautbois, clarinette et basson (Schneider, Jonaphil)
- Quatuor à cordes, n° 1 (Jonaphil)
1938 - Les Heures étranges, voix et piano (Jonaphil)
- Psaume XIII, ténor, chœur mixte et orchestre (inédit)
1939 - Deux nocturnes*, piano (inédit)
- Marche enfantine*, piano (inédit)
- Trois Chansons sur la pluie, voix et piano (Jonaphil)
- Horizons, piano (Jonaphil)
- Trio à cordes : violon, alto et violoncelle (Jonaphil)
1940 - Nuits de velours que rehaussent les clairs de lune*, voix et piano, paroles de Christian Frogé (inédit)
- Ballade, poème d’Emily Bronté, soprano, quatuor vocal, quatuor à cordes, piano (Jonaphil)
- Psaume CXXIII, ténor, chœur d’hommes et orchestre (inédit)
1941 - Trois pièces faciles, quatuor à cordes (Jonaphil)
- Renaissance*, oratorio mimé en deux journées, voix et orchestre, paroles de Georges-André Martin (inédit)
- Sonate, violon et piano (Jonaphil)
- Quatuor à cordes, n° 2 (Jonaphil)
- Concerto pour piano et orchestre (inédit)
1942 - Ambiances, 2ème Suite, piano (Jonaphil)
- Sextuor à cordes (inédit)
- Trois mélodies, soprano et quatuor à cordes (Jonaphil)
- Duo, violon et violoncelle (Jonaphil)
1943 - Prélude, Choral et Fugue, piano (Jonaphil)
- Préhistoires, piano (Jonaphil)
- Esquisse pour un paysage vu du Mont Coudreau, orchestre (Jonaphil)
- Trois poèmes de Rainer-Maria Rilke, soprano et piano (Jonaphil)
- Symphonie n° 2, avec violon principal (inédit)
1944 - Impromptus, piano (Jonaphil)
- Prélude, Aria et Final, piano (Jonaphil)
- Quintette, 2 violons, alto, violoncelle et piano (inédit)
- Macbeth, Suite pour orchestre (inédit)
1945 - Deux mélodies*, contralto et orchestre (inédit)
- Thèmes et Variations, piano (Jonaphil)
- Quatuor à cordes, n° 3 (Jonaphil)
1946 - Esquisse pour une inscription sur une stèle, orchestre (Jonaphil)
D.H.M.




Émile Goué: mélodies
Émile Goué: mélodies
Paru en février 2006 :

Émile Goué, mélodies
Christel Plancq (soprano), Damien Top (ténor), Jean-Jacques Cubaynes (basse)
Eric Hénon (piano)
premier enregistrement mondial
Collection du Festival International Albert Roussel
1 CD Récital SyPr054
tous renseignements auprès de bernard.goue@free.fr


Émile Goué  -  Quatuors

Emile GOUÉ – Quatuors à cordes

Quatuor César Franck : Andrzej Grudzien (violon I) – Paval Hrdlicka (violon II) - Antonin Ulrich (alto) – Apolonio Arias (violoncelle)
Intégrale des 3 Quatuors, op. 15, 29 et 46

CD audio Recital RCP067 (parution : 2007)
Collection du festival International Albert Roussel
www.recitalmedia.com



Emile GOUÉ – Musique de chambre (volume 2)

Quatuor Joachim : Zbigniew Kornowicz (violon I)
Joanna Rezler (violon II) – Marie-Claire Méreaux (alto)
Laurent Rannou (violoncelle)
Olivier Chauzu (piano)
Quintette pour quatuor à cordes et piano, op.42
Petite Suite facile pour quatuor à cordes, op. 28
Trio pour violon, violoncelle et piano, op. 6

CD audio Azur Classical AZ100 (parution : 2013)
Collection du Festival international Albert Roussel
www.azurclassical.com

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter