Les orgues de Charles DIDIER-VAN CASTER

 (Raon-l’Etape, 15 janvier 1852 – Nancy, 2 juin 1906)



 

 

 

Cette manufacture nancéienne, créée en 1894, a construit de nombreux instruments de taille modeste ou moyenne. Les transmissions en étaient mécaniques (parfois avec machine Barker) ou pneumatiques. La composition des jeux de petits instruments comptait souvent une montre de 16 pieds ! Son chef-d’œuvre posthume est le grand-orgue de tribune de la basilique du Sacré-Coeur de Nancy. [Article détaillé]

 

Liste (non exhaustive) :

 

1895, Villerupt (Meurthe-et-Moselle), église Notre-Dame, reconstruction de l'orgue Jeanpierre, 17 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1895, Le Creusot (Saône-et-Loire), église Saint-Laurent, reconstruction.

 

« Une mention spéciale doit être faite pour Charles Didier van Caster. Ce facteur lorrain tenait son atelier 59, rue de l'Hospice à Nancy ; pendant une dizaine d'années, il s'est adjugé le quasi-monopole des travaux d'orgue en Saône-et-Loire. Qu'on en juge :

1895 - Le Creusot, Saint Laurent : reconstruction et transformations.

1897 - Mâcon, Saint-Vincent idem.

Même année : transfert de l'orgue de chœur de Saint-Vincent de Mâcon en la chapelle de la maison du Sacré-Cœur à Autun.

1898 - Gueugnon - orgue neuf.

1899 - Mâcon, Saint-Pierre, reconstruction totale.

Même année Sennecey le Grand, orgue neuf.

1900 - Saint-Vallier, orgue neuf. 1901 - Demigny, orgue neuf.

1902 - Autun, chapelle du Grand Séminaire, orgue neuf,

Même année, le Creusot, Saint-Charles, orgue neuf.

1903 - Le Creusot, Saint-Henri, orgue neuf.

1905/1906 - deux devis proposés mais non exécutés pour Saint-Philibert de Tournus. Le deuxième est signé par sa veuve Marie-Louise van Caster.

Charles Didier pouvait à bon droit s'arroger le titre de « facteur d'orgues du Diocèse »

(Annales de l'Académie de Mâcon, série 5, tome 2, Mâcon, 2008, p. 233)

 

 

1896, Nancy (Meurthe-et-Moselle), église Notre-Dame-de-Bonsecours, reconstruction, 32 jeux, trois claviers et pédalier.

« Cet orgue, sorti des ateliers de M. Didier-Van Caster, de Nancy, est construit d'après un système nouveau et jusqu'ici inconnu dans la contrée. « Le premier dans la région, lit-on dans le procès-verbal d'expertise (29 juillet 1896), M. Didier-Van Caster a eu la hardiesse de substituer à la mécanique si compliquée usitée jusqu'alors pour la transmission des différents mouvements, le système tubulaire pneumatique, qui a l'avantage de tenir moins de place et de faire communiquer avec précision les claviers et les registres avec les sommiers. Son essai a pleinement réussi. » Le nouvel instrument a été bénit solennellement par Mgr Turinaz, le 11 octobre 1896. »

(L'Eglise Notre-Dame-de-Bonsecours à Nancy, Nancy, 1898, p. 170)

 

1896, Toul (Meurthe-et-Moselle), chapelle de l'Hôpital Saint-Charles, 7 jeux, un clavier (à l'origine) et pédalier.

 

1897, Val-des-Bois (Marne), chapelle de l'usine Harmel.

« VAL-DÈS-BOIS (Marne). — Très belle et fort intéressante cérémonie le dimanche 7 novembre dans la chapelle de l'Usine de MM. Harmel, frères, au Val-des-Bois à l'occasion de la réception et de l'inauguration du nouvel orgue construit par M. Didier van Caster ; nous pensons intéresser nos lecteurs en donnant en page 2 de couverture la copie du procès-verbal de l'expertise. » (Revue musicale Sainte-Cécile, année 5, n° 4, 3 décembre 1897, p. 29)

 

1898, Gueugnon (Saône-et-Loire), église Saint-Maurice.

 

1898, Milly-sur-Bradon (Meuse), église Saint-Pierre-ès-Liens, 9 jeux, un clavier et pédalier.

 

1898, Reims (Marne), église Sainte-Geneviève, 25 jeux, deux claviers et pédalier.

« REIMS. — Inauguration d'orgue à, l'église Sainte-Geneviève. (14 août)

Vous m'avez demandé mon opinion sur l'instrument dont les RR. PP. oratoriens, à l'aide d'aumônes, viennent de doter la paroisse Sainte-Geneviève ; vous réclamez en outre quelques renseignements sur l'audition destinée à mettre en relief les qualités de cet orgue, comme aussi ses défauts... s'il s'en fût trouvé quelqu'un.

Voici, aussi consciencieusement que possible, mes impressions sur ce double sujet.

L'orgue, — comme tout orgue qu'on respecte, — est placé au-dessus du portail principal ; son buffet, couleur vieux chêne, est tout à la l'ois sévère et gracieux.

L'instrument se compose de deux claviers manuels de 56 notes chacun et d'un pédalier de 30 notes ; il compte 25 jeux ; c'est l'intensité, la puissance de sonorité qui convient à l'édifice.

L'ensemble des fonds de 8 et de 16 pieds a une ampleur bien fondue. En ce qui concerne le grand orgue, il convient de remarquer la légèreté et la douceur de la flûte harmonieuse de 8 pieds, la joliesse du timbre du salicional, la pureté du bourdon de 8 et l'émission facile de la montre et du bourdon de 16.

Au Récit, la flûte d'orchestre (8) est superbe ; à signaler aussi la flûte octaviante (4). La gambe, aux ondes sonores très égales, est bien mordante ; ce registre, (chose assez rare), parle nettement, même dans les traits rapides. La voix céleste et la voix humaine surtout sont dignes d'une mention spéciale.

La dureté, qu’on rencontre trop souvent encore dans les jeux d'anches, a été heureusement évitée. Quant aux Pédales, le violoncelle (8) est d'une remarquable précision d'attaque : ses notes sont chaudes et pleines de rondeur ; le basson de 16 est d'une belle égalité, d'une couleur très douce et la boîte expressive rend à merveille les effets de lointain.

Inutile, n'est-ce pas, d'entrer dans les détails de la soufflerie et du tuyautage que les experts ont déclarés satisfaisants.

Il m'est donc particulièrement agréable d'adresser ici toutes mes félicitations à M. Didier van Caster, de Nancy, et à M. E. Mennesson, son représentant à Reims ; ils ont veillé eux-mêmes avec un soin jaloux au montage de ce magnifique instrument qui leur fait honneur ainsi qu'au personnel de leurs ateliers. »

(Revue musicale Sainte-Cécile, année 5, n° 20, 2 septembre 1898, p. 156-157)

 

1899, Saint-Mihiel (Meuse), église Saint-Michel, orgue de choeur, 10 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1899, Mâcon (Saône-et-Loire), église Saint-Pierre, reconstruction.

 

1899, Sennecey-le-Grand (Saône-et-Loire), église Saint-Julien, 15 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1900, Morley (Meuse), église Saint-Pierre, 10 jeux, 1 clavier et pédalier en tirasse.

 

1900, Tournan-en-Brie, église Saint-Denis, 12 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1900, Saint-Valier (Saône-et-Loire), église Saint-Vallier, 18 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1900, Bourbriac (Côtes d'Armor), église Saint-Briac, 18 jeux, deux claviers et pédalier (disparu et remplacé).

 

1900, Pont-Saint-Vincent (Meurthe-et-Moselle) église Saint-Julien, 12 jeux (à l'origine), deux claviers et pédalier.

 

1900, Tréguier (Côtes d'Armor), couvent des Augustines, 15 jeux (10 réels), deux claviers et pédalier.

 

1901, Cosnes-et-Romains (Meurthe-et-Moselle), église Saint-Martin, 8 jeux, un clavier et pédalier.

 

1901, Demigny (Saône-et-Loire), église Saint-Martial, 14 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1901, Maxéville (Meurthe-et-Moselle), église Saint-Martin, 18 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1902, Plestin-les-Grèves (Côtes d'Armor), chapelle des Soeurs des Filles du Saint-Esprit, 15 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1902, Bayon (Meurthe-et-Moselle), église Saint-Martin, reconstruction de l'orgue Clergeau, 16 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1902, Le Creusot (Saône-et-Loire), église Saint-Charles, 16 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1902, Autun (Saône-et-Loire), chapelle de la Maison Saint-Antoine (grand séminaire), 9 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1902, Plestin-les-Grèves (Côtes d'Armor), église Saint-Efflam, 23 jeux, deux claviers et pédalier (disparu en 1944).

 

1903, Langoat (Côtes d'Armor), église Sainte-Pompée, 10 jeux, deux claviers et pédalier en tirasses.

 

1903, Longeville-en-Barrois (Meuse), église Saint-Hilaire, 13 jeux, deux claviers et pédalier (don de F.-J. Denand).

 

1903, Le Creusot (Saône-et-Loire), église Saint-Henri, 20 jeux, deux claviers et pédalier.

 

1903, Montiers-sur-Saulx (Meuse), église Saint-Pierre-ès-Liens, 10 jeux, deux claviers et pédalier en tirasses.

 

1903, Clefcy (Vosges), église Sainte-Agathe, 9 jeux, un clavier et pédalier en tirasse (provient de l'église Saint-Fiacre de Villers-les-Nancy).

 

1903, Châtel-sur-Moselle (Vosges), petit séminaire, orgue à traction pneumatique en tribune, avec console au sol (aujourd'hui disparu)

 

1904, Pleubian (Côtes d'Armor), église Saint-Georges, 12 jeux, deux claviers et pédalier en tirasses.

 

1904, Varangéville (Meurthe-et-Moselle), église Saint-Gorgon, 9 jeux, un clavier et pédalier en tirasse.

 

1904, Clermont-en-Argonne (Meuse), église Saint-Gorgon, 9 jeux, un clavier et pédalier.

 

1904, Sommerviller (Meurthe-et-Moselle), église Saint-Gérard, 8 jeux, un clavier et pédalier en tirasse.

 

1905, Nancy (Meurthe-et-Moselle), basilique du Sacré-Cœur, orgue de choeur, 20 jeux, deux claviers et pédalier (déplacé dans la chapelle des Soeurs de Saint-Charles et transformé).

 

1907, Nancy (Meurthe-et-Moselle), basilique du Sacré-Cœur, grand orgue, 48 jeux, trois claviers et pédalier.

 

1912, Laxou (Meurthe-et-Moselle), chapelle de l'Asile de Maréville, reconstruction.

 

« Le traité passé avec la maison Didier, Van Caster et Kuhn, de Nancy, pour la réfection des orgues de la chapelle de l'Asile. La dépense s'élève à la somme de 6900 francs, qui sera répartie sur trois exercices. »

(Rapports et délibérations, Conseil général de Meurthe-et-Moselle, séance du 17 avril 1912, Nancy, Imprimerie départementale, p. 121)

 

Nancy, chapelle Sainte-Elisabeth, reconstruction d'un orgue – Cuvillier ? -, 13 jeux, deux claviers et pédalier.

 

Olivier Geoffroy

(novembre 2020)

           

 

Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter