Le chanoine Gaston Roussel
prêtre haut en couleurs et musicien de talent

(9 novembre 1913 – 19 décembre 1985)

Chanoine Gaston Roussel
Chanoine Gaston Roussel
( photo X. )

 

Elève du grand-séminaire de Versailles, ordonné prêtre en 1938, ancien élève d'Augustin Pierson (organiste de la cathédrale Saint-Louis de Versailles) et de Léonce de Saint-Martin (organiste de Notre-Dame de Paris), directeur musical de la revue "Musique-Sacrée, l'Organiste" de 1945 à 1968, le chanoine Roussel fut successivement maître de chapelle et organiste de l'église Saint-Romain de Sèvres (Hauts-de-Seine) de 1941 à 1945, puis maître de chapelle de la cathédrale Saint-Louis de Versailles (Yvelines) de 1947 à octobre 1963, tout en tenant l'orgue de chœur entre octobre 1948 et 1954, maître de chapelle et chapelain de la chapelle du château de Versailles à partir de 1961 et enfin maître de chapelle à Saint-Louis de Port-Marly où il fut nommé curé en 1964. Il est l'auteur de nombreux chœurs et motets, de pièces pour orgue (Choral varié, Communion....), d'harmonisations de cantiques et a en outre restitué une vingtaine de grands motets français (Charpentier, Dumont, Lully, Delalande), dont il dirigeait lui-même les exécutions en concerts. Ardent défenseur des "valeurs du passé [qui] demeurent un patrimoine qu'il faut défendre et conserver", connu et craint pour sa verve rhétorique, il était officier de la Légion d'honneur et des Palmes académiques, Croix de guerre 1939-1945, médaille de la résistance, médaille du Combattant volontaire, médaille des Evades [le chanoine Roussel fut lieutenant de la 2ème division de cavalerie], chevalier des Arts et des Lettres, médaille de vermeil de la ville de Paris et médaille d'or de la ville de Versailles.

Toute la philosophie du chanoine Roussel et le fondement de ses nombreux combats se retrouvent dans ses quelques lignes écrites en 1967 :

"... je me suis battu loyalement parce que j'ai la conviction de défendre un dépôt sacré, un trésor issu d'une civilisation bimillénaire et pétri de christianisme. J'ai la conviction que notre siècle activiste et mécanisé est incapable de remplacer ce qu'il détruit avec frénésie. Que dis-je : ce qu'il détruit ? Non : ce qu'il essaye de faire oublier en le foulant aux pieds. Car les œuvres nées de l'Esprit et du cœur ont la vie dure : cette vie se rit des générations qui passent et se tient prête à resurgir au premier appel des hommes qui, un jour ou l'autre, lui demanderont de venir auréoler leur idéal, de bercer leur nostalgie de voyageurs et de magnifier leur Prière." [Musique sacrée, n° 106, décembre 1967, p. 5]

Notre ami Jean Guérard, de l'Association des Amis de Léonce de Saint-Martin, nous a aimablement autorisé à reproduire ci-après l'article qu'il avait rédigé en 1995 à l'occasion du 10ème anniversaire de la disparition du chanoine Roussel, paru à l'époque dans le numéro 22 (septembre 1996) du Bulletin de ladite Association. Nous l'en remercions vivement.

Pour la commémoration du vingtième anniversaire de cette disparition (2005), une association à durée limitée "Hommage au chanoine Roussel, prêtre et musicien" a été créée par un groupe d'amis, anciens élèves et admirateurs désireux d'honorer sa mémoire et de poursuivre son oeuvre. Tous renseignements à cette adresse : http://chanoine.roussel.free.fr/

D.H.M.

¤

Gaston Roussel
Chanoine Gaston Roussel
( photo X..., in Musique sacrée, juillet 1961 )

Toute sa vie et jusqu'après sa mort, le chanoine Roussel aura suscité des polémiques. " Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive ; je vomis les tièdes. "

Décédé le 19 décembre 1985, ses obsèques furent célébrées le 23 décembre. Dans les semaines qui suivirent et pendant quelques mois, Port-Marly fît la une de l'actualité religieuse : la quasi-unanimité des fidèles de la paroisse, en opposition avec l'évêque de Versailles, revendique en ce lieu le maintien de la tradition active dont le bouillant chanoine, toute sa vie, se fît le héraut.

Evénements hautement symboliques de la déchirure de l'Eglise et de cette déchirure que le chanoine Roussel sentit commencer à saigner dans son cœur ces jours de fin 1965 où, chassé comme le dernier des laquais de son poste de maître de chapelle de la cathédrale Saint-Louis de Versailles, il fut désigné curé d'un Saint-Louis moins glorieux à Port-Marly, paroisse alors délabrée dans tous les sens du terme : quelques rares fidèles âges, une église et un presbytère dont il ne restait pratiquement que les murs.

Déchirure du cœur, mais pas sur son propre sort, pour cette promotion imméritée, et déchirure de l'intelligence, effarée de voir un évêque sembler croire que jusque-là, il n'avait été qu'un artiste, une sorte d'amuseur, un de ces prêtres inutiles qui se contentent de remplir les églises par le biais d'une liturgie de chair et d'âme.

Le défi épiscopal fut relevé avec panache. Pouvait-on attendre moins d'un ancien officier du Cadre Noir de Saumur, croix de guerre, médaillé de combattant volontaire de la résistance, médaille des évadés. " La foi qui n'agit pas, est-ce une foi sincère? " aimait-il répéter à l'encontre des beaux parleurs du CNPL qu'il appelait Centre National de Pétaudière Liturgique. Il déploya tout son courage et toute sa puissance de travail. En quelques années, la paroisse est remise à neuf, sans oublier bien sûr une chorale et un nouvel orgue de 32 jeux. Chaque dimanche, trois messes, vêpres et salut deux fois par mois et l'église ne désemplit pas, et toute l'assemblée chante, et certains viennent de loin. Kermesses, scoutisme, catéchismes fréquentés par des enfants de plus en plus nombreux. Des vocations religieuses s'éveillent.

Mais c'est la messe de Saint Pie V, le latin, le grégorien, ce sont des messes polyphoniques de la Renaissance jusqu'à celles de Widor, Vierne ou de Saint-Martin, chantés par les Chœurs de la Chapelle Royale. Ce laboratoire vivant de la Tradition est trop vivant pour bien des confrères de ce curé pas comme les autres. D'autant plus qu'il n'est pas de gauche. Il est même anticommuniste primaire, secondaire et supérieur. Il parle en chaire (comment peut-on encore monter en chaire?!) des chèvres de Monsieur Séguy (ancien secrétaire général de la CGT), il termine certains de ses sermons par Vive la France!, il fait même parfois rire... dans une église! Une sorte de Don Camillo !

C'est une guerre incessante contre ce prêtre en soutane et chasuble, antéconciliaire et antiprogressiste. A son activité épuisante, s'ajoutent le souci, le pessimisme, la conviction d'être dans le vrai et dans le même temps, de soutenir un combat sans espoir dans une forteresse assiégée. Les valeurs contemporaines de l'Eglise de France lui paraissent à l'évidence vides, et même néfastes ; toute la dérive de notre civilisation le lui montre. Mais elles sont assénées avec un tel ensemble et le poids d'une telle propagande que se défendre, c'est lutter contre un rouleau compresseur. La fatigue de l'âge vient s'ajouter à celle du combat. Puis c'est une paralysie qui s'ajoute encore et l'envahit peu à peu, et le mène à trois dernières années de grandes souffrances.

La pointe de ce courage dans ce qui aura été un long calvaire moral et physique aura été de pratiquer jusqu'au bout, en soldat discipliné du Christ, la vertu d'obéissance alors même que sans doute l'a effleuré, ce résistant, l'idée de se faire réfractaire. A ses obsèques, la déchirure restait apparente. La messe de Saint Pie V et le latin lui étaient refusés ; toutefois, l'office en grégorien et le Requiem de Du Cauroy purent être chantés. La présence de l'évêque de Versailles constituait un hommage à l'homme et au prêtre. Il parla de cette obéissance qui devait lui coûter beaucoup, mais il parla aussi d'une inadaptation à l'Eglise... et laissait ainsi ouverte une plaie que les événements qui suivirent, confirmèrent.

Dans la liturgie, le chanoine Roussel donnait à la musique une place essentielle, à la musique chorale et à la musique d'orgue. Tout jeune prêtre à Chennevières, une de ses premières actions fut de mettre sur pied une maîtrise paroissiale. Une liturgie ne peut reposer sur les épaules du seul officiant : il doit être entouré et soutenu par d'autres acteurs selon une hiérarchie naturelle dans laquelle trouvent place l'architecture de l'édifice, la beauté des ornements, une chorale de qualité, un orgue juste et suffisamment performant, tenu par un organiste informé et fiable, et une assemblée effectivement participante. Sur ce point, plutôt que d'ânonner des cantiques souvent démagogiquement débiles, il estimait que l'assemblée chantait plus facilement les grands textes grégoriens et les cantiques consacrés par la tradition. Il était partisan du chant populaire soutenu rythmiquement et harmoniquement par la chorale. Il faut reconnaître que ce que l'on entendait à Saint-Louis de Versailles, puis à Saint-Louis de Port-Marly, était à cet égard saisissant et aurait dû emporter la conviction de maîtres liturgistes plus réalistes.

Le chanoine Roussel devait une grande partie de ses connaissances musicales à Léonce de Saint-Martin dont il fut un des plus proches amis et auquel il vouait une admiration sans bornes, au point de considérer la moindre critique ou la moindre nuance comme une injure personnelle. Cette admiration avait ses raisons humaines et musicales : Saint-Martin représentait à ses yeux l'idéal de l'organiste liturgique dans l'alliance, il est vrai exceptionnelle, de la grandeur et du niveau de l'artiste, de la culture, de la tolérance et de la courtoisie de l'homme, de la piété et de la foi profonde du chrétien.

Le nom du chanoine Roussel restera attaché à la découverte et à la redécouverte d'œuvres musicales du Grand Siècle. A la faveur de la deuxième guerre mondiale, il découvrit, entassées au hasard dans la Bibliothèque Municipale de Versailles, une multitude de partitions retirées du château, en particulier des oeuvres de Michel Richard de Lalande, musicien de la Chapelle Royale.

L'association Michel Richard de Lalande sera la raison sociale des chœurs de la cathédrale qui compteront jusqu'à 150 membres. Le chanoine Roussel fît connaître ainsi et fut l'un des auteurs du retour en force d'œuvres religieuses de ce musicien oublié, mais aussi de Marc-Antoine Charpentier (dont le fameux Te Deum), de Lully, de Campra. Il était sans doute dans sa vocation d'unir ainsi la musique sacrée, ses chœurs si rudoyés et si chéris, Versailles et la grandeur royale. André Malraux le comprit qui le nomma Chapelain officiel de la Chapelle Royale du château de Versailles. Il aurait sans doute été heureux de voir aujourd'hui la Maîtrise nationale de Versailles, centre de musique baroque, constituer une sorte d'héritage, comme s'il en avait été indirectement l'inspirateur.

Cette forte personnalité se cachait parfois, trop souvent peut-être, derrière sa corpulence pour se donner plus de poids, un tempérament volcanique pour soutenir son autorité et terrasser l'adversaire, un langage truculent pour choquer le bourgeois. Souvent peu charitable en paroles, c'est vrai, mais combien en actes, en gestes concrets, en amitié et en communion de pensées.

A la multitude de ses dons, il ajoutait le don du rire et même du fou-rire. Il savait mimer, réciter par cœur des tirades de vers, même latins, prendre les accents les plus divers, raconter les histoires les plus drôles. Il était la vie même. Mais quand cette vie commença lentement, mais douloureusement, à le quitter, vint le don des larmes. Henri Dion, ancien président des chœurs de la cathédrale de Versailles, nous dit l'avoir vu lors de ses dernières interventions, porter par moments sur ses choristes un long regard insistant et triste ; l'envahissait la certitude de bientôt ne plus jamais les revoir. Et sur son orgue aussi...

Quand il fut réduit à l'ombre de lui-même, de plus en plus fréquemment, les larmes emplissaient son regard. Il pleurait sur ce corps de mort devenant incapable de suivre les impulsions d'un esprit toujours lucide et d'une âme passionnée. Il regardait en pleurant ses mains presque inutiles. Une épreuve venant de Dieu après tant d'épreuves subies des hommes, et même de ses confrères. Il s'y soumit et offrit son long martyre, tous ses proches en ont porté témoignage, pour que sa paroisse, et la France tout autour, conservent la foi et la prière de l'Eglise dans leur intégrité et leur splendeur.

Jean Guérard

Chanoine Roussel : À la fontaine Bellerie
Premières mesures de A la fontaine Bellerie pour 4 voix mixtes a cappella, sur un poème de Ronsard, écrit en 1953 par l'abbé Roussel, figurant au répertoire des Chanteurs de la Musique Sacrée et de la Maîtrise Saint-Louis de Versailles, dédiée "à M. L'abbé Léon Deville, à sa Schola de St-Roch " à Saint-Etienne
( PG 120 MS, supplément musical à la revue Musique sacrée - L'Organiste, nouvelle série, n° 11, 15 avril 1953, collection DHM )
Joachim Havard de la Montagne en fit ce commentaire dans la revue pré-citée : "On peut affirmer que la musique inspirée par ce poème nous fait encore mieux goûter l'expression des émotions personnelles que Ronsard nous livre dans son ode fameuse, ainsi que de l'amour que lui inspire son pays natal. Le rythme varié de la poésie devient celui du chant lui-même : n'est-ce pas une réussite que cette opposition du refrain enjoué aux strophes qui évoquent, sur un souple balancement semblant ne pas devoir finir, les chers vieux souvenirs de la terre paternelle ?"

Bibliographie :

- Classicisme musical français et piété chrétienne (Lethielleux, 1961)
- Les petits neveux du curé de Cucugnan (Téqui, 1976)
- La circonfusion (Téqui)
- De l'immobilisme à la girouettomanie (Téqui)
- L'étrange silence des cathédrales (l'auteur, 1979)
- L'Eglise du sourire (l'auteur)
- Dialogue pour la saison d'automne, son dernier ouvrage (l'auteur, 1981)

 

Discographie :

C'est le chanoine Roussel qui le premier réalisa des enregistrements dans la chapelle du château de Versailles au début des années 1950, en présentant des musiques écrites par les maîtres français des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Bien avant la mode des baroqueux, il avait sorti de l'oubli ces musiciens, ressuscitant ainsi au cours des concerts qu'il donnait dans ce cadre prestigieux ces grands noms de l'école française dans l'histoire de la musique religieuse. Parmi ses nombreux enregistrements signalons plus particulièrement :

-"Noël à la cathédrale de Versailles" : Office du Matin avec la Messe de Noël de Marc-Antoine Charpentier, Office du Soir avec l'O mysterium et le Christe Redemptor de Michel-Richard Delalande (disque 33 tours, Studio SM 33-03), 1953.

- "Versailles, musique sacrée dans la Chapelle du Roy" : Requiem aeternam, Eustache du Cauroy (réalisation : Emile Martin), Venite Exultemus, Michel-Richard Delalande (réalisation : Gaston Roussel), Pange Lingua, André Campra (révision et réalisation : Joachim et Elisabeth Havard de la Montagne), Orchestre de chambre de Versailles et Chœurs de la cathédrale Saint-Louis sous la direction de Gaston Roussel, avec Anahit Fonatana (soprano), Bernard Demigny (baryton), Denise Chirat (orgue), André Delmotte (trompette). Disque 33 tours, Studio SM 33-06, 1954.

-"Les grandes heures de la Chapelle royale de Versailles, soirée de Noël" : Première Symphonie de Noël, Michel-Richard Delalande (réalisation : Gaston Roussel), 2 Noëls anciens pour l'orgue, Louis-Claude Daquin, Messe de Minuit sur des airs de Noël (Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei), Marc-Antoine Charpentier, Chœurs de la cathédrale de Versailles sous la direction de Gaston Roussel, avec Geneviève Le Secq (orgue) et Denise Chirat (orgue dans Daquin). Disque 33 tours, Pathé DTX 311 mono, ASTX 127 stéréo, 1961.

Mentionnons également la parution en 1996 (SERP) d'un CD intitulé "Musique Sacrée : Hommage au Chanoine Gaston Roussel", produit par les Amis de Port-Marly, qui rassemble 24 pièces religieuses harmonisées et exécutées par l'auteur dans l'église Saint-Louis de Port-Marly, ainsi qu'un plaquette de 24 pages consacrée à l'intéressé. Quelques exemplaires de ces deux documents sont encore disponible à cette adresse : jm@luthringer.fr


A propos d'un concert à Versailles, en juin 1957

 

Le Te Deum de Lully a été exécuté, avec le Cantate Domino de Lalande, le dimanche 17 juin [1956] dans la chapelle du château de Versailles, par les Chœurs de la cathédrale (150 exécutants) et l'Orchestre de chambre de Versailles, sous la direction de l'abbé G. Roussel.

Il est assurément délicat de faire ici l'éloge du directeur de cette revue et de sa formation chorale : lui-même, tout comme moi, répugne à ce qui pourrait paraître un panégyrique de commande. Mais cette audition fut tellement réussie que se taire serait manquer à la vérité et à la justice : nous n'avons pas en France tellement de chorales religieuses d'amateurs qui maintiennent haut le drapeau pour céder à une fausse humilité.

A plusieurs reprises, dans cette chapelle qui constitue un cadre idéal et unique pour un tel programme, l'assistance partit en applaudissements spontanés, et, à la fin, alors que les auditeurs debout se dirigeaient hésitants vers les portes de sortie, on redemanda un des chœurs du Cantate Domino de Lalande, la magnifique fugue Notum fecit. C'est dire combien furent goûtés, une fois de plus, et cette musique qu'on qualifie parfois bien légèrement de pompeuse et d'artificielle, et qui, en réalité, est sans doute brillante, mais singulièrement expressive, et l'exécution impeccable par un chœur fourni, parfaitement équilibré, sûr de lui, docile et souple, sous une direction ferme et discrète. Mlle Denise Chirat, è l'orgue, fit preuve d'une grande maîtrise dans l'accompagnement, mais aussi, les pièces d'orgue d'époque, jouées en intermèdes, charmèrent l'assistance par la netteté du jeu et le pittoresque de la registration.

Ces concerts annuels dans la chapelle du château sont l'œuvre personnelle de l'abbé Roussel. Une telle entreprise ne souffre pas la médiocrité : de l'avoir osée et de la réussir, c'est la preuve non seulement de son talent et de son courage, mais aussi de la qualité intrinsèque de la musique religieuse des XVIIe et XVIIIe siècles (en tant que musique et en tant que musique religieuse), de l'émotion artistique et spirituelle qu'elle suscite, enfin de l'aptitude du public, d'un large public, à vibrer sur de la beauté.

Ceci me rappelle la surprenante initiative prise depuis plusieurs années par le curé de Bezons {une des banlieues parisiennes les plus rouges). Chaque année, il organise, grâce sans doute à des relations personnelles, avec des artistes de l'Opéra (cette année 100 exécutants!), un concert spirituel dans son église que sa paroisse ouvrière, pratiquante ou non, remplît à craquer. Les ouvriers de Bezons en sont très flattés : leur curé leur témoigne du respect, de la considération...., il leur révèle qu'au fond d'eux-mêmes ils sont accessibles au beau, même sans éducation préalable, et ils se revalorisent à leurs propres yeux. Ils lui en sont reconnaissants.

Respecter son public!... N'est-ce pas la première condition de tout apostolat, même liturgique!

René Sedant
directeur de la Procure générale du clergé

(Musique Sacrée–L'Organiste, n° 37, 15 juillet 1956, p. 30)


Note sur un motet pascal de l'abbé Roussel :
PASCHA NOSTRUM à 4 voix mixtes (1953)

 

Ce motet pour le Temps pascal, dédié au Chanoine Doyen, semble composé sous une double inspiration. Le thème, clair et joyeux, du début, est pris de la prose pascale Scimus Christum surrexisse. II est présenté par les sopranos en sujet de fugue ; les ténors leur donnent la réponse, tandis que les alti amorcent une sorte de contre sujet. La rentrée des basses se fait alors sur la tonique et, après un court divertissement la phrase conclut en fortissimo. De sol mineur, nous passons en sol majeur avec les mots Itaque epulemur, un trio, puis un chœur se développent sur un rythme joyeux et bien marqué que viennent accentuer des vocalises en triolet. Avec l'alleluia final réapparaît le thème du début en un noble unisson que suit un carillon franc et sonore.

On ne peut s'empêcher de trouver en ce motet, et c'est là la seconde source d'inspiration, l'influence de nos maîtres français de l'époque classique Mais si l'Abbé Roussel s'inspire de ces maîtres pour la construction de ce motet et l'esprit qu'il lui donne, pour la façon de mettre en relief un mot, une phrase, de conduire une vocalise, cependant l'écriture et le caractère de ces trois pages restent bien personnels : qui dit inspiration ne dit pas plagiat. C'est pourquoi ce motet, qui semble le fruit de deux sources d'inspiration aussi différentes et pourtant si bien fondues, nous est apparu comme une agréable réussite.

J. Havard de la Montagne

(Musique Sacrée–L'Organiste, n° 10, 1er mars 1953, p. 10)


 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter