Principaux textes latins de la musique religieuse

 

 

Les répertoires ancien et contemporain de musique religieuse emploient les textes de prières de l'Eglise écrits en latin. Qu'ils fassent partie de l'Ordinaire ou du Propre de la Messe, qu'il s'agisse d'hymnes, d'antiennes, de séquences, voici les plus couramment employés par les compositeurs, avec leur traduction en français. Pour le texte latin des psaumes, on voudra bien se reporter aux traductions qui figurent en ligne sur de nombreux sites.

 

L'Ordinaire de la Messe

 

Toutes les parties de l'Ordinaire ne sont pas nécessairement présentes dans une Messe en musique. Dans le cas d'une œuvre présentée comme une « messe basse » ou « petite messe », on ne trouve bien souvent que le Kyrie, le Sanctus et l'Agnus.

 

1. Le Kyrie (en grec)

 

Chaque invocation est généralement chantée trois fois :

 

Κύριε ἐλέησον Kyrie eleison « Seigneur, prends pitié de nous »

Χριστε ἐλέησον Christe eleison « Christ, prends pitié de nous »

Κύριε ἐλέησον Kyrie eleison « Seigneur, prends pitié de nous »

 

 

2. Le Gloria

 

Souvent chanté en alternance célébrant-assemblée ou chantres-assemblée

 

Célébrant : Gloria in excelsis Deo

Schola : Et in terra pax hominibus bonae voluntatis.

Assemblée : Laudamus te.

Schola : Benedicimus te.

Assemblée : Adoramus te.

Schola : Glorificamus te.

Assemblée : Gratias agimus tibi propter magnam gloriam tuam,

Schola : Domine Deus, Rex caelestis, Deus Pater omnipotens.

Assemblée : Domine Fili unigenite, Iesu Christe.

Schola : Domine Deus, Agnus Dei, Filius Patris,

Assemblée : qui tollis peccata mundi, miserere nobis.

Schola : qui tollis peccata mundi, suscipe deprecationem nostram ;

Assemblée : qui sedes ad dexteram Patris, miserere nobis.

Schola : Quoniam tu solus Sanctus,

Assemblée : tu solus Dominus,

Schola : tu solus Altissimus, Iesu Christe.

Assemblée : Cum Sancto Spiritu : in gloria Dei Patris.

Tous : Amen.

 

 

Célébrant : Gloire à Dieu au plus haut des cieux

Schola : Et paix sur la terre aux hommes qui L’aiment.

Assemblée : Nous Te louons.

Schola : Nous Te bénissons.

Assemblée : Nous T’adorons.

Schola : Nous Te glorifions.

Assemblée : Nous Te rendons grâce pour Ton immense gloire,

Schola : Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout puissant

Assemblée : Seigneur, Fils unique, Jésus-Christ.

Schola : Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père,

Assemblée : Toi qui enlèves le péché du monde, aie pitié de nous.

Schola : Toi qui enlèves le péché du monde; reçois notre prière.

Assemblée : Toi qui es assis à la droite du Père, aie pitié de nous.

Schola : Car Toi seul es Saint,

Assemblée : Toi seul es Seigneur,

Schola : Toi seul es le Très-Haut, Jésus-Christ.

Assemblée : Avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père,

Tous : Amen.

 

 

3. Le Credo

 

Credo in unum Deum, Patrem omnipotentem, factorem caeli et terrae, visibilium omnium et invisibilium.
Et in unum Dominum Jesum Christum Filium Dei unigenitum.
Et ex Patre natum ante omnia saecula.
Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero.
Genitum, non factum, consubstantialem Patri : per quem omnia facta sunt.
Qui propter nos homines, et propter nostram salutem decendit de caelis.
Et incarnatus est de Spiritu sancto ex Maria Virgine : Et homo factus est.
Crucifixus etiam pro nobis : sub Pontio Pilato passus, et sepultus est.
Et resurrexit tertia die, secundum Scripturas.
Et ascendit in caelum : sedet ad dexteram Patris.
Et iterum venturus est cum gloria, judicare vivos et mortuos : cujus regni non erit finis.
Et in Spiritum sanctum, Dominum, et vivificantem : qui ex Patre Filioque procedit.
Qui cum Patre et Filio simul adoratur, et conglorificatur : qui locutus est per Prophetas.
Et unam, sanctam, catholicam, et apostolicam Ecclesiam.
Confiteor unum baptisma in remissionem peccatorum.
Et expecto resurrectionem mortuorum. Et vitam venturi saeculi.

Amen.

 

Je crois en un seul Dieu, Le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible.
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles ;
Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu,
Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ;
Par l’Esprit-Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour, conformément aux écritures, et il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit-Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père et du Fils.
Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les prophètes.
Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.

Amen.

 

 

 

4. Le Sanctus

 

Dans les grandes œuvres vocales, le Benedictus est souvent séparé du Sanctus.

 

Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth. Pleni sunt caeli et terra glória tua. Hosánna in excélsis. Benedíctus qui venit in nómine Dómini. Hosánna in excélsis.

Saint, Saint, Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers. Le ciel et la terre sont remplis de Ta Gloire. Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux.

 

 

5. Le Notre Père

 

Cette prière ne figure que très rarement dans les messes en musique.

 

Pater noster, qui es in caelis: sanctificétur nomen tuum; advéniat regnum tuum; fiat volúntas tua, sicut in caelo, et in terra. Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; et dimítte nobis débita nostra, sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; et ne nos indúcas in tentatiónem; sed líbera nos a malo.

Notre Père, qui es aux cieux, que Ton nom soit sanctifié ; que Ton règne arrive; que Ta volonté soit faite comme ciel sur la terre. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien, et remets-nous nos dettes, comme nous les remettons nous-mêmes à nos débiteurs et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du malin.

 

 

6. L'Agnus Dei

 

Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi: miserére nobis. Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi: miserére nobis. Agnus Dei, qui tollis peccáta mundi: dona nobis pacem. Quod etiam pluries repeti potest, si fractio panis protrahitur. Ultima tamen vice dicitur: dona nobis pacem.

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde : aie pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde : aie pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui enlèves les péchés du monde : donne-nous la paix.

 

 

 

Le Requiem

 

Cette messe pour les défunts a été souvent mise en musique (Mozart, Fauré, Duruflé...). On y trouve les textes de l'Ordinaire (à l'exception du Gloria et du Credo) ainsi que d'autres textes spécifiques :

 

1. L'introït

 

Chant d'ouverture.

 

Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis.

Te decet hymnus Deus, in Sion, et tibi reddetur votum in Jerusalem.

Exaudi orationem meam ; ad te omnis caro veniet.

Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis.

"Donne-leur le repos éternel, Seigneur, et que la lumière éternelle les illumine.

Dieu, il convient de chanter tes louanges en Sion ; et de t'offrir des sacrifices à Jérusalem.

Exauce ma prière, toute chair ira à toi.

Donne-leur le repos éternel, Seigneur, et que la lumière éternelle les illumine".

 

 

2. Le Dies irae (séquence)

 

Dies iræ, dies illa,

Solvet sæclum in favílla,

Teste David cum Sibýlla !

Quantus tremor est futúrus,

quando judex est ventúrus,

cuncta stricte discussúrus !

Tuba mirum spargens sonum

per sepúlcra regiónum,

coget omnes ante thronum.

Mors stupébit et Natúra,

cum resúrget creatúra,

judicánti responsúra.

Liber scriptus proferétur,

in quo totum continétur,

unde Mundus judicétur.

Judex ergo cum sedébit,

quidquid latet apparébit,

nil inúltum remanébit.

Quid sum miser tunc dictúrus ?

Quem patrónum rogatúrus,

cum vix justus sit secúrus ?

Rex treméndæ majestátis,

qui salvándos salvas gratis,

salva me, fons pietátis.

Recordáre, Jesu pie,

quod sum causa tuæ viæ ;

ne me perdas illa die.

Quærens me, sedísti lassus,

redemísti crucem passus,

tantus labor non sit cassus.

Juste Judex ultiónis,

donum fac remissiónis

ante diem ratiónis.

Ingemísco, tamquam reus,

culpa rubet vultus meus,

supplicánti parce Deus.

Qui Maríam absolvísti,

et latrónem exaudísti,

mihi quoque spem dedísti.

Preces meæ non sunt dignæ,

sed tu bonus fac benígne,

ne perénni cremer igne.

Inter oves locum præsta,

et ab hædis me sequéstra,

státuens in parte dextra.

Confutátis maledíctis,

flammis ácribus addíctis,

voca me cum benedíctis.

Oro supplex et acclínis,

cor contrítum quasi cinis,

gere curam mei finis.

Lacrimósa dies illa,

qua resúrget ex favílla

judicándus homo reus.

Huic ergo parce, Deus.

Pie Jesu Dómine,

dona eis réquiem. Amen.

 

Jour de colère, que ce jour là

Où le monde sera réduit en cendres,

Selon les oracles de David et de la Sibylle.

Quelle terreur nous saisira,

lorsque la créature ressuscitera

(pour être) examinée rigoureusement

L’étrange son de la trompette,

se répandant sur les tombeaux,

nous jettera au pied du trône.

La Mort, surprise, et la Nature,

verront se lever tous les hommes,

pour comparaître face au Juge.

Le livre alors sera produit,

où tous nos actes seront inscrits ;

tout d’après lui sera jugé.

Lorsque le Juge siégera,

tous les secrets apparaîtront,

et rien ne restera impuni.

Dans ma détresse, que pourrais-je alors dire ?

Quel protecteur vais-je implorer ?

alors que le juste est à peine en sûreté…

Ô Roi d’une majesté redoutable,

toi qui sauves les élus par grâce,

sauve-moi, source d’amour.

Rappelle-toi, Jésus très bon,

que c’est pour moi que tu es venu,

ne me perds pas en ce jour-là.

À me chercher tu as peiné,

Par ta Passion tu m’as sauvé,

qu’un tel labeur ne soit pas vain !

Tu serais juste en condamnant,

mais accorde-moi ton pardon

avant que j’aie à rendre compte.

Vois, je gémis comme un coupable

et le péché rougit mon front ;

mon Dieu, pardonne à qui t’implore.

Tu as absout Marie-Madeleine

et exaucé le larron ;

tu m’as aussi donné espoir.

Mes prières ne sont pas dignes,

mais toi, si bon, fais par pitié,

que j’évite le feu sans fin.

Parmi tes brebis place-moi,

à l’écart des boucs garde-moi,

en me mettant à ta main droite.

Quand les maudits, couverts de honte,

seront voués au feu rongeur,

prends-moi donc avec les bénis.

En m’inclinant je te supplie,

le cœur broyé comme la cendre :

prends soin de mes derniers moments.

Jour de larmes que ce jour là,

où surgira de la poussière

le pécheur, pour être jugé !

Daigne, mon Dieu, lui pardonner.

Bon Jésus, notre Seigneur,

accorde-leur le repos. Amen.

 

 

 

3. L'offertoire

 

Domine, Jesu Christe, Rex gloriæ, libera animas omnium fidelium defunctorum de pœnis inferni et de profundo lacu. Libera eas de ore leonis, ne absorbeat eas tartarus, ne cadant in obscurum; sed signifer sanctus Michael repræsentet eas in lucem sanctam,

Quam olim Abrahæ promisisti et semini ejus.

Hostias et preces tibi, Domine, laudis offerimus ; tu suscipe pro animabus illis, quarum hodie memoriam facimus. Fac eas, Domine, de morte transire ad vitam quam olim Abrahæ promisisti et semini ejus.

"Seigneur, Jésus-Christ, Roi de gloire, délivre les âmes de tous les fidèles défunts des peines de l'enfer et de l'abîme sans fond : délivre-les de la gueule du lion, afin que le gouffre horrible ne les engloutisse pas et qu'elles ne tombent pas dans les ténèbres. Mais que Saint-Michel, le porte-étendard, les introduise dans la sainte lumière que tu as autrefois promise jadis à Abraham et à sa postérité.

Nous t'offrons, Seigneur, le sacrifice et les prières de notre louange : reçois-les pour ces âmes dont nous faisons mémoire aujourd'hui. Seigneur, fais-les passer de la mort à la vie que tu as autrefois promise jadis à Abraham et à sa postérité."

 

 

4. La communion

 

Lux æterna luceat eis, Domine,

cum sanctis tuis in æternum, quia pius es.

Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis.

Cum sanctis tuis in æternum, quia pius es.

"Que la lumière éternelle luise pour eux, Seigneur,

au milieu de tes Saints et à jamais, car tu es miséricordieux.

Donne-leur le repos éternel, Seigneur, et que la lumière éternelle les illumine. Au milieu de tes Saints et à jamais, car tu es miséricordieux."

 

 

5. Le Libera me

 

Pour l'absoute.

 

Libera me, Domine, de morte æterna, in die illa tremenda, quando cœli movendi sunt et terra, dum veneris iudicare sæculum per ignem. Tremens factus sum ego et timeo, dum discussio venerit atque ventura ira. Dies illa, dies iræ, calamitatis, et miseriæ, dies magna et amara valde. Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis.

Délivre-moi, Seigneur, de la mort éternelle, en ce jour redoutable :

où le ciel et la terre seront ébranlés, quand tu viendras éprouver le monde par le feu.

Voici que je tremble et que j'ai peur, devant le jugement qui approche, et la colère qui doit venir.

Ce jour-là doit être jour de colère, jour de calamité et de misère, jour mémorable et très amer

donne-leur le repos éternel, Seigneur, et que la lumière brille à jamais sur eux.

 

 

6. In paradisum

 

In Paradisum deducant te Angeli; in tuo adventu suscipiant te Martyres, et perducant te in civitatem sanctam Jerusalem. Chorus Angelorum te suscipiat, et cum Lazaro quondam paupere, æternam habeas requiem.

Que les Anges te conduisent au Paradis ; que les Martyrs t'accueillent à ton arrivée, et t'introduisent dans la Jérusalem du ciel.

Que les Anges, en chœur, te reçoivent, et avec celui qui fut jadis le pauvre Lazare, que tu jouisses du repos éternel.

 

 

Autres prières chrétiennes en latin

 

Le Te Deum

 

Te Deum laudamus,
te Dominum confitemur.
Te aeternum Patrem,
omnis terra veneratur.

Tibi omnes angeli,
tibi caeli et universae potestates,
tibi cherubim et seraphim,
incessabili voce proclamant :

« Sanctus, Sanctus, Sanctus
Dominus Deus Sabaoth.
Pleni sunt caeli et terra
maiestatis gloriae tuae. »

Te gloriosus Apostolorum chorus,
te prophetarum laudabilis numerus,
te martyrum candidatus laudat exercitus.

Te per orbem terrarum
sancta confitetur Ecclesia,
Patrem immensae maiestatis;
venerandum tuum verum et unicum Filium ;
Sanctum quoque Paraclitum Spiritum.

Tu rex gloriae, Christe.
Tu Patris sempiternus es Filius.
Tu, ad liberandum suscepturus hominem,
non horruisti Virginis uterum.



 

Tu, devicto mortis aculeo,
aperuisti credentibus regna caelorum.
Tu ad dexteram Dei sedes,
in gloria Patris.

Iudex crederis esse venturus.
Te ergo quaesumus, tuis famulis subveni,
Quos pretioso sanguine redemisti
Aeterna fac cum sanctis tuis
in gloria numerari.


Salvum fac populum tuum, Domine,
et benedic hereditati tuae.
Et rege eos
et extolle illos usque in aeternum.


Per singulos dies benedicimus te ;
et laudamus nomen tuum in saeculum,
et in saeculum saeculi.

Dignare, Domine, die isto
sine peccato nos custodire.
Miserere nostri, Domine,
miserere nostri.

Fiat misericordia tua, Domine, super nos,
quemadmodum speravimus in te.
In te, Domine, speravi :
non confundar in aeternum.

 

Dieu, nous Te louons,
Seigneur, nous T’acclamons,
Père éternel,
toute la terre Te vénère.

C’est pour Toi que tous les anges,
pour Toi, que toutes les puissances du ciel,
pour Toi, que les chérubins et les séraphins,
chantent d’une voix ininterrompue :

« Saint, Saint, Saint
Le Seigneur, Dieu Sabaoth [des Armées].
Les cieux et la terre sont remplis
de la grandeur de Ta gloire. »

C’est Toi que le chœur glorieux des Apôtres,
Toi que le nombre illustre des Prophètes,
Toi que l’armée radieuse des martyrs louent.

Toi que par toute la terre,
la sainte Église acclame :
Père à la majesté infinie ;
Ton unique, vrai et adorable Fils ;
et aussi le Saint Esprit Paraclet [Avocat, Intercesseur, Défenseur]


Toi, Christ, roi de gloire.
Toi, Fils éternel du Père.
Toi, qui a assumé la nature humaine pour la délivrer,
Tu n’as pas redouté la matrice de la Vierge.

Toi qui, en vainquant l’aiguillon de la mort,
as ouvert aux croyants le Royaume des cieux.
Toi qui est assis à la droite de Dieu,
dans la gloire du Père.

Toi dont on croit que Tu es le juge à venir,
nous T’en prions donc : « Viens au secours de tes serviteurs,
que Tu as rachetés par un précieux sang.
Fais qu’ils soient comptés parmi Tes saints, dans la Gloire éternelle.»


Sauve Ton peuple, Seigneur,
et bénis Ton héritage.
Conduis les,
et exalte les jusque dans l’éternité.



Chaque jour, nous Te bénissons ;
et nous louons Ton nom à jamais,
et dans les siècles des siècles.


Daigne, Seigneur, en ce jour,
nous garder sans péché.
Aies pitié de nous, Seigneur,
aies pitié de nous.

Que Ta miséricorde, Seigneur, vienne sur nous,
selon l’espérance que nous avons mise en Toi.
En Toi, Seigneur, j’ai espéré :
que je ne subisse pas à jamais la confusion.

 

 

Panis angelicus

 

Dernière strophe du « Sacris Solemniis ».

 

Panis angelicus

fit panis hominum;

Dat panis coelicus

figuris terminum:

O res mirabilis !

manducat Dominum

Pauper, servus, et humilis.

Te trina Deitas

unaque poscimus:

Sic nos tu visita,

sicut te colimus;

Per tuas semitas

duc nos quo tendimus,

Ad lucem quam inhabitas.

Amen.

 

Le pain des anges

Devient le pain des hommes.

Le pain du ciel met

Un terme aux symboles.

Ô chose admirable !

Il se nourrit de son Seigneur

Le pauvre, le serviteur, le petit.

Dieu Trinité

En Un, nous te le demandons,

Daigne par ta visite

Répondre à nos hommages.

Par tes voies, conduis-nous

Au but où nous tendons,

À la lumière où tu demeures.

Ainsi soit-il.

 

 

 

Pange lingua

 

Les deux dernières strophes sont souvent isolées pour former une seule pièce, le Tantum ergo.

 

Pange lingua gloriosi
Corporis mysterium,
Sanguinisque pretiosi,
Quem in mundi pretium
Fructus ventris generosi,
Rex effudit gentium. Nobis datus, nobis natus
Ex intacta Virgine
Et in mundo conversatus,
Sparso verbi semine,
Sui moras incolatus
Miro clausit ordine.

In supremae nocte cenae
Recum bens cum fratribus,
Observata lege plene
Cibis in legalibus,
Cibum turbae duodenae
Se dat suis manibus

Verbum caro, panem verum
Verbo carnem efficit :
Fitque sanguis Christi merum,
Et si sensus deficit,
Ad firmandum cor sincerum
Sola fides sufficit.

Tantum ergo Sacramentum
Veneremur cernui:
Et antiquum documentum
Novo cedat ritui:
Praestet fides supplementum
Sensuum defectui.

Genitori, Genitoque
Laus et iubilatio,
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedictio:
Procedenti ab utroque
Compar sit laudatio. Amen.

 

Chante, ô ma langue, le mystère
De ce corps très glorieux
Et de ce sang si précieux
Que le Roi de nations
Issu d’une noble lignée
Versa pour le prix de ce monde. Fils d’une mère toujours vierge
Né pour nous, à nous donné,
Et dans ce monde ayant vécu,
Verbe en semence semé,
Il conclut son temps d’ici-bas
Par une action incomparable :

La nuit de la dernière Cène,
A table avec ses amis,
Ayant pleinement observé
La Pâque selon la loi,
De ses propres mains il s’offrit
En nourriture aux douze Apôtres.

Le Verbe fait chair, par son verbe,
Fait de sa chair le vrai pain ;
Le sang du Christ devient boisson ;
Nos sens étant limités,
C’est la foi seule qui suffit
pour affermir les coeurs sincères.

Il est si grand, ce sacrement !
Adorons-le, prosternés.
Que s’effacent les anciens rites
Devant le culte nouveau !
Que la foi vienne suppléer
Aux faiblesses de nos sens !

Au Père et au Fils qu’il engendre
Louange et joie débordante,
Salut, honneur, toute-puissance
Et toujours bénédiction !
A l’Esprit qui des deux procède
soit rendue même louange. Amen.

 

 

 

Attende Domine

 

Hymne pour le temps du Carême.

 

R. Attende, Domine, et miserere, quia peccavimus tibi.

 

1. Ad te Rex summe, omnium redemptor,
oculos nostros sublevamus flentes ;
exaudi, Christe, supplicantum preces.

 

 

2. Dextera Patris, lapis angularis,
via salutis, ianua caelestis,
ablue nostri maculas delicti.

 

3. Rogamus, Deus, tuam maiestatem ; 
auribus sacris gemitus exaudi ;
crimina nostra placidus indulge.

 

 

4. Tibi fatemur crimina admissa ;
contrito corde pandimus occulta ;
tua Redemptor, pietas ignoscat.

 

5. Innocens captus, nec repugnans ductus,
testibus falsis pro impiis damnatus ;
quos redemisti, tu conserva, Christe.

 

R. Écoutez-nous, Seigneur, et ayez pitié de nous, car nous avons péché contre Vous.

 

1. Vers Vous, souverain Roi, Rédempteur de tous les hommes,
nous élevons nos yeux pleins de larmes.
Écoutez, o Christ, nos prières suppliantes !

 

2. Droite du Père, pierre angulaire,
voie du salut, porte du ciel,
Lavez les souillures de notre péché.

 

3. Nous prions, ô Dieu, Votre Majesté ;
que Vos oreilles saintes entendent nos gémissements ;
Dans Votre bonté, pardonnez-nous de nos crimes.

 

4. Nous Vous avouons les fautes commises ;
d’un cœur contrit nous Vous dévoilons nos péchés ;
Ô Rédempteur, que Votre clémence pardonne.

 

5. Arrêté innocent et emmené sans résistance,
Vous avez été condamné pour les pécheurs par de faux témoins ; 
Ô Christ, conservez ceux que Vous avez rachetés.

 

 

O Salutaris Hostia

 

O salutaris Hostia
Quæ cœli pandis ostium.
Bella premunt hostilia;
Da robur, fer auxilium.

Uni trinoque Domino
Sit sempiterna gloria:
Qui vitam sine termino,
Nobis donet in patria.
Amen.

Ô réconfortante Hostie,
qui nous ouvres les portes du ciel,
les armées ennemies nous poursuivent,
donne-nous la force, porte-nous secours.

Au Seigneur unique en trois personnes
soit la gloire éternelle ;
qu'il nous donne en son Royaume
la vie qui n'aura pas de fin.
Amen.

 

 

Ubi caritas

 

Ubi caritas et amor, Deus ibi est.

Congregavit nos in unum Christi amor.

Exsultemus, et in ipso jucundemur.

Timeamus, et amemus Deum vivum.

Et ex corde diligamus nos sincero.

Ubi caritas et amor, Deus ibi est.

Simul ergo cum in unum congregamur:

Ne nos mente dividamur, caveamus.

Cessent iurgia maligna, cessent lites.

Et in medio nostri sit Christus Deus.

Ubi caritas et amor, Deus ibi est.

Simul quoque cum beatis videamus,

Glorianter vultum tuum, Christe Deus :

Gaudium quod est immensum, atque probum,

Saecula per infinita saeculorum. Amen.

 

Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.

L'amour du Christ nous a rassemblés et nous sommes un.

Exultons et réjouissons-nous en lui.

Craignons et aimons le Dieu vivant

et aimons-nous les uns les autres d'un cœur sincère.

Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.

Ne formons donc tous qu'un seul corps :

Ne soyons pas divisés de cœur, prenons garde.

Cessent les querelles méchantes, cessent les disputes.

Et que le Christ soit au milieu de nous.

Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.

Qu'avec les bienheureux, nous voyions

Votre glorieux visage, ô Christ Dieu,

Joie immense et divine ;

Pendant la durée infinie des siècles.

Ainsi soit-il.

 

 

 

Prières et hymnes mariales

 

Ave Maria

 

Ave Maria, gratia plena,
Dominus tecum,
benedicta tu in mulieribus,
et benedictus fructus ventris tui Iesus.
Sancta Maria mater Dei,
ora pro nobis peccatoribus,
nunc, et in hora mortis nostræ.
Amen.

Je vous salue Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l'heure de notre mort.
Amen.

 

 

Le Salve Regina

 

Salve, Regina, mater misericordiæ. Vita, dulcedo et spes nostra, salve.

Ad te clamamus, exsules filii Hevæ.

Ad te suspiramus, gementes et flentes in hac lacrimarum valle.

Eia ergo, Advocata nostra, illos tuos misericordes oculos ad nos converte.

Et Jesum, benedictum fructum ventris tui, nobis post hoc exilium ostende.

O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria ! Amen.

Salut, Reine, Mère de Miséricorde, notre Vie, notre Douceur, et notre espérance, salut.

Vers toi nous élevons nos cris, pauvres enfants d'Ève exilés.

Vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Tourne donc, ô notre Avocate, tes yeux miséricordieux vers nous.

Et, Jésus, le fruit béni de tes entrailles, montre-le nous après cet exil.

Ô clémente, ô pieuse, ô douce Vierge Marie ! Amen.

 

 

Alma Redemptoris Mater

 

Alma Redemptóris Mater,
quæ pérvia caeli porta manes,
Et stella maris,
succúrre cadénti
súrgere qui curat pópulo :
Tu quæ genuísti, natúra miránte,
tuum sanctum Genitórem :
Virgo prius ac postérius,
Gabriélis ab ore
sumens illud Ave,
peccatórum miserére.

Tendre mère du Rédempteur,
qui demeure la porte ouverte du Ciel,
et l’étoile de la mer,
porte secours au peuple qui succombe
et cherche à se relever :
Toi qui a engendré, à la surprise de la nature,
ton saint Créateur,
[étant] vierge avant et après [l’enfantement],
et, de la bouche de Gabriel,
recevant cette salutation,
aies pitié des pécheurs.

 

 

Regina Caeli

 

Regina Cœli, laetare, alleluia:
quia quem meruisti portare, alleluia.
Resurrexit, sicut dixit, alleluia.
Ora pro nobis Deum, alleluia.

Reine du ciel, réjouissez-vous, Alleluia
car Celui que vous avez mérité de porter dans votre sein, Alleluia
est ressuscité comme Il l'a dit, Alleluia
Priez Dieu pour nous, Alleluia.

 

 

Ave Regina Coelorum

 

Ave, Regína cœlórum
Ave, Dómina angelórum,
Salve, radix, salve, porta
Ex qua mundo lux est orta.

Gaude, Virgo gloriósa,
Super omnes speciósa ;
Vale, o valde decóra
Et pro nobis Christum exóra.

 

Salut, Reine des cieux !
Salut, Reine des
Anges !
Salut, tige féconde !
Salut, porte du
Ciel !
Par toi la
lumière s’est levée sur le monde.

Réjouis-toi, Vierge glorieuse,
Belle entre toutes les femmes !
Salut, splendeur radieuse,
Implore le
Christ pour nous.

 

 

Ave Maris Stella

 

Ave maris stella,
Dei mater alma
Atque semper virgo
Felix caeli porta

Sumens illud ave
Gabrielis ore
Funda nos in pace
Mutans Evae nomen

Solve vincla reis
Profer lumen caecis
Mala nostra pelle
Bona cuncta posce

Monstra te esse matrem
Sumat per te preces
Qui pro nobis natus
Tulit esse tuus

Virgo singularis
Inter omnes mitis
Nos culpis solutos
Mites fac et castos

Vitam praesta puram
Iter para tutum
Ut videntes Jesum
Semper collaetemur

Sit laus Deo Patri
Summo Christo decus
Spiritui sancto
Tribus honor unus

Amen

Salut, étoile de la mer
Mère nourricière de Dieu
Et toujours vierge,
Bienheureuse porte du ciel

En recevant cet ave
De la bouche de Gabriel
Et en changeant le nom d’Eve
Établis-nous dans la paix

Enlève leurs liens aux coupables
Donne la lumière aux aveugles
Chasse nos maux
Réclamez-(nous) tous (ces) biens

Montre-toi notre mère
Qu’il accueille par toi nos prières
Celui qui, né pour nous,
Voulut être ton fils

Vierge sans égale,
Douce entre tous,
Quand nous serons libérés de nos fautes
Rends-nous doux et chastes

Accorde-nous une vie innocente
Rends sûr notre chemin
Pour que, voyant Jésus,
Nous nous réjouissions éternellement

Louange à Dieu le Père,
Gloire au Christ Roi
Et à l’Esprit saint,
À la Trinité entière un seul hommage

Amen

 

 

Stabat Mater

 

Stabat Mater dolorosa
Juxta crucem lacrimosa
dum pendebat Filius.

Cuius animam gementem,
contristatam et dolentem,
pertransivit gladius.

O quam tristis et afflicta
fuit illa benedicta
Mater Unigeniti.

Quæ mœrebat et dolebat,
Pia Mater cum videbat
Nati pœnas incliti.

Quis est homo qui non fleret,
Matrem Christi si videret
in tanto supplicio ?

Quis non posset contristari,
Christi Matrem contemplari
dolentem cum Filio ?

Pro peccatis suæ gentis
vidit Iesum in tormentis
et flagellis subditum.

Vidit suum dulcem natum
morientem desolatum,
dum emisit spiritum.

Eia Mater, fons amoris,
me sentire vim doloris
fac, ut tecum lugeam.

Fac ut ardeat cor meum
in amando Christum Deum,
ut sibi complaceam.

Sancta Mater, istud agas,
Crucifixi fige plagas
cordi meo valide.

Tui nati vulnerati,
tam dignati pro me pati,
pœnas mecum divide.

Fac me tecum pie flere,
Crucifixo condolere,
donec ego vixero.

Iuxta crucem tecum stare,
et me tibi sociare
in planctu desidero.

Virgo virginum præclara,
mihi iam non sis amara :
fac me tecum plangere.

Fac ut portem Christi mortem,
passionis fac consortem,
et plagas recolere.

Fac me plagis vulnerari,
fac me cruce inebriari,
et cruore Filii.

Flammis ne urar succensus
per te Virgo, sim defensus
in die judicii

Christe, cum sit hinc exire,
da per Matrem me venire
ad palmam victoriae.

Quando corpus morietur,
fac ut animæ donetur
Paradisi gloria.

Amen ! In sempiterna sæcula. Amen.

 

Figée de douleur, la Mère était là,
Toute en larmes, auprès de la croix,
Alors que son Fils y était suspendu.

Son âme gémissante,
Désespérée et souffrante,
Fut transpercée d'un glaive.

Qu'elle était triste, anéantie,
La femme entre toutes bénie,
La Mère du Fils unique !

Dans le chagrin qui la poignait,
Cette tendre Mère pleurait
Son Fils mourant sous ses yeux.

Quel homme sans verser de pleurs
Verrait la Mère du Seigneur
Endurer si grand supplice ?

Qui pourrait dans l'indifférence
Contempler en cette souffrance
La Mère auprès de son Fils ?

Pour toutes les fautes humaines,
Elle vit Jésus dans la peine
Et sous les fouets meurtri.

Elle vit l'Enfant bien-aimé
Mourant seul, abandonné,
Et soudain rendre l'esprit.

Ô Mère, source de tendresse,
Fais-moi sentir grande tristesse
Pour que je pleure avec toi.

Fais que mon âme soit de feu
Dans l'amour du Seigneur mon Dieu :
Que je Lui plaise avec toi.

Mère sainte, daigne imprimer
Les plaies de Jésus crucifié
En mon cœur très fortement.

Pour moi, ton Fils voulut mourir,
Aussi donne-moi de souffrir
Une part de Ses tourments.

Donne-moi de pleurer en toute vérité,
Comme toi près du Crucifié,
Tant que je vivrai !

Je désire auprès de la croix
Me tenir, debout avec toi,
Dans ta plainte et ta souffrance.

Vierge des vierges, toute pure,
Ne sois pas envers moi trop dure,
Fais que je pleure avec toi.

Du Christ fais-moi porter la mort,
Revivre le douloureux sort
Et les plaies, au fond de moi.

Fais que Ses propres plaies me blessent,
Que la croix me donne l'ivresse
Du Sang versé par ton Fils.

Je crains les flammes éternelles ;
Ô Vierge, assure ma tutelle
À l'heure de la justice.

Ô Christ, à l'heure de partir,
Puisse ta Mère me conduire
À la palme des vainqueurs.

À l'heure où mon corps va mourir,
À mon âme, fais obtenir
La gloire du paradis.

Amen ! Pour les siècles des siècles. Amen.

 

 

Olivier Geoffroy (juillet2019)

 

Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter