Quelques glanes sur les familles de musiciens
BIGOT-DUSSEK, BINEAU et HETUIN


 

Octave Bigot-Dussek
(coll. Elisabeth Bigot)
Andrée Bigot-Dussek
(coll. Elisabeth Bigot)

 

 

Octave Bigot, plus connu sous le nom de Bigot-Duschek ou Bigot-Dussek, est né le 7 août 1876 à Paris et décédé le 11 février 1954 à Juilly (Seine-et-Marne), fils de Charles Bigot et de Thérèse Duschek. Elève du Conservatoire National Supérieur de Musique, il y suit notamment la classe d’harmonie d'Emile Pessard fréquentée à la même époque par Ravel et fait ensuite une carrière musicale au cours de laquelle on le trouve un temps chef d'orchestre au Châtelet et directeur artistique des concerts parisiens Dufayel. Egalement compositeur, on lui doit principalement des mélodies, des pièces pour piano et quelques pages de musique de chambre : Soir d'automne, trio pour violon, violoncelle et piano (Paris, Andrieu,1906), Griffes roses, valse lente pour piano (id., 1907), Marche triomphale pour piano, dédicacée à Georges Dufayel (id.), Paix et labeur, duo ténor et basse, poésie de Pierre Thénards (La Garenne, S. Pauly, 1907), Nids et berceau, pour chant, harpe, orgue ou piano ad libitum, poème de d'Ernest Lourdelet (Paris, Sénart, 1913), Doux matins, solo pour soprano ou ténor, poésie d'Ernest Lourdelet (id.), Chants de brume et de soleil (réunis 12 pièces), poèmes d’Ernest Lourdelet (id.), Coqkedette, L’Ouragan, Retraite joyeuse, Les belles Sablaises

 

Par son mariage célébré en 1912 à Meudon (Hauts-de-Seine) avec Suzanne Bineau, il avait rejoint une famille d’artistes musiciens sur plusieurs générations. Celle-ci, née le 24 janvier 1888 à Juilly (Seine-et-Marne), violoniste sortie de la classe de Vincent Candéla au Conservatoire National Supérieur de Musique, était en effet fille d’Auguste Bineau (1863-1946), violoniste et professeur de musique au célèbre collège de Juilly, lui-même fils de Léopold Bineau (1821-1890), artiste lyrique issu d’une famille de Vendée, qui épousera en secondes noces Berthe de Chavannes de la Giraudière, aussi professeur de musique. Mentionnons encore dans cette famille Charles Hétuin (1859-1889), originaire du Nord de la France, oncle par alliance de Suzanne Bineau et fils d’Adolphe Hétuin (1820-1877, professeur de musique, chef de l’Harmonie de Saint-Valéry-sur-Somme et de celle d’Abbeville) : ancien élève de l’Ecole de musique classique Niedermeyer, tout comme ses frères Adolphe (maître de chapelle à l’Institut libre d’Agneaux dans la Manche) et Eugène (professeur de musique dans le même établissement et titulaire du grand orgue de l’église Notre-Dame à Saint-Lô), il enseignait la musique également au collège de Juilly. Après une carrière parisienne, Bigot-Dussek s’installa à Juilly, où, à son tour il professa dans ce collège, tout en donnant des concerts. Notamment, le dimanche 31 mars 1935 dans cet établissement, il dirigeait Les Béatitudes de César Franck, pour soli, chœurs et orchestre (70 exécutants), avec le concours de la Chorale Saint-Christophe, d’artistes de l’Opéra, des Concerts du Conservatoire, des Concerts Pasdeloup, de plusieurs autres lauréats du Conservatoire de Paris, et de sa fille au grand orgue.

 

(coll. Elisabeth Bigot) DR.

 

Celle-ci, Andrée Bigot-Dussek, née le 28 décembre 1912 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), décéda à l’âge de 35 ans le 16 novembre 1948 à Fontenay-les-Buis (Essonne). Elle avait entamé une carrière musicale qui s’avérait prometteuse, mais interrompue par une mort prématurée. Elève de Charles Tournemire dans sa classe de musique d’ensemble, et de Santiago Riera dans celle de piano où elle obtenait un 1er prix en 1933, elle se produisait en concert, tant au piano qu’à l’orgue et au clavecin. Egalement compositrice, elle est l’auteur d’un Chant intime, pour piano et violoncelle (Paris, Bornemann, 1948) et d’une série de 6 petites pièces descriptives sur les 5 notes pour piano, intitulé Ecoutez mes jolies histoires (1er cahier, Paris, H. Hérelle, 1944, retirage 1955 par L. Philippo, puis repris de nos jours par Combre) : Au trot, au trot, mon petit âne grisC’est un enfant très sageClair de luneFaites un joli dodoLa ronde des petites écureuils rouxQuand sonnent les cloches de mon village.

 

Musimem

et la collaboration d’Elisabeth Bigot

(octobre 2020)

 

Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter