Le Panthéon des musiciens

De décembre 2000 à juin 2001

Oleg PODGORNY - Michel DENS - Pierre FIRMIN-DIDOT - André PRÉVOST - Pierre DENIS - Nicole HENRIOT - Iannis XENAKIS - Georges NORÉ - Roger DELAGE - Charles TRENET - Paul HUBER - Norbert GLANZBERG - Evgueni MALININ - Graziella SCIUTTI - Peter MAAG - Irène JOACHIM - Giuseppe SINOPOLI - Roger ALBIN - Gina CIGNA - Ernest BOUR - François LESURE

 

Le 17 décembre 2000, c’est le directeur du Festival international de musique " Printemps de Prague ", Oleg PODGORNY qui nous a quittés. Fondée en mai 1946 au lendemain de la guerre, cette manifestation musicale est la plus importante du pays et a été durant longtemps considérée comme la plus prestigieuse d’Europe. Agé de 44 ans, il était également musicologue, producteur d’émissions radiophoniques, collaborateur de nombreuses revues musicales et vice-président de l’Association internationale des festivals de musique...

D.H.M.

Michel Dens
( photo X..., Le Guide du Concert, 12 février 1954 )

Michel DENS, remarquable bayton spécialiste de l’opéra-comique, est mort le 19 décembre 2000 dans la nuit, à l’hôpital Bichat (Paris), dans sa quatre-vingt dixième année. Il avait fait une carrière exceptionnellement longue pour un chanteur d’opéra. Né à Roubaix, le 22 juin 1914, il suivait les cours du Conservatoire de sa ville natale et dès 1938 était engagé à l’Opéra de Lille. Dès lors une prestigieuse carrière l’attendait à Bordeaux, Grenoble, Toulouse, Marseille et enfin, après la seconde guerre mondiale, à l’Opéra et à l’Opéra-Comique de Paris. On le verra également chanté en 1954 Ourias dans Mireille de Gounod au Festival d’Aix-en-Provence. C’est principalement dans l’opéra-comique et dans l’opérette qu’il s’est illustré : Les noces de Jeannette (Victor Massé), Monsieur Beaucaire (André Messager), Les Pêcheurs de perles (Georges Bizet), La Fille de madame Angot (Charles Lecocq), Le Pays du sourire (Franz Lehar)... On parlait même de son " époustouflant Escamillo " dans Carmen (Bizet). Plusieurs générations l’ont adulé au cours de ses nombreuses tournées qu’il eut l’occasion de menées tant en France, qu’en Belgique, Suisse, Canada et en Afrique du Nord. Heureusement, sa voix n’a pas irrémédiablement disparu grâce à une discographie impressionnante. On y trouve en effet des centaines d’enregistrements d’Audran, Gounod, Ganne, Lehar, Massé, Massenet, Offenbach, Strauss... Ses obsèques religieuses ont été célébrées le mardi 26 décembre 2000, à 11 heures, en l’église Saint-Roch (Paris 1er).

D.H.M.

Pierre FIRMIN-DIDOT est mort à Chartres le 5 janvier 2001. Né le 23 août 1921 au Mesnil-sur-l'Estrée (Eure), cet éditeur-imprimeur était également un mélomane et mécène. C’est lui qui est le fondateur en 1971 du célèbre Concours international d'improvisation et d'interprétation, dit "Grand Prix de Chartres", dont le siège est situé 75 rue de Grenelle à Paris. Il s'était en effet intéressé très tôt à l'orgue de la cathédrale de Chartres, pour lequel il lançait en 1964 une campagne de restauration, qui abouti à son inauguration en 1971. En 1970 il créait l'Association des grandes orgues de Chartres et en 1980 un Centre international du vitrail. Marié à Bridget Guevara, puis à Diane Guest-Sevastopulo, il avait épousé en troisième noces, en 1981, l'organiste Lynne DAVIS. Née en 1949, de nationalité américaine, celle-ci, installée en France depuis de nombreuses années, a tenu successivement les orgues de St-Pierre-St-Paul de Clamart, St-Vincent-de-Paul de Paris et enfin St-Pierre de Dreux. Elle enseigne également au CNR de Caen.

Les actions importantes de mécénat de Pierre Firmin-Didot ont été en vérité grandement facilitées par une fortune personnelle héritée de sa famille : c'était en effet l'aîné des descendants de l'illustre famille des Didot, comptant une dizaine de générations d'imprimeurs, éditeurs et bibliophiles. Elles étaient toutes issues de François Didot (1689-1757), reçu libraire à Paris en 1713. C'est son petit-fils, Firmin Didot (1764-1836), imprimeur de l'Institut et député, qui laissa son nom à la famille. Il dirigeait l'une des usines familiales au Mesnil-sur-l'Etrée, là-même où est né Pierre plus d’un siècle plus tard.

Chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’Ordre national du mérite, chevalier du Mérite agricole, ses obsèques ont été célébrées le 11 janvier en cette cathédrale de Chartres qu’il aimait tant, suivies de l’inhumation au cimetière d’Escorpain (Eure-et-Loire)

D.H.M.

André Prévost
en octobre 1997
( Photo Robert P. Girard )

Né en juillet 1934 à Hawkesbury, Ontario, Canada, décédé à Montréal le 26 janvier 2001 après une longue et cruelle maladie, André PRÉVOST était une figure majeure de la musique au Québec. Formé d'abord au Conservatoire de Montréal avec Clermont Pépin, Jean Papineau-Couture et Isabelle Delorme, puis à Paris sous la direction d'Olivier Messiaen, Henri Dutilleux et Michel Philippot, il travailla ensuite à Tanglewood, Massachussets, avec Copland, Kodály, Schuller et Carter. Dans son catalogue de plus d'une soixantaine d'oeuvres pour orchestre, petits ensembles, piano, orgue et voix, mentionnons Terre des Hommes pour double orchestre, trois chœurs et deux récitants, qui fut entendue lors de l'inauguration de l'Exposition Internationale de Montréal en 1967, et l'enregistrement de ses quatuors à cordes numéros 2, 3 et 4 par le Quatuor Alcan. André Prévost était professeur à la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Il avait reçu la médaille du Conseil Canadien de la musique en 1977, et il était officier de l'Ordre du Canada depuis avril 1986.

M.B.

C’est le 26 janvier 2001 que Pierre DENIS s’en est allé dans sa 91e année. Pharmacien de son état, il était aussi et surtout secrétaire général des Amis de l’Orgue (association fondée en 1927 par Béranger de Miramon Fitz-James et Norbert Dufourcq), musicien averti et excellent organiste. On lui doit en outre de nombreux articles parus dans la revue L’Orgue à partir de 1938 : La musique d’orgue (Schoenberg), Les Aveugles et l’Ecole d’orgue française, L’orgue de salon dans la région parisienne depuis un siècle, L’orgue à l’Exposition internationale de Bruxelles en 1958, Cinquante années au service de l’orgue français..., ainsi que toute une série de biographies, sous le titre de Les organistes français d’aujourd’hui : Fleury, Duruflé, Langlais, Souberbielle, Roget, Messiean, Litaize, Paponaud, Boulnois, Grunenwald, Girod, Demessieux, Falcinelli.... Véritable encyclopédie vivante pour tout ce qui touche l’orgue, Pierre Denis avait eu le privilège de rencontrer au cours de sa longue existence tous les grands maîtres du XXe siècle, sur lesquels il connaissait mille détails. Comme organiste il avait longtemps suppléé (1945-1975) son maître Jean Langlais à Ste-Clotilde, duquel il était l’un de ses brillants élèves particuliers. Fidèle disciple et son admirateur, Pierre Denis a beaucoup contribué à mieux faire connaître l’œuvre de Jean Langlais. N’a-t-il pas notamment, afin de la sauver de l’oubli, recopié de sa main sa Messe d’Escalquens op. 19, écrite en 1935 ? Jean Langlais lui dédiera plus tard, en 1948, sa Suite française op. 59 , pour orgue ( Bornemann). Le 15 octobre 1950 à Ste-Clotilde, c’est Pierre Denis qui tenait le grand orgue, avec François Tricot à l’orgue de chœur, lors de la première audition de la Messe Solennelle op. 67 de Langlais (Schola Cantorum).

D.H.M.

Nicole Henriot-Schweitzer en 1968
( coll. Schweitzer-Henriot )

" Est-il possible d’être aussi douée pour le piano ? Nicole Henriot joue de son instrument comme un enfant avec son ballon ! " Ainsi parlait Hélène Jourdan-Morhange dans Le Guide du concert, commentant un récital de la pianiste, donné à la Salle Pleyel le 14 octobre 1957. Dans la nuit du 3 au 4 février 2001, Nicole HENRIOT-SCHWEITZER s’est éteinte à son domicile de Louveciennes (Yvelines). Elle était âgée de 75 ans. Fille d’Emile Henriot et de Françoise Riché, nièce par alliance des chefs d’orchestre Fritz et Charles Münch, elle naquit à Paris, le 25 novembre 1925. Ses études musicales effectuées dans la classe de Marguerite Long au CNSM furent couronnées par 1er Prix de piano en 1938 ; elle n’avait que 13 ans ! L’année suivante, elle remportait le Concours Fauré à Luxembourg et dès la fin de la guerre une brillante carrière s’ouvrait à elle. On la verra se produire sur tous les continents. Son oncle Charles Münch, avec le Boston Symphony Orchestra en fit sa pianiste favorite, puis, lorsqu’il créa en France (1967) l’Orchestre de Paris, la prit comme soliste. Parmi ses nombreuses créations, on lui doit en 1953 la Suite concertante de Milhaud. Au début des années 70, elle se lança avec succès dans l’enseignement du piano, tout d’abord au Conservatoire de Liège, puis à celui de Bruxelles. Alexander Gurning, Thérèse Malengreau et Jean de Saint-Guilhem, parmi tant d’autres de ses élèves, ont bénéficié de ses conseils qui leur ont permis notamment d’acquérir beaucoup d’aisance et d’intelligence musicale.

Nicole Henriot avait épousé à New-York en 1958 le vice-amiral d’escadre Jean-Jacques Schweitzer (1920-1993). Ancien major général de la marine, celui-ci était un neveu du théologien, médecin missionnaire et organiste Albert Schweitzer, et l’oncle de Louis Schweitzer (né en 1942), directeur de Renault...

D.H.M.

Iannis XENAKIS, compositeur français d’origine grecque, mathématicien et architecte vient de s’éteindre à son domicile parisien, le dimanche 4 février 2001 dans la matinée, des suites d’une longue maladie. Ingénieur de l’Ecole polytechnique d’Athènes, il était né à Braila (Roumanie), le 29 mai 1922 et s’était réfugié en 1947 à Paris, après avoir effectué un long séjour en Grèce. Naturalisé français en 1965, il avait été l’élève de Le Corbusier pour l’architecture et de Darius Milhaud pour la musique à l’Ecole Normale de Musique ainsi d’ailleurs d’Olivier Messiaen au Conservatoire. Mathématicien de formation, Xenakis voulait faire jouer à cette matière un certain rôle dans la musique en se servant de la théorie des ensembles et du calcul des probabilités. Fondateur et directeur du Centre d’études mathématiques et automatiques musicales à Paris en 1966, maître de conférences puis professeur à l’Université de Paris I, membre de l’American Academy and Institute of Arts ans Letters (1975) et de l’Académie des Beaux-Arts (1983), son influence est considérable auprès des écoles polonaise et japonaise, notamment en ce qui concerne sa conception d’une " métamusique ". Son œuvre importante, dans laquelle il fait appel à l’électroacoustique, aux ordinateurs et aussi aux instruments traditionnels de l’orchestre est caractérisée par des titres en langue grecque dans le but de démontrer que les concepts grecs classiques sont à l’origine de la science moderne. Même si sa musique n’a pas toujours été comprise par l’auditeur, il est incontestable que Xenakis, doté d’une personnalité complexe, a marqué de son empreinte spécifique toute une génération de musiciens modernes. Citons parmi celle-ci qui comporte de nombreux numéros d’opus, Métastasis pour 61 instruments, Pithoprakta pour 50 instruments, Achorripsis pour 21 instruments, Herma pour piano, Terrêtektorh pour grand orchestre de 88 musiciens répartis dans le public, Polytope de Montréal spectacle de son lumières pour l’Exposition de Montréal (1967), Kraanerg (ballet pour orchestre et bande magnétique), Persephassa pour 6 percussionnistes, N’shima pour 2 cors, 2 trombones, violoncelle et 2 mezzo-sopranos, Aïs pour baryton amplifié, percussion et orchestre sur des textes de l’Illiade et l’Odyssée, Shaar pour orchestre à cordes, Lichens I pour orchestre, Echange pour clarinette basse et 13 musiciens, Pu Wijnuej We Fyp pour choeur d’enfants sur un texte de Rimbaud, et Les Bacchantes d’Euripide pour chœur de femmes et 6-7 instruments. Son oeuvre ultime, composée en 1997, porte le titre de la dernière lettre de l'alphabet grec : Omega. On lui doit également quelques écrits : Musiques formelles (Paris, 1963), Vers une métamusique (1967), Vers une philosophie de la musique (1968), Entretien avec Jacques Bourgeois (1968)... dans lesquels il s’évertue à expliquer sa conception toute personnelle de la musique. Il était marié à Françoise Gargouïl, journaliste et écrivain.

D.H.M.

Georges Noré
( photo X... )

Le 5 février 2001, à Château-Renault (Indre-et-Loire), où il s’était retiré, est mort le ténor français Georges NORÉ. Il avait longtemps interprété le rôle-titre du Faust de Gounod à partir de 1938 et était considéré comme le successeur de Georges Thill. Né le 25 mars 1910, Georges Noré fut engagé en 1935 par Jacques Rouché, alors directeur de l’Opéra de Paris, pour chanter Rigoletto de Verdi. Le succès fut rapidement au rendez-vous, malgré une interruption due à la guerre entre 1939 et 1941. C’est en 1960 qu’il se retira. On lui doit plusieurs enregistrements mémorables, notamment en 1944 Thaïs de Massenet (Nicias), avec Elen Dosia, Paul Cabanel, Huguette Saint-Arnaud et Madeleine Drouot, chœurs et orchestre sous la direction de Jules Gressier (CD Malibran Music CDRG 132) et en 1947, Faust de Gounod, avec Geori Boué, Roger Bourdin, Roger Nico, Huguette Saint-Arnaud, Betty Bannerman et Ernest Franck, Chœurs et Orchestre philharmonique de Londres sous la direction de Sir Thomas Beecham (CD Malibran Music CDRG 153).

D.H.M.

Chef d’orchestre, mais surtout connu comme musicologue spécialiste d’Emmanuel Chabrier, Roger DELAGE est mort le 8 février 2001 à Strasbourg. Son Chabrier, iconographie musicale (Minkoff-Lattès, 1982), son impressionnante Correspondance d’Emmanuel Chabrier de 1262 pages !, écrite en collaboration avec Franz Durif et Thierry Bodin (Klincksieck, 1994) et son dernier ouvrage publié en 1999 chez Fayard, tout simplement intitulé Emmanuel Chabrier, qui fut couronné par le Grand Prix des muses, sont des monuments sur l’auteur du Roi malgré lui et de Gwendoline. On lui doit également de nombreux articles sur le même sujet publiées dès le début des années soixante dans les revues The Musical Quaterly, la Revue de Musicologie, la Revue de l’art ou encore dans L’Oeil. Mais, si Roger Delage était un musicologue féru, c’était également un musicien averti. Né le 4 décembre 1922 à Vierzon, après avoir fréquenté le Conservatoire de Paris, notamment les classes d’alto de Maurice Vieux, d’histoire de la musique de Norbert Dufourcq et de musique de chambre de Pierre Pasquier, il s’était fixé à Strasbourg en 1954. Second alto à l’Orchestre philharmonique de cette ville durant une quinzaine d’années, professeur au Conservatoire de Strasbourg à partir de 1968, il avait surtout fondé en 1959 le Collegium Musicum de Strasbourg. Formé de deux ensembles distincts, l’un d’instruments anciens, l’autre de musique de chambre, Roger Delage s’évertuait avec eux de faire découvrir au public un large répertoire. Il a d’ailleurs enregistré chez Arion (ARN 68252) un CD d’œuvres de Chabrier  avec les trois opérettes Fisch-Ton-Kan et Vaucochard et Fils Ier, écrites sur des livrets de Verlaine et que le compositeur n’avait pas eu le temps d’achever, et Une éducation manquée (1879).

D.H.M.

Chanson Quand tu reverras ton village, paroles et musique de Charles Trenet, créée et enregistrée sur disque par Tino Rossi et portant en tête l'inscription "Cette chanson est amicalement dédiée à André Pradier et à ses camarades du Stalag XIII B". Editions Salabert, Paris, 1942.
( Coll. D.H.M.) )
Chanson La romance de Paris, paroles et musique de Charles Trenet, pour le film "Romance de Paris" de Jean Boyer (1941) . Editions Salabert, Paris
( Coll. D.H.M. )

Le Fou chantant nous a quittés le 18 février 2001, après avoir transmis à travers plus de mille chansons sa poésie bienfaisante, son amour de la vie, de la beauté et de sa Douce France. Tout au long du vingtième siècle il a ainsi éduqué sainement le sens musical de plusieurs générations avec ses mélodies élégamment construites, ses harmonies naturelles, ses crescendos entraînants, ses modulations efficaces et ses rythmes joyeux, apportant de nouvelles racines à la chanson française, pendant que Béart et Gainsbourg débattaient la pertinence de la considérer on non comme un art mineur. Son oeuvre la plus connue? La mer, probablement. Une des plus grandes? L'âme des poètes sans doute. Mais elles n'enlèvent pas leur personnalité à Boum, Papa pique et maman coud, Que reste-t-il de nos amours?, Mes jeunes années, Le soleil et la lune, Moi j'aime le music-hall ou Le jardin extraordinaire. Né le 18 mai 1913 à Narbonne, Charles TRENET n'a eu qu'un seul regret au soir de sa longue carrière, alors qu'il abandonnait définitivement la scène en 1999 : avoir peut-être trop travaillé, n'ayant pas pris un seul jour de vacances pendant près de vingt-cinq années consécutives. Il a aussi tenu des rôles dans une dizaine de films et publié plusieurs romans. Il fut élu à l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France, section Composition musicale, à un siège créé par décret du 8 juin 1998. Il était Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, Commandeur des Palmes Académiques et Commandeur des Arts et Lettres.

M.B.

Le 25 février 2001 est mort à l’hôpital cantonal de Saint-Gall (Suisse) le compositeur suisse Paul HUBER, à l’âge de 83 ans. Né à Kirchberg (canton de Saint-Gall) en 1918, il avait commencé ses études musicales au Conservatoire de Zurich, puis s’était notamment rendu à Paris afin de suivre la classe de composition de Nadia Boulanger. Sa carrière s’est ensuite entièrement déroulée dans son pays d’origine où il fut chef d’orchestre à Wil et professeur de chant et de piano à l’Ecole cantonale de Saint-Gall de 1951 à 1983. Compositeur très prolifique, on lui doit en effet plus de 400 œuvres de musique chambre ou orgue, 200 pièces vocales profanes ou sacrées, 70 morceaux pour harmonie et un opéra. Au travers de ses nombreuses messes, on retrouve une pensée proche de celle d’Anton Bruckner. Son œuvre est techniquement parfaite, parfois proche de la perfection, notamment son admirable Messe op. 13, interprétée au Conservatoire de Genève le 21 juin 1998 lors de la fête de la musique...

D.H.M.

Sans y penser, valse chantée de Norbert Glanzberg, sur des paroles de J.M. Huard et G. Groëner, créée par Lys Gauty. Publications Francis-Day, 1938.
( Coll. D.H.M. )
Le bonheur est entré dans mon coeur, valse chantée de Norbet Glanzberg, sur des paroles de Michel Vaucaire et Gaston Groëner, composée pour le film "La Goualeuse" de Fernand Rivers (1938) et créée par Lys Gauty. Editions Paul Beuscher.
( Coll. D.H.M. )

Le compositeur Norbert GLANZBERG s’est éteint à Paris, le 25 février 2001, à l’âge de 90 ans. Il était notamment l’auteur de chansons qui ont fait le tour du monde : Tu me fais tourner la tête, Padam... padam..., Mon manège à moi et Le ballet des Coeurs pour Edith Piaf, Moi, j’m’en fous et Les Grands Boulevards pour Yves Montand. Sa première interprète fut Lys Gauty, pour laquelle il écrivit notamment les chansons Sans y penser (1938), ainsi que Le bonheur est entré dans mon cœur, valse pour le film de Fernand Rivers, la Goualeuse, avec Dorville et Marguerite Pierry (1938). Né en Pologne en 1910, il passa son enfance en Bavière, à Würzburg et débuta sa carrière à Berlin en composant des musiques de films. Assistant quelque temps d’Alban Berg, il se fixa un moment à Hollywood où il travailla pour les réalisateurs Billy Wilder et Max Offuls. Pourchassé par le régime nazi qui le considérait comme un intellectuel " responsable de l’art dégénéré ", il réussit à s’enfuir et s’installa à Paris dès l’avènement d’Hitler au poste de chancelier. C’est ainsi que, définitivement fixé en France, on lui devra dans les années cinquante les plus belles chansons de Piaf et de Montand et plusieurs autres musiques de films, dont notamment celles de La mariée était trop belle, avec Brigitte Bardot (Gaspard-Huit, 1956) et de Mon oncle de Jacques Tati (1958). Mais Norbert Glanzberg a également écrit des œuvres plus classiques : une Suite Yiddish pour grand orchestre, des Holocaust songs pour mezzo et orchestre, et un Concerto pour deux pianos qui figure au répertoire de Brigitte Engerer et Bruno Rigutto. Il avait été longtemps pianiste répétiteur de Richard Strauss et comptait parmi ses plus fidèles amis Picasso, Bartok et Georges Auric... En ultime hommage rappelons à tous les quatre premiers vers de la chanson Padam... padam...., enregistrée par Piaf le 15 octobre 1951 (paroles de Henri Comtet), qui a été fredonnée par plusieurs générations :

Cet air qui m’obsède jour et nuit,
Cet air n’est pas né d’aujourd’hui.
Il vient d’aussi loin que je viens,
Traîné par cent mille musiciens...

D.H.M.

Dans la nuit du 5 au 6 avril 2001 le " poète du piano " et pédagogue russe Evgueni MALININ nous a quittés en Allemagne. Il s’était fait connaître en France en 1953 lors du Concours Long-Thibault. Il n’était revenu dans notre pays qu’au cours des années 1980 pour animer, avec la pianiste Thérèse Dussaut, le Festival des Cévennes au Château de Banne (Ardèche), entre 1987 et 1996. Longtemps resté dans l’ex-URSS, il était peu connu du public français même si son jeu lumineux l’avait fait surnommé le " poète du piano ". Né le 8 novembre 1930 à Moscou, il commença l’étude de la musique à l’âge de 4 ans, puis entra au Conservatoire Tchaïkovski où il devint surtout l’élève d’Henrich Neuhaus, qui compte parmi ses autres illustres élèves Sviatoslav Richter et Radu Lupu. Il succéda d’ailleurs plus tard à son maître en 1972 et forma à son tour toute une pléiade de pianistes soviétiques.

D.H.M.

Graziella Sciutti au début des années cinquante
( photo X... )

Spécialiste du bel canto et de Mozart, la soprano italienne Graziella SCIUTTI s’est éteinte le 10 avril 2001 à la veille de ses 74 ans. Même si elle faisait merveille dans l’interprétation de Mozart et du répertoire du XVIIIe siècle, sa technique parfaite lui permettait de servir au mieux le répertoire contemporain, avec notamment la création en 1954 à Aix-en-Provence des Caprices de Marianne d’Henri Sauguet.

Graziella Sciutti : Opéra, arias et mélodies françaises
(2 CD Philips 442 750-2, Series "The Early Years")

Née à Turin le 17 avril 1927, elle étudie le chant à Rome et débute au Festival d’Aix-en-Provence en 1951 dans Le Téléphone, un opéra humoristique de Gian Carlo Menotti, qui avait été créé par la New York City Ballet Society le 18 février 1947. Dès lors une prestigieuse carrière s’ouvre à elle et les plus grandes scènes lyriques  se l’arrachent : la Scala de Milan, l’Opéra de Vienne, le Covent-Garden de Londres, le Met de New-York, l’Opéra de San Francisco et les Festivales d’Aix-en-Provence, Glyndebourne, Edimbourg et Salzbourg. Au cours des années 50-60, on peut ainsi l’applaudir dans Le mariage secret de Cimarosa, Cosi fan tutte et Don Giovanni de Mozart, La Buona Figliola de Piccinni, Falstaff de Verdi, Le Barbier de Séville de Rossini ou encore Don Pasquale de Donizetti et La Bohème de Puccini... Elle sera dirigée par les plus grands chefs d’orchestre : Karajan, Muti, Böhm et Maazel. Son aisance naturelle lui permet de jouer tous les rôles de soubrettes pour lesquels d’ailleurs elle est connue. Elle fit ses adieux au public en 1972 et à partir de 1986 dirigeait sa propre Académie à Florence. Elle enseignait également au Royal College of Music de Londres. Le Emmy Awards 1996-1997 lui avait été décerné pour son interprétation de la Bohème au Met. Il nous reste heureusement une discographie nombreuse, notamment l’intégrale de Don Giovanni, de l’Italienne à Alger et de Falstaff. Philips a eu l’excellente idée de sortir, voilà quelques années, un double CD contenant quelques uns des meilleurs enregistrements de Graziella Sciutti : de Mozart à Debussy, en passant par Rossini, Fauré et Ravel [442 750-2 Series " The Early Years "].

D.H.M.

Peter Maag
( photo X...  )

Le 16 avril 2001, c’est le chef d’orchestre suisse Peter MAAG, spécialiste de Mozart et du répertoire romantique, qui est mort à Vérone des suites d’une longue maladie. Il était dans sa 82ème année. Fils de Otto Maag, pasteur luthérien et musicien, né à Saint-Gall le 10 mai 1919, Peter Maag avait étudié la musique à Genève, Zürich et Paris auprès de Cortot, Ansermet et Furtwängler, avant de débuter un carrière en 1952 comme premier chef d’orchestre à l’Opéra de Düsseldorf. Directeur de l’Opéra de Bonn à partir de 1964, il sera ensuite successivement premier chef d’orchestre de la Volksoper de Vienne, directeur artistique du Théâtre Regio de Parme, puis de celui de Turin. Il se produira aussi au Covent Garden et sera invité aux USA, notamment au Lyric Opera de Chicago, au Met de New-York et à l’Orchestre symphonique de Detroit. Directeur musical de l’Orchestre symphonique de Berne entre 1984 et 1991, il s’est aussi livré à l’enseignement à l’Académie de Sienne et au Conservatoire de Trévise qui lui valut le prix Toti dal Monte en 1995. Il a notamment enregistré en italien l’intégrale de Carmen de Bizet. La presse italienne s’est largement fait l’écho de sa disparition : Corriere della sera du 17 avril, Il Messaggero Veneto du 17 avril et La Republica du 18 avril.

D.H.M.

Le 20 avril 2001, la cantatrice française d’origine allemande Irène JOACHIM est décédée à Paris à l’âge de 88 ans. Elle souffrait de la maladie d’Alzheimer et résidait dans une maison de repos de la région parisienne. Son nom est lié à tout jamais avec le rôle de Mélisande dont elle fut titulaire à l’Opéra-Comique de 1940 à 1956. Elle l’a d’ailleurs gravé en 1ère mondiale en 1941 (Voix de son Maître/EMI Classics), sous la direction de Roger Désormière, avec Jacques Jansen (Pelléas), Henry Etcheverry (Golaud), Paul Cabanel (Arkel), Germaine Cernay (Geneviève), la Chorale Yvonne Gouverné et l’Orchestre Symphonique dans un enregistrement qui fait référence : mis dans le commerce au début de l’année 1942, il comportait à l’époque 20 disques 78 tours ! La direction artistique de cet enregistrement, qui se déroula sur plusieurs mois dans la salle de l’Ancien Conservatoire, avait été confiée à Louis Beydts, "qui l’oreille dressée, surveillait l’opération, en pesait les résultats avec une extrême précision, décelait jusqu’aux traces les plus fugitives d’imperfection et jusqu’aux moindres causes qui avaient induit en erreur, fût-ce vénielle, le microphone délicat mais inerte, inflexible, féru d’absolu, ignorant l’art d’accommoder, laissant ce genre de complaisance aux humains.” (Maurice Bex, in L’Information musicale, 30 mai 1941).

Irène Joachim dans Mélisande
( photo X..., Le Guide du Concert, 24 septembre 1954 )

Fille d’Hermann Joachim et de Suzanne Chaigneau, la violoniste du " Trio Chaigneau ", elle appartenait à une famille de musiciens issus de Julius Joachim (1790-1867), originaire de Kittsee (Tchécoslovaquie), où était né son grand-père le célèbre violoniste Joseph Joachim (1831-1907), créateur du Concerto pour violon de Brahms. Sa cousine, la violoniste Jelly Aranyi était dédicataire des Sonates N° 1 et 2 de Bartok et du Tzigane de Ravel. Née le 13 mars 1913 à Paris, 44 rue du Bac, elle apprit la musique avec sa mère, puis entra au Conservatoire dans la classe de chant de Suzanne Cesbron-Viseur, où elle remporta de nombreux prix entre 1936 et 1939, notamment un premier prix d’opéra comique et opéra, et un autre de tragédie lyrique. Cette même année 1939 elle était engagée à l’Opéra-Comique et débutait dans Le Bon roi Dagobert le 2 février. On la vit ensuite dans Pelléas et Mélisande mais également dans Carmen, Masques et bergamasques, L’Education manquée et Werther. Chanteuse lyrique imprégnée des cultures française et allemande, Irène Joachim a abordé aussi le répertoire romantique allemand (Liszt, Schumann, Schubert, Brahms), ainsi d’ailleurs que les musiciens de son temps : Wissmer (Le Jeu de Marion), Le Flem (Le Rossignol de Saint-Malo), Delannoy (Ginevra) et même Boulez (Le Soleil des eaux), Georges Delerue (L’illusion d’un miracle) et Serge Nigg (Trois mélodies). Son interprétation historique de Mélisande la fit appeler sur les scènes de Londres, Vienne, Venise, Genève, Amsterdam, Tunis, Bordeaux, Strasbourg... et le Palais Garnier l’engagea dans Ariane et Barbe-bleue et Le Roi d’Ys. Comme concertiste elle s’est produite avec les Concerts Colonne, chez Pasdeloup, Lamoureux, à l’Orchestre national de France, à celui de l’ORTF, de la BBC, de la RTBF... Elle s’est aussi livrée à l’enseignement à la Schola Cantorum, de 1954 à 1962, au Conservatoire de Paris, de 1953 à 1982, au Conservatoire américain de Fontainebleau à partir de 1983, ainsi qu'au Centre national de préparation au C.A.E.M., et a même tâté du cinéma grâce à Jean Wiéner, qui lui fit découvrir Renoir. Celui-ci lui confia des rôles de chanteuses dans Les Bas-Fonds (1936) et La Marseillaise (1937), ainsi que Robert Bresson dans Les Anges du péché (1943) et Marcel Carné dans Les Portes de la nuit (1946). Mariée à trois reprises, avec Roger Weber (1929), Jean-Albert Gehret (1937) et Jean_Louis Lévi-Alvarès (1955) elle n’eut qu’un fils, Alain Weber (1930), monteur en cinéma. L’INA a sorti voilà tout juste un an un CD (collection " Mémoire vive "), intitulé Lieder et mélodies, comprenant un superbe florilège des interprétations d’Irène Joachim, avec aussi bien des lieder romantiques allemands que des mélodies françaises du XXe siècle... Engagée politiquement auprès du parti Communiste à partir de 1950, elle sera de tous les combats humanitaires, notamment en défendant le pianiste emprisonné Miguel Angel Estrella. La Ministre de la Culture Catherine Tasca parlant de la " Mélisande de tous les cœurs " a souligné que " par la pureté de son timbre, l’intelligence de sa diction et une sensibilité artistique exceptionnelle, [elle] a en effet marqué de manière indélébile l’interprétation de l’héroïne de Debussy. "

D.H.M.

Le même jour que disparaissait Irène Joachim, le chef d’orchestre Giuseppe SINOPOLI s’éteignait d’une crise cardiaque foudroyante, survenue en pleine direction du 3e acte d’Aïda de Verdi au Deutsche Oper de Berlin. Il n’avait que 53 ans. Psychiatre diplômé de l’Université de Padoue (1971), avec une thèse consacrée à l’anthropologie criminelle, ses interprétations déroutantes, dues à une analyse personnelle des partitions, feront souvent l’objet de controverses. N’avait-il pas déclaré un jour vouloir " considérer la partition comme le lieu où se jouent les pulsions et les désirs du compositeur. " Lors de son passage à la Salle Pleyel, en février 1984, sa direction de l’Orchestre de Paris dans la Quatrième Symphonie de Schumann et Le chant du destin de Brahms lui avait valu des manifestations hostiles de la part du public qui ne pouvait admettre ses libertés avec les partitions !

Né le 2 novembre 1946 à Venise, il avait commencé par étudier l’orgue et l’harmonie  à Messine, avant de rejoindre le Conservatoire de Vensise, tout en suivant des cours de médecine à Padoue. Elève également de composition de Donati (Paris), de direction d’orchestre de Swarowsky (Vienne), puis de Stockhausen (Darmstadt), il fondait en 1975 l’Ensemble Bruno Maderna spécialisé dans l’interprétation de la musique contemporaine. Il est par la suite chef invité au Deutsche Oper de Berlin et dans les Opéras de Vienne, Hambourg et Londres. En 1985, c’est le Met de New-York qui l’applaudit dans la Tosca et en 1990 il devient directeur musical de l’Opéra de Dresde, puis chef attitré du Festival de Bayreuth, où il avait d’ailleurs dirigé en 2000 la nouvelle Tétralogie. Comme compositeur Sinopoli laisse une œuvre abondante dans laquelle il opte résolument pour les modes d’expression contemporains. Son catalogue comporte notamment un opéra Lou Samlome, créé à Munich le 10 mai 1981, deux Suites n°1 pour solistes, choeur et orchestre (1981) et n° 2 pour orchestre (1985), de la musique pour orchestre : Concerto pour piano (1975-1975), de la musique de chambre : Concerto de chambre pour piano et ensemble instrumental (1977), Numquid et unum pour flûte et clavecin (1970) et de la musique vocale : Symphonie imaginaire pour solistes, chœur, piano et orchestre (1973), Souvenirs à la mémoire pour voix solistes et orchestre de chambre (1973-1974), Requiem Hashshirim pour chœur (1975-76)... A l’annonce de son décès, le président de la République italienne Carlo Azeglio Campi a déclaré : " Un grand italien nous a quittés. ", puis s’adressant à sa veuve, Silvia Sinopoli, il lui écrivait que sa mort est : "un grand deuil qui touche le monde musical italien et international. " 

D.H.M.

Roger ALBIN, violoncelliste, compositeur et chef d’orchestre, est mort à Strasbourg le 1er juin 2001, à l’âge de 80 ans. Ancien élève d’Olivier Messiaen et de Darius Milhaud, il avait notamment dirigé de 1966 à 1975 l’Orchestre radio-symphonique de Strasbourg. Né le 30 septembre 1920 à Beausoleil, près de Menton, c’est à Monte-Carlo qu’il commença l’étude du violoncelle auprès d’Umberto Benedetti, avant de les achever dans la classe de Paul Bazelaire au Conservatoire de Paris (1er Prix en 1936). Dans cet établissement il reçut également l’enseignement de Noël Gallon, Messiaen, Busser et Milhaud. Le duo qu’il forma entre 1949 et 1957 avec le pianiste Claude Helffer eut un certain succès, mais Roger Albin préfèra entamer une carrière de chef d’orchestre sur les conseils notamment de Roger Désormière. Il fera sa carrière en province : à Nancy, Toulouse, puis surtout à Strasbourg. Lors des réformes de l’O.R.T.F. qui entraînèrent la suppression de l’Orchestre radio-symphonique de Strasbourg en 1975, il abandonnait la baguette de chef d’orchestre préférant retourner à son instrument de jeunesse et entrer à l’Orchestre national de France. Il se lançait ensuite dans l’enseignement au CNR de Strasbourg et au Conservatoire de Colmar. Spécialisé dans le répertoire contemporain il a fait découvrir au public des pages de Messiaen, Jolivet, Boulez et Xenakis. Egalement compositeur, on lui doit des symphonies, de la musique de chambre et des pièces vocales. Ses obsèques ont été célébrées le 8 juin au temple protestant Saint-Guillaume de Strasbourg et le 2 juin l’Orchestre philharmonique de Strasbourg et le Choeur Philharmonia de Londres ont dédié à sa mémoire leur interprétation du Requiem de Verdi dans le cadre du Festival de Strasbourg.

D.H.M.

La cantatrice française Gina CIGNA s’est éteinte à Milan le 20 juin 2001. Elle avait 101 ans. C’est dans cette ville qu’elle avait connu sa plus grande gloire, où elle avait débuté en 1927 à la Scala, dans L’or du Rhin de Wagner (Freia). Née à Paris le 6 mars 1900, elle fit ses études au CNSM et fut remarquée par le ténor français Maurice Sens, qui la fit travailler auprès de Lucette Korsoff et d’Emma Calvé, et l’épousait en 1923. Sous le nom de Ginette Sens, elle se produisait pour la première fois à Milan en 1927, mais ce n’est que deux ans plus tard que le triomphe arrivait, avec le rôle d’Elisabeth dans le Tannhäuser de Wagner. S’ouvrait alors une glorieuse carrière jalonnée de succès, notamment dans Turandot de Puccini. Toscanini l’appréciait beaucoup et les scènes du Metropolitan Opera de New-York, du Colon de Buenos-Aires et de toute l’Europe (Covent Garden de Londres, Berlin, Vienne, Bruxelles...) l’ont acclamée jusqu’en 1953, année où elle dut renoncer au théâtre, victime d’un accident de la route. Elle se consacra alors à l’enseignement, tout d’abord à Toronto (1953-57), puis à Milan et à Sienne (1957-65). Elle s’était produite au Palais Garnier en 1933 avec Aïda, et en 1935 dans La Norma.

D.H.M.

Ernest Bour
Ernest Bour dirige Ravel à la tête du Südwestfunk
( CD SWR music/hänsler classic )

Le même jour à Strasbourg, c’est le chef d’orchestre Ernest BOUR, grand spécialiste de musique contemporaine, qui nous a quittés. Il était âgé de 88 ans. Né à Thionville (Moselle), le 20 avril 1913, il entre jeune au Conservatoire de sa ville natale, où il étudie le piano, l’orgue et la théorie, et surtout la direction d’orchestre auprès de Fritz Münch et d’Hermann Scherchen (1933). Tout d’abord chef de chœur à Radio Genève, puis chef d’orchestre à la radio de Strasbourg (1935-39), il dirige ensuite l’Orchestre symphonique de Mulhouse à partir de 1941, puis celui de Strasbourg (1950) avant de prendre en 1964la direction de l’orchestre de la radio Südwestfunk de Baden-Baden (Allemagne) et de diriger parallèlement (à partir de 1976) l’Orchestre de chambre de la radio néerlandaise d’Hilversum. Avec ces diverses institutions Ernest Bour a créé jusqu’en 1987 un grand nombre d’œuvres contemporaines : Apparitions de Ligeti, Comogonie de Jolivet, Trans de Stockhausen, Sub-Kontur de Rihm, Ruf de Nunes, Symphonie de Lenot, Troisième Symphonie de Gorecki.... A l’Opéra de Strasbourg, c’est lui qui a produit en premier Mathis le peintre d’Hindemith (1941), Rake’s Progress de Strawinsky (1953), Le château de Barbe-Bleue de Bartok (1954) et Wozzeck de Berg... Chef d’orchestre rigoureux et même méticuleux, Ernest Bour avait un grand respect de la musique et s’ingéniait à interpréter le plus fidèlement possible la pensée de l’auteur, sans s’accorder la moindre fantaisie. Mais, s’il fut effectivement un ardent défenseur de la musique contemporaine, Ernest Bour a également joué et souvent enregistré des musiciens de la première moitié du XXème siècle (Ravel, Debussy, Honegger...) et même du XIXème (d’Indy, Mendelssohn, Malher...)

D.H.M.

Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite, commandeur des Arts et lettres, conservateur honoraire de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE), François LESURE est mort d’une crise cardiaque le 21 juin 2001, à son domicile de la rue d’Assas (Paris, VI), à l’âge de 78 ans. Né à Paris le 23 mai 1923, diplômé de l’Ecole des chartes, ancien élève du CNSM (musicologie), de l’EPHE et de la Sorbonne, il rejoint le département de la musique de la Bibliothèque nationale en 1950 et en devient le conservateur en chef entre 1970 et 1988. Sa culture est vaste, et c’est à lui que l’on fait appel pour diriger le bureau parisien du Répertoire international des sources musicales (RISM). Professeur de musicologie à l’Université libre de Bruxelles à partir de 1965 jusque 1977, il est nommé directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études en 1973. Membre de la Société française de musicologie durant de nombreuses années, il en a également assuré la présidence entre 1971 et 1974.

Musicologue réputé, spécialiste notamment du XVI° siècle, cela ne l’empêchait nullement d’apprécier les musiciens contemporains, notamment Debussy, pour qui il avait une prédilection toute particulière, et auquel il consacra une excellente biographie : Claude Debussy (Genève-Paris, Minkoff, 1980, in-4, 190 pages, 165 illustrations). C’est tout naturellement François Lesure qui fut commissaire de l’exposition " Debussy et le symbolisme ", qui eut lieu en 1984 à la Villa Médicis. On lui doit aussi l’édition de nombreux ouvrages : Anthologie de la chanson parisienne au XVIe siècle (Monaco, 1953), La Renaissance dans les provinces du Nord (Paris, 1956), Traité des instruments de musique (vers 1640) de P. Trichet (Neuilly, 1957), six volumes de Chansons polyphoniques (Monaco, 1967-72)... ainsi que des écrits de Debussy : Monsieur Croche et autres écrits (Paris, éditions Gallimard, 1971), ses Lettres, entre 1884 et 1918 (Paris, 1980), et sa Correspondance (Paris, 1993). Il dirige également une nouvelle édition des œuvres complètes de Debussy, débutée en 1986 et est l’auteur d’un Catalogue de l’œuvre de Claude Debussy (Genève, Minkoff, 1977).

Les propres publications de François Lesure sont aussi importantes, tant en nombre d’ailleurs que dans la diversité des sujets traités. Parmi celles-ci citons : Mozart en France (Paris, 1956), Bibliographie des éditions musicales publiées par Estienne Roger et Michel-Charles Le Cene, Amsterdam, 1696-1743 (Paris, 1969), Musique et musiciens français du XVIe siècle (Genève, Minkoff, 1976), Dictionnaire des éditeurs de musique français (Genève, Minkoff, 3 vol. in-4, 1979-88, avec A. Devriès), L’Opéra classique français : XVIIe et XVIIIe siècles (Genève, Minkoff, 1972) et Claude Debussy avant Pelléas ou les années symbolistes (Paris, 1993).

François Lesure était marié à Annick Devriès, issue de la célèbre famille de musiciens, qui a donné depuis le XIXe siècle des cantatrices, chanteurs et autres compositeurs. Elle-même musicologue, elle a notamment écrit Edition et commerce de la musique gravée à Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle : Boivin et Leclerc (Genève, Minkoff, 1976) et a co-signé, avec son mari, le Dictionnaire des éditeurs de musique français...

Ses obsèques ont été célébrées le 25 juin 2001, à 16 heures, en l’église Saint-Thomas-d’Aquin (Paris VIIe), suivies de l’inhumation au cimetière du Montparnasse. François Lesure, laisse non seulement le souvenir d’un musicologue mondialement reconnu, mais également d’un homme extrêmement courtois et d’une grande distinction.

D.H.M.

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter