L’EXPOSITION INTERNATIONALE DE PARIS EN 1937
Congrès de Musique sacrée

Séance d'ouverture le 19 juillet à l'Institut de France (Salle de Caen), présidée par Mgr Courbe, Secrétaire général de l'Action catholique Française. On reconnaît notamment Henri Busser (assis, avec des lunettes) et Marcel Dupré (à droite, assis, de profil).
( Photo X... )

Palais du Trocadéro (Paris) en 1934. Construit en 1878 pour l'Exposition Universelle, il a été remplacé en 1935 par l'actuel Palais de Chaillot.
L'Illustration, 20 janvier 1934 )

L’Exposition internationale de Paris en 1937, consacrée aux Arts et techniques du temps présent, fut inaugurée le 4 mai par Albert Lebrun, président de la république. C’est lui également qui présida la cérémonie de clôture, le 25 novembre. Durant cette exposition qui rassembla 52 pays exposants, 2 293 prix, 2 249 diplômes et 9 565 médailles furent distribués et 31 053 700 personnes la visitèrent! Un gigantesque feu d’artifice et un concert de musique militaire marquèrent la fin de cette manifestation. Le public fut conquis par le parc d’attractions, le parc colonial, le train électrique pour circuler et les fontaines illuminées du Trocadéro. Couvrant tout un quartier de Paris, de la colline de Chaillot à la place d’Iéna, l’Expo, comme on l’appelait, couvrait une superficie totale de 100 hectares. C’est à cette occasion que le Palais du Trocadéro fut démoli et remplacé par l’actuel Palais de Chaillot, monument plus sobre. Le peintre Raoul Duffy confectionnait pour la circonstance une gigantesque fresque de 600 mètres carrés représentant la Fée électricité.


Maquette du Palais de Chaillot en 1934, avant sa construction pour l'Exposition Internationale de 1937.
L'Illustration, 20 janvier 1934 )
Albert Lebrun (1871-1950), président de la République du 10 mai 1932 au 10 juillet 1940


Charles-Marie Widor (1845-1937), président de l'U.M.C.O., à l'orgue de l'Institut (Salle de Caen)
( Photo X... )

Le Pavillon Pontifical à l'Exposition de 1937. Dessin de X..., couverture de l'ouvrage in-8° de 238 pages Congrès international de Musique sacrée présentant les diverses manifestations et les programmes des auditions
( Paris, Desclée de Brouwer, 1937, coll. D.H.M. )

Sous le patronage direct de l’Action Catholique Française, l’Union des Maîtres de Chapelle et Organistes de France, alors présidée par Charles-Marie Widor de l’Institut, organisait un Congrès international d’orgue et de musique d’église qui se déroulait en deux parties : la première dite " internationale " durant la semaine de la Pentecôte et la seconde, dite " française ", du 19 au 25 juillet. La disparition prématurée de Widor le 12 mars laissa un vide profond. Sa forte personnalité n'ayant pas d'équivalent, il fut décidé de constituer un comité artistique comprenant de prestigieux noms de la musique. Le Comité artistique rassemblait de prestigieux noms de la musique : Gabriel Pierné, Maurice Emmanuel, Louis Vierne, Henri Busser, Henri Letocart, Charles Tournemire, Joseph Bonnet, Amédée Gastoué, Abel Decaux, Marcel Dupré et Edouard Mignan. Axés dans le sens de la restauration musicale liturgique, les travaux de ce congrès se voulaient scientifiques, artistiques et pratiques. Les séances d’études et les communications diverses des congressistes français et étrangers se déroulèrent à l’Exposition ; de même des auditions de musique religieuse eurent lieu dans la chapelle du pavillon Catholique, ainsi d’ailleurs que dans d’autres églises de Paris possédant les plus belles orgues.

Un concours International de composition de musique religieuse doté de 10 000 francs de prix était organisé et les œuvres récompensées furent exécutées sous la direction des auteurs, au cours de l’Exposition, par les soins de la Gilde Sainte-Cécile.

Pendant de la durée du Congrès eu lieu également l’inauguration de la restauration de l’orgue Cliquot de la chapelle royale de Versailles, reconstitué tel qu’il était au temps où le jouèrent Mozart, Couperin et les divers organistes de la Cour. 23 experts du chant grégorien, de la polyphonie et de l’orgue illustrèrent les séances au cours desquelles on pouvait y suivre notamment le perfectionnement de l’orgue depuis la plus haute antiquité et l’évolution de l’Ecole polyphonique française des XVe et XVIe siècles précédant l’école palestrinienne, et en quels termes Montaigne, philosophe sceptique, s’est exprimé sur la beauté des chants religieux de son époque. Entre beaucoup d’autres choses on y apprit pour quelle raison péremptoire le chant grégorien ne doit pas être harmonisé, ayant été composé d’après la gamme de Pythagore qui n’admettait que la quinte juste ; les tierces majeure et mineure étant reconnues fausses. La cérémonie de clôture, étudiée pour produire " un splendide effet religieux de puissance vocale, avec le concours des clercs des grands séminaires " eut lieu à Notre-Dame.

D.H.M.

Orgue du théâtre du Palais de Chaillot, 79 jeux, 4 claviers et pédaliers, d'un poids total de 70 tonnes! Photographié ici en mai 1958 lors des cérémonies du 10ème anniversaire de la fondation de l'Etat d'Israël ( à la console de l'orgue, de dos, Joachim Havard de la Montagne ). Il s'agit de l'ancien instrument d'Aristide Cavaillé-Coll construit en 1878 pour le Palais du Trocadéro, reconstruit et électrifié par les Etablissements Gonzalez en 1938 pour le Palais de Chaillot. Relégué au fond de la scène et délaissé au fil des années, il a été à nouveau démonté et reconstruit à l'Auditorium Maurice Ravel de Lyon, et inauguré le 27 novembre 1977 par Pierre Cochereau et l'Orchestre de Lyon dirigé par Serge Baudo.
( © Daniel Franck, Paris )

Carte de congressiste valable du 19 au 25 juillet, n° 455, délivrée à Mme Dreuilhe-Wittmann, secrétaire de l'U.M.CO.
( Coll. D.H.M. )

Audition d'orgue le 21 juillet, église St-François-Xavier, par Adolphe Marty et Maurice Duruflé.
( Coll. D.H.M. )

Audition d'orgue le 23 juillet, basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, par Ludovic Panel et Marcel Dupré.
( Coll. D.H.M. )

Affiche concert "Centenaire d'Alexandre Guilmant", le 12 mars 1937 à l'église de la Sainte-Trinité (Paris), dans le cadre du Congrès international de musique sacrée tenu lors de l'Exposition Internationale de 1937.
( Coll. D.H.M. )

Invitation au banquet du 20 juillet, au restaurant "A l'ombre du clocher", situé près du Pavillon Pontifical. Invitation n° 15 réservée à Madame Dreuilhe-Wittmann, Croix de guerre 14-18, Croix de guerre belge, Chevalier de la Légion d'honneur, 3 citations, organiste de la chapelle St-Louis de la Salpétrière, secrétaire de l'U.M.C.O.
( Coll. D.H.M. )

Menu de banquet du 20 juillet : Potage, crème portugaise, poissons, filet de barbus à la ménagère, rôti, pièce de charolais à la broche panaché, salade mimosa, fromage des trappistes, tranche napolitaine, fruits.
( Coll. D.H.M. )

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter