Max MÉREAUX

Max Méreaux (2000)
en 2010
( Coll. Max Méreaux ) DR

 
Max Méreaux est né le 13 octobre 1946 à Saint-Omer (Pas-de-Calais). Dès son enfance il se sent attiré par la musique et notamment par la composition. Il a la chance de trouver dans sa ville natale deux compositeurs de talent qui savent très vite déceler sa vocation : Maurice Linglin (1885-1962), organiste à la cathédrale, qui lui enseigne le piano, l’orgue et le contrepoint, et Henry Filleul (1877-1959), ancien directeur de l’Ecole Nationale de Musique de Saint-Omer, qui devient son premier professeur d’harmonie. Par la suite, il aura l'occasion de toucher les orgues de la cathédrale et de l'église Saint-Sépulcre de Saint-Omer, tenus par ses deux maîtres.

Max Méreaux
A l'orgue de l'église du Saint-Sépulcre de Saint-Omer, en 1964
( Coll. Max Méreaux ) DR

Grâce à cet apprentissage avancé de la musique, dès l’âge de 12 ans, il obtient un premier prix de piano aux épreuves finales des «Tournois du Royaume de la Musique» animés par Sylvie Raynaud-Zurfluh et organisés par la Radio Télévision Française. Il poursuit ensuite ses études d’orgue et d’harmonie avec Roger Bergerat (disciple de Marcel Dupré et organiste de Notre-Dame de la Treille à Lille) à l’Institut de Musique Sacrée de Lille, puis travaille l’écriture, le violon et le chant à l’Ecole Nationale de Musique de Saint-Omer. Après avoir obtenu son baccalauréat en section philosophie, il étudie l’analyse musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jacques Castérède qui lui prodiguera longtemps ses conseils pour la composition. Entre temps il passe avec succès les épreuves du Certificat d’Aptitude au professorat d’éducation musicale et de chant choral, qui va lui permettre d'enseigner, notamment au Lycée Ribot de Saint-Omer puis au Collège de Wizernes et d’assurer des cours d’écriture en DEUG 2e année, à l’Université Charles-de-Gaulle, Lille 3, pendant l’année scolaire 1997-98. S’intéressant particulièrement aux "méthodes actives" d’initiation musicale, il écrit de nombreux articles dans la revue L’Education Musicale.

Pendant sept années, jusqu'au décès du Dr. Léon Bence, médecin biothérapeute pratiquant la musicothérapie, Max Méreaux effectue en sa compagnie des recherches expérimentales sur les pouvoirs thérapeutiques de la musique. De cette collaboration fructueuse naîtront deux ouvrages : La Musique pour guérir, préface de Jacques Castérède (Editions Van de Velde, traduction en italien aux Editions Xenia à Milan) et Guide Pratique de Musicothérapie, préface de Tibor Varga (Editions Dangles, traduction en espagnol aux Editions Gedisa à Barcelone).

En tant que pédagogue, très intéressé par les méthodes actives d’enseignement musical, il suit plusieurs stages de pédagogie Orff à la Schola cantorum en 1968, à Marly-le-roi en 1970, à Quimper en 1972, au cours desquels il rencontre des personnalités comme Jos Wuytack, Aline Pendleton ou encore Edmund Pendleton qui l'initie à la direction d’orchestre. Il assure d’ailleurs des cours de formation musicale selon la méthode Orff à l’Ecole Nationale de Musique de Saint-Omer durant l’année scolaire 1973-1974, avant de diriger cet établissement en 1979-1980. A partir de cette expérience il élabore ensuite une méthode personnelle de dictées de rythmes (exposée dans la revue L’Education musicale, n° 313, 317, 336, 355 et 365) qui est transmise aux professeurs stagiaires d’éducation musicale lors de journées de formation (de 1986 à 1990). Il est également conseiller pédagogique et tuteur de nombreux stagiaires pendant une dizaine d’années (de 1984 à 1994).

Par ailleurs, certainement en raison des stages de "formateur de formateurs en éducation musicale" effectués aux centres de Sèvres en mars 1985 et de Glay en mars 1986, Max Méreaux est investi de diverses missions qui enrichissent davantage sa vaste culture musicale : nombreuses animations de stages et de journées de formation pour les nouveaux conseillers pédagogiques, coordination des actions de formation des néo-certifiés pendant les années scolaires 1989-90 et 1990-91, correspondant de la Mission Académique à la Formation des Personnels de l'Education Nationale (MAFPEN) pour l’Education musicale de septembre 1991 à juin 1993, "visites" aux certifiés stagiaires de l’Académie...

Max Méreaux (1983)
A son piano, en 1983
(  Coll. Max Méreaux ) DR

On lui doit encore la fondation en décembre 1979 de l'Orchestre de la Morinie, destinée à permettre aux musiciens amateurs de bon niveau de s'exercer et de se produire en concert au sein d'un ensemble instrumental. C'est le 4 février 1980 que cette formation se produisait pour la première fois, sous la direction de son fondateur, à l'Hôtel de Ville de Saint-Omer, lors de l'enregistrement d'une émission de FR3 consacrée au patrimoine de cette ville. Elle existe toujours actuellement.

Mais, ses activités de chercheur, enseignant et conseiller pédagogique n’ont jamais empêché Max Méreaux d’étoffer régulièrement de productions nouvelles son important catalogue d’œuvres. La composition musicale a en effet toujours été son principal centre d’intérêt. C'est ainsi qu'il est l’auteur de nombreuses pièces à caractère pédagogique, d’œuvres de musique de chambre et de morceaux pour orchestre. Citons notamment son Concerto pour violon et douze instruments à cordes dont une première version fut mentionnée au "Concours international de composition Valentino Bucchi" de Rome en 1981. La partition définitive dédiée à Tibor Varga et la version enregistrée par l’Orchestre de chambre de Detmold sous la direction du dédicataire, avec en soliste Lukas David, figurent au catalogue du Centre de Documentation de la Musique Contemporaine (place de la Fontaine aux Lions, Paris 19e).

Ses oeuvres musicales sont publiées aux Editions Armiane, Combre, Delatour France, Fertile Plaine, Jonaphil, Gérard Billaudot, Pierre Lafitan et Sempre più Editions.

Max Méreaux est le père de Marie-Claire Méreaux-Rannou, Alto solo de l’Orchestre de Picardie à Amiens, membre du Quatuor Joachim, et de François Méreaux, 1er Alto solo de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo.

D.H.M.


 
 

PRINCIPALES OEUVRES de MAX MÉREAUX
ou consultez son catalogue complet en format PDF

 
Compositeur indépendant, Max Méreaux se montre dans ses œuvres, maître des techniques récentes de composition. Combinant les échelles modales, le sérialisme et une forme de tonalité élargie en proportions variables, il compose une musique d’essence mélodique qui se réfère avant tout à l’exigence de l’oreille.

Ses compositions pédagogiques s’efforcent toujours de proposer un contenu susceptible de procurer un certain plaisir aux exécutants afin de favoriser l’apprentissage.

 
 

PIECES DE CONCERT

 

Max Méreaux à Detmold (1982)
A Detmold (Allemagne) en 1982 : Max Méreaux en compagnie de son épouse, du violoniste et chef d'orchestre hongrois, naturalisé anglais, Tibor Varga (1921-2003) et du violoniste autrichien Lukas David
( Coll. Max Méreaux ) DR

ŒUVRES ORCHESTRALES ET CONCERTANTES

Pentacle pour orchestre symphonique (1994) (10 min. env.). Ed. Pierre Lafitan
Création le 3 mars 1995 à Marquise (Pas-de-Calais) par l’Ensemble orchestral de la Côte d’Opale sous la direction de Marc Lajouanique.
Exécutions par l’Orchestre de Picardie sous la direction de Arie van Beek : à Arques (Pas-de-Calais) le 17 septembre 2016 et à Torcy (Seine-et-Marne) le 18 septembre 2016. Concerts soutenus par Musique nouvelle en liberté.

Rituel pour orchestre d’harmonie et percussions (1988) (4 min. 30 sec). Ed. Delatour-France
Premières exécutions en 1989 par l’Harmonie-école de la Région Nord/Pas-de-Calais, sous la direction de Jean Pepek : à Bapaume le 4 juillet, Moissac le 9 juillet, Villefranche-de-Rouergue le 10 juillet, Montauban, le 11 juillet 1989.
Exécution par les harmonies d’Anzin et de Saint-Omer réunies, sous la direction de Jean Pepek, à Anzin le 7 mai 1990.
Exécutions à Harnes (62) par l’Harmonie d’Harnes les 9 et 16 décembre 1995 sous la direction de Jean-Jacques Leclercq.

Alturas de Macchu Picchu pour baryton et orchestre symphonique sur un poème espagnol de Pablo Neruda (10 min 30 env.) (1982) Commande de la ville de Carvin. Ed. Fertile Plaine.
Création en 1986 par le Jeune Orchestre Symphonique de Douai sous la direction de Joël Doise avec, en soliste, le baryton Jean Bacquet : à Douai le 28 février, Carvin le 1er mars, Aire-sur-la-Lys le 4 mars, Comines (Belgique) le 8 mars.

Hommage à Rameau (pour flûte, clarinette, trompette, piano et orchestre à cordes) (10 min.) (1983) Ed. Delatour-France. Commande du Festival de Saint-Omer.
Création à Saint-Omer les 22 et 24 septembre 1983 par l’ensemble franco-allemand sous la direction de Ludovic Potié.
Radiodiffusion sur « Fréquence Nord » le 2 octobre 1983 dans l’émission de Jean-Philippe Monna.

Concerto pour violon et onze instruments à cordes (15 min.) (1980) œuvre mentionnée au Concours international de composition Valentino BUCCHI de Rome en novembre 1981.

Concerto pour violon et douze instruments à cordes (18 min 18 sec). Ed. Delatour-France.
Création à Detmold (Allemagne) le 6 juin 1982 par l’Orchestre de chambre de Detmold, avec en soliste, le concertiste autrichien Lukas David, sous la direction de Tibor Varga.
Radiodiffusions sur « Fréquence Nord » le 3 juillet 1982 dans l’émission de François Delorme, « France Musique » le 8 novembre 1983 dans l’émission « L’imprévu » d’Olivier Bernager et « Fréquence Nord » le 10 juin 1984 dans l’émission de Catherine Claeys.

Les Chimères pour alto, violoncelle et orchestre symphonique (2011) (8 min.).

 
 

MUSIQUE DE CHAMBRE

1ère page du manuscrit autographe du Noctuor
( Coll. Max Méreaux ) DR

Suite pour dix (pour dix solistes : flûte, hautbois, clarinette en la, basson, cor en fa, clavecin et quatuor à cordes) (11 min.) (1978). Création à Saint-Omer le 8 avril 1979 par l’Ensemble instrumental de la Société des Concerts de l’École Nationale de Musique, sous la direction de Jacques Larguèze.

Cosmogonie (nouvelle version de la Suite pour dix, revue et écourtée) (8 min.) (2009). Ed. Fertile-Plaine.

Noctuor pour 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 cors en fa et 2 bassons (11 min.) (1989) Ed. Delatour-France.
Création par l’Octuor de Valenciennes en mai 1992 au studio audio-visuel de l’université de Valenciennes. L’exécution du 28 novembre 2008 à Valenciennes, alliait sur scène l’octuor à vent et les danseuses de la compagnie Évidence sur une chorégraphie de Florence Delhaie.

Solstice pour quintette à vent (flûte, cor anglais, clarinette en si bémol, cor en fa et basson) (6 min. 15) (2006).
Ed. Delatour-France.

Divertimento pour 4 cors en fa (11 min.35 sec.) (1969/2004) Ed. Aug. Zurfluh
Création au 6e Festival d’Été d’Aire-sur-la-Lys le 28 août 2004 par l’ensemble Quatucor (Gérard Jacques, Cyril Polvent, Stéphane Libert et Guillaume Ratte).

Sinfonia pour quatuor de violoncelles (9 min.10 sec. ca) (2012) Ed. Fertile-Plaine.
Création dans le cadre de la Saison 2012 / 2013 de l’Orchestre de Picardie, le 22 décembre 2012 à l’église de Brouchy (80400) par Laurent Rannou, Ara Abramian, Christine Meurice et Marie-France Plays.

Coïncidences quatuor à cordes (2006) (15 min 32 sec). Ed. Delatour-France

Convergences trio à cordes (2009) (7 min. 6 sec.). Ed. Fertile-Plaine

Prélude et Fugue pour quatuor de saxophones (4 min. 5 sec.) (2007) Ed. Fertile Plaine

Sonate à trois pour clarinette en si bémol, violoncelle et piano (10 min. env.) (1979). Ed. Armiane.
Création à Saint-Omer le 14 novembre 1980 par Renaud Arbion, piano, André Trouttet, clarinette et Raymond Maillard, violoncelle.
Création à Paris le 5 juin 1981 en l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne par François Sauzeau, clarinette, Isabelle Haury, violoncelle et Marie-France Fanet, piano.

Elévation pour alto, violoncelle et piano (9 min. 15 sec.) (2015) Ed. Fertile-Plaine

Clair-obscur pour flûte, alto et harpe (7 min. 35 sec. environ) (2010). Ed. Pierre Lafitan.
Création à Antibes (Villa Eilenroc) les 21 et 22 mars 2010 par Véronique Charpentron, flûte, Magali Pyka de Coster, harpe et François Méreaux, alto.

Audio lecteur Windows Media Extrait audio et partition, chez l'éditeur.
Exécution à Amiens dans le cadre de la saison de l’Orchestre de Picardie, le 2 février 2017 à l’Université de Picardie Jules Verne, par Vincent Lucas, flûte, Céline Mata, harpe et Marie-Claire Méreaux-Rannou, alto.

Polysonance pour hautbois, harpe et violoncelle (1991) (3 min. 30sec.). Ed. Aug. Zurfluh

Moment pour orgue (7 min. 30 sec.) (1988). Ed. Aug. Zurfluh
Création à la cathédrale de Saint-Omer le 25 juin 1989 par François Bocquelet lors d’un récital d’orgue en hommage à Maurice Linglin.

Estampe (Max Méreaux)

Vitrail pour orgue (4 min. 30 sec.) (2010). Ed. Armiane

Jeu d’ombre et de lumière pour orgue (2 min. 20 sec.) (2010). Ed. Armiane.
Audio lecteur Windows Media Extrait audio: François Bocquelet aux grandes orgues de la cathédrale de Saint-Omer.

Sonatine pour piano (4 min.) (1973). Ed. Aug. Zurfluh

Aria, Toccata et Fugue pour clavecin ou piano (6 min.) (2004). Ed. Fertile-Plaine

6 Sonades (de différentes durées) pour clavecin ou piano (2009/2010). Ed. Fertile Plaine

Élégie pour flûte à bec alto (2003) (4 min. 15 sec.). Ed. Aug. Zurfluh

Isthme pour flûte à bec ténor et guitare (2006) (3 min. 15 sec.). Ed. Delatour-France

Madrigal pour flûte seule (5 min.) (2013) Sempre Più Editions.

Estampe pour flûte traversière et piano (3 min. 38 sec.) (2011). Ed. Armiane.
Oeuvre dédicacée à Denis Havard de la Montagne.
Audio lecteur Windows Media Extrait audio.

Melodia pour hautbois seul (4 min. 15 sec.) (2009). Ed. Armiane

Entrelacs pour cor anglais et piano (3 min.) (2003). Ed. Pierre Lafitan

Canzone pour clarinette seule (7 min. ca.) (2013). Ed. Pierre Lafitan.

Lamento pour clarinette et piano (5 min. 10 sec.) (1989/2007) Ed. Fertile-Plaine

Cantiga pour basson seul (5 min. 40 sec. ca.) (2015). Ed. Pierre Lafitan.

Manga pour saxophone alto seul (5 min.) (2017) Sempre Più Editions.

Hymne pour cor seul (6 min. 50 sec.) (2002). Ed. Jonaphil

Contemplation pour trompette seule (6min. 55 sec.) (2005). Ed. Combre (Collection Roger Delmotte)

Fata Morgana pour trompette et piano (8 min. 30 sec.) (2004). Ed. Aug. Zurfluh
(morceau imposé en 2009 pour l’admission en 3e Cycle au CRR de Nantes)

Psaume pour trombone seul (6 min. 30 sec.) (2008). Ed. Combre (Collection Gilles Millière)
Œuvre imposée au Concours d’excellence 2012 de la Confédération Musicale de France.

Sibylle pour trombone et piano (4 min. 40 sec.) (1994). Ed. Gérard Billaudot (Collection Jean Douay)
(morceau d’examen imposé par la FNUCMU en 1997 et par la CMF en 2010)

Arcane pour saxhorn basse en si bémol et piano (3 min. 10 sec.) (1992). Ed. Combre (Collection Michel Mériot)
Création à l’église Saint-Nicolas de Boulogne-sur-Mer le 11 juillet 1992 dans le cadre des « Monuments en musique » par Guillaume Coinon, tuba, et Didier Hennuyer, piano.

Méandres pour Saxhorn basse en si b solo (ou Tuba en Ut ou Trombone basse en Ut) (5 min. 30 sec.) (2017)

Sonnet de Louise Labé pour voix de mezzo-Soprano et piano (2 min. 39 sec.) (1970). Ed. Fertile-Plaine

Te rogamus pour voix de Soprano et piano ou orgue (2 min. 33 sec.) (1994). Ed. Fertile-Plaine

Soledad pour violon seul (6 min. 15 sec.) (2008). Ed. Aug. Zurfluh

Offrande pour violon et piano (3 min. 30 sec.) (2002). Ed. Combre (Collection Gérard Poulet)

Préludes à trois légendes pour alto seul (5 min. 6 sec.) (1990). Ed. Delatour-France

Idylle pour alto seul (3 min. 30 sec.) (2002). Ed. Combre (Collection Gérard Poulet)

Bella Donna pour alto seul (6 min. 35 sec.) (2010). Ed. Armiane

Invocation pour alto et piano (7 min.) (2002). Ed. Combre (Collection Gérard Poulet)

Calligramme pour viole de gambe (3 min. 47 sec.) (2008). Ed. Armiane.
Premières exécutions par Laurent Rannou, au cours du spectacle Et cependant de Alain Cofino Gomez, mis en scène par Sylvie Baillon et exécuté par la compagnie Chés Panses vertes à la Maison de la Culture d'Amiens les 12, 13 et 14 octobre 2010, au Théâtre Dunois à Paris du 3 au 12 février 2011 et au Théâtre Jeune Public de Strasbourg - CDN Alsace les 20 et 21 mars 2011.
Exécution à la viole de gambe le 26 février 2017 par Marjolaine Cambon, salle de l’Orangerie, Cachan (Val de Marne) dans le cadre de la saison de concerts de cette ville.

Litanie de la Lumière pour viole d’amour et viole de gambe (4 min. 16 sec.) (2010). Ed. Armiane

Eau-forte pour violoncelle et piano (8 min. 40 sec.) (2010). Ed. Armiane

Rhapsodie pour contrebasse seule (6 min. 10 sec.) (2017). Ed. Pierre Lafitan.

Le Gardien du Seuil pour contrebasse et piano (4 min. 30 sec.) (2003). Ed. Pierre Lafitan

Sonate pour guitare (7 min.) (1972). Ed. Delatour-France

Sonatine pour guitare et piano (6 min.) (1971). Ed. Pierre Lafitan
Radiodiffusion sur « Fréquence Nord » le 3 juillet 1982 dans l’émission de François Delorme, avec Alain Voirpy, piano, et J.-P. Billet, guitare.

 
 

 

ŒUVRES PÉDAGOGIQUES
(Quelques unes parmi les 400 pièces pédagogiques éditées à ce jour)


Le Roman de Renart pour voix, flûtes à bec et percussions (instrumentarium Orff) (5 min.) (1994). Ed. Combre (Collection Joseph Grau)

Les aventures de Renart : voix, flûtes à bec, instrumentarium Orff (4 min. 40 sec.) (2006). Ed. Delatour-France

Pour l’initiation aux micro-intervalles à la flûte à bec :

Atouts pour l’étude des micro-intervalles à la flûte à bec soprano et alto (7 min. 52 sec.) (1995). Ed. Combre (Collection Joseph Grau)
Trois chants magiques pour 1, 2 et 3 flûtes à bec sopranos (3 min. 30 sec. ) (1988). Ed. Fuzeau
Trois danses sacrées pour 1, 2 et 3 flûtes à bec altos (3 min. 25 sec.) (1989) . Ed. Gérard Billaudot (Collection Michel Sanvoisin)
Oracles pour flûte à bec soprano seule(3 min. 40 sec.) (1992). Ed. Fertile-Plaine
Pantomime pour flûte à bec soprano seule (3 min. 33 sec.) (2011). Ed. Armiane
Trois prières à la lune pour flûte à bec alto seule (3 min. 52 sec.) (2007). Ed. Fertile-Plaine
Trois Haïku pour flûte à bec soprano seule (4 min. 7 sec.) (2008). Ed. Fertile-Plaine

Fabliau pour flûte à bec soprano et piano (3 min.) (2016). Flex éditions.

Ricercare et fughetta pour flûte à bec alto et piano ou clavecin (3 min.) (2008). Ed. Aug. Zurfluh

Remember pour flûte traversière et piano (4 min. 30 sec.) (2007). Ed. Pierre Lafitan

Scherzo pour flûte et piano (5 min.) (2010). Ed. Pierre Lafitan.

Charme pour flûte traversière et piano (1 min. 50 sec.) (2000). Ed. Pierre Lafitan

Max Méreaux et Lukas David
Max Méreaux en compagnie de Lukas David, en 1982
( Coll. Max Méreaux ) DR
Affiche-concert

Icône pour hautbois et piano (3 min. 30) (2000). Ed. Pierre Lafitan

Labyrinthe pour hautbois et piano (2 min. 7 sec.) (2006). Ed. Combre (Collection Yves Poucel)

Magic Rag pour clarinette et piano (3 min.) (2005). Ed. Pierre Lafitan

Sortilège pour clarinette et piano (3 min. 30 sec.) (1993). Ed. Pierre Lafitan

Amulette pour basson et piano (2 min. 20 sec.) (1995). Ed. Combre (Collection Daniel Neuranter)

Farniente pour basson et piano (2 min. 43. sec.) (2008). Ed. Fertile Plaine

Cantilène atlante pour saxophone alto et piano (2 min. 30 sec.) (1993). Ed. Jonaphil (Collection Simon Dubrulle)

Badinerie pour saxophone alto et piano (2 min. 50 sec.) (2004). Ed. Pierre Lafitan

A la fontaine de pierre pour saxophone et piano (2 min. 45 sec.) (2011). Ed. Armiane

Invention et fugue pour saxophone ténor et piano (3 min. 15 sec.) (2008). Ed. Fertile Plaine

Talisman pour cor en fa et piano (2 min. 13 sec.) (1993). Ed. Combre (Collection Michel Mériot)

Impromptu pour cor en fa et piano (5 min.) (2006). Ed. Combre (Collection Pascal Proust)

Romance et badinage pour cor en fa et piano (5 min.) (2012), Sempre più Editions.

Fantaisie, Choral et Fugue pour deux cors en fa (4 min. 30 sec.) (2008) Ed. Aug. Zurfluh

Incantation pour trompette et piano (1 min. 40 sec.) (1990). Ed. Gérard Billaudot (Collection Guy Touvron)

Au temps jadis pour trombone et piano (3 min. 20 sec.) (2008) Ed. Delatour-France (Collection Jérôme Naulais)

Kakémono pour trompette si bémol (ou ut) ou cornet et piano (2 min. 23 sec.) (2015). Sempre più éditions

Pastorale pour trombone et piano (3 min. 7 sec.) (2004). Ed. Armiane

Retrouvailles pour trombone et piano (2 min.) (2015). Sempre più editions.

Romance pour trombone et piano (3 min.) (2003). Ed. Aug. Zurfluh

Douce souvenance pour tuba et piano (3 min.) (2004) . Ed. Aug. Zurfluh

Nelumbo pour harpe à pédales (3 min. 50 sec.) (2015). Sempre più editions.

Escale pour harpe à pédales (3 min.) (2016). Flex éditions.

Le jardin où l’on s’attarde pour harpe à pédales (4 min. 20 sec.) (2002). Ed. Combre (Collection Daniel Douay)

Au gré du vent pour harpe à pédales (3 min.) (2003). Ed. Pierre Lafitan

Quatre pièces pour quatuor à cordes (8 min. 56 sec.) (2004). Ed. Gérard Billaudot (Collection Guy Comentale)

Rêverie pour violon et piano (3 min.) (2004). Ed. Pierre Lafitan

Malinconia pour alto et piano (4 min. 35 sec.) (2016). Ed. Pierre Lafitan.

Mini-partita pour alto seul (13 min.) (2008). Ed. Fertile Plaine

Dualitude pour violoncelle et piano (4 min. 35 sec.) (2003). Ed. Pierre Lafitan

Cantua pour violoncelle seul. Etude microtonale (4 min. 15 sec.) (2015). Ed. Fertile-Plaine

L’aube naissante pour orgue (3 min. 40 sec.) (2015). Ed. Pierre Lafitan.

Prophétie pour orgue (4 min. 10 sec.) (2017). Ed. Pierre Lafitan.

Le Blues à deux dés pour piano jazz (10 min.) Méthode facile et ludique pour composer le blues (2012) Ed. Fertile Plaine.

Oiseau de bon augure pour piano (1 min. 17 sec.) (2003) Ed. Pierre Lafitan.

Fugue à 2 voix pour piano ou orgue (2 min. 22 sec.) (2003). Ed. Pierre Lafitan

Prélude à 2 voix pour piano ou orgue (2 min. 36 sec.) (2003). Ed. Pierre Lafitan

Poussière d’étoile pour piano (2 min.) (2011). Ed. Armiane

Elixir pour xylophone et piano (2 min. 25 sec.) (2011) Ed. Armiane

Jogging pour caisse claire et piano (2 min. 12) (2010) Ed. Pierre Lafitan. 2e Cycle, 1e année (CMF commission batterie/jazz).

Sur l’autre rive pour caisse claire et piano (2 min. 28 sec. ) (2010) Ed. Pierre Lafitan. 1er Cycle, 3e année (CMF).

Tacking flight (L’envol) pour chorale à 2 voix égales, paroles anglaises et françaises de Cécile Nastorg
(2 min. 50 sec.) (1999). Ed. Delatour-France

Trois bohémiens pour chorale à 4 voix mixtes, paroles de Max Méreaux
(2 min. 30 sec.) (2007). Ed. Delatour-France

The lucky star (La bonne étoile) pour chorale à 2 voix égales et 2 flûtes à bec, paroles anglaises et françaises de Cécile Nastorg, (1 min. 28 sec.) (1999). Chantador n°11, Ed. Fuzeau.

Grandad (Grand-père) pour chorale à 2 voix égales et piano, paroles françaises et anglaises de Cécile Nastorg, (2 min. 18 sec.) (1999). Chantador n°11, Ed. Fuzeau.
Enregistrement sur CD au cours de l’année scolaire 2002-2003 par l’Ensemble vocal et instrumental du Collège Camille Desmoulins de Guise (02), sous la direction de Daniel Gosse.

M.M.
mars 2017


 
Concert Orchestre de Picardie

Affiche Pentacle, de Max Méreaux

Concert à Amiens, Clair-obscur de Max Méreaux

Concert à Cachan, oeuvres de Max Méreaux

 


Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© MUSICA ET MEMORIA

tumblr hit counter