Paris, Quai de Conti. La coupole de l'Institut de France. Composante de l'Institut,
l'Académie des Beaux-Arts fut en charge du Concours de Rome entre 1803 et 1968.
( Photo Michel Baron )


Nos listes seront peu à peu dotées de notices biographiques concernant tous les compositeurs lauréats du Prix de Rome.
Dès que possible, nous mettons en ligne des photographies et notes provisoires. Ces dernières seront remplacées par des textes plus développés.

Cette section étant en construction, les renseignements sur les musiciens non encore mis en ligne peuvent être obtenus directement auprès de la rédaction.

AVERTISSEMENTS CONCERNANT LES LISTES CHRONOLOGIQUES :
  • Dans la liste chronologique du menu de gauche, comme dans les notices des pages de décennies, les compositeurs ayant concouru à plusieurs reprises ne sont mentionnés qu'une seule fois : à l'année où ils ont obtenu la meilleure distinction.

  • Sous chaque millésime du menu de gauche, comme dans les notices des pages de décennies, les lauréats sont toujours placés dans l'ordre des nominations.

  • Pour plus de précisions historiques, nous vous proposons un tableau du palmarès complet donnant la liste détaillée de toutes les distinctions décernées chaque année.

  • Pour leur contribution initiale à cette compilation quand elle n'était qu'embryonnaire sur le site du cours d'écriture musicale de Michel Baron, mais alors seul exemplaire élaboré sur le Web, nous adressons nos remerciements à MM. André Côté (son site sur l'orgue), Hervé Lussiez (site sur les compositeurs du nord de la France, aujourd'hui disparu), Gérard Reyne, Germano Rossi (page des Prix de Rome sur le site de l'Université de Vérone).




    Ne pas oublier de consulter la liste des pensionnaires après 1971.


    Château de Compiègne
    Le château de Compiègne
    ( Photo site Les monuments de Compiègne )

    L'Académie de France à Rome, créée en 1666 à l’initiative conjuguée de Lebrun et de Colbert, a reçu depuis cette date les lauréats peintres, sculpteurs, graveurs, architectes et compositeurs. Jusqu'en 1968 l'Académie des Beaux-Arts, composante de l'Institut de France (photo ci-dessus) décernait les Prix de Rome.

    En composition musicale les candidats, qui devaient avoir moins de trente ans, se présentaient à des épreuves successives :
    Épreuve préliminaire: écrire une fugue.
    Concours d'essai: écrire une oeuvre pour choeur sur un texte imposé.
    Épreuve principale: écrire une cantate sur un texte imposé. Cette épreuve était une mise en loge qui, à certaines époques, a duré jusqu'à un mois.

    Au début du XXe siècle, à partir de 1903, les épreuves de mise en loge du concours de Rome se tenaient au château de Compiègne. Dans un passé plus récent, elles se sont déroulées au château de Fontainebleau.

    Château de Fontainebleau - Photo Michel Baron Château de Fontainebleau - Photo Michel Baron
    Le château de Fontainebleau
    ( Photos © Michel baron )

    Au début du concours, le Premier Grand Prix de Rome était invité à séjourner jusqu'à cinq années à Rome. On attendait de lui la production d'une oeuvre importante par an. À partir du début du XXe siècle, le premier lauréat séjournait deux ou trois ans à la Villa Médicis. Mais, selon les années, un second ou plusieurs Seconds Prix étaient décernés, le « premier Second Prix » bénéficiant d'un séjour de moindre durée à Rome.

    Si l'on se demande, outre le prestige attaché à cette distinction, quels étaient les attraits d'un tel séjour ou quels bénéfices les artistes pouvaient en retirer, on en trouvera réponse dans les textes de notre page À la Villa Médicis.

    Hector Berlioz, qui a réussi à obtenir non sans peine en 1830 un Premier Grand Prix, a le premier sérieusement critiqué le Prix de Rome, notamment en dénonçant la compétence du jury : sur 40 membres, seulement 5 musiciens ! Il s'en est longuement expliqué dans ses mémoires.

    À propos d'un passé moins lointain, on entend dire parfois que « Maurice Ravel n'a jamais obtenu le Prix de Rome ». C'est une demi-vérité qui contribue encore aujourd'hui à ancrer dans les esprits égalitaristes l'idée selon laquelle les épreuves intellectuelles ou les concours conduisent à des récompenses injustes, ou sont malsains par nature ( sauf dans le sport, naturellement car le sport c'est sérieux, comme chacun sait ).

    En fait, lors de multiples essais, Ravel a obtenu un « deuxième Second Prix » mais, sachant ce que sont les jurys, même quand ils ne sont pas académiques, s'indigner de cette place de troisième pour Ravel serait comme s'indigner aujourd'hui du second prix décerné à David Oistrakh au concours international Wieniawsky, en Pologne, alors que la jeune et talentueuse Ginette Neveu remportait le premier prix, perdant la vie peu après dans un accident d'avion.

    Ce qu'il faut surtout retenir, c'est que tous ces Prix de Rome sont des gens qui ont atteint un sommet dans la maîtrise de leur art. Qu'ils aient eu ensuite, ou non, une carrière fulgurante de compositeur, c'est tout à fait un autre sujet. C'est la raison pour laquelle cette section du site Musica et Memoria présente aussi bien les Premiers Grands Prix que tous les autres lauréats.

    L'ordre des distinctions décernées était : premier Premier Grand Prix, deuxième Premier Grand Prix, premier Second Grand Prix, deuxième Second Grand Prix et enfin, Mention. L'usage a remplacé ces formules un peu lourdes par simplement : Grand Prix (ou Premier Grand Prix) et second Grand Prix... De plus, à partir des années quarante, il semble qu'on ait pris l'habitude de ne plus décerner de deuxième Premier Grand Prix et de ne plus parler que de Grand Prix, premier Second Grand Prix et deuxième Second Grand Prix. À partir de 1960 la traditionnelle "Cantate" a été remplacée par un "Poème lyrique".

    À la suite de critiques diverses sur la tenue du concours, et peut-être aussi dans la foulée de l'esprit égalitariste de mai 1968, le concours de Rome a été supprimé, du moins dans la forme qu'il avait jusqu'alors. Depuis 1971, une commission désigne les " pensionnaires " qui sont admis au séjour à la Villa Medicis. L'Académie de France à Rome est à présent un établissement public national à caractère administratif doté de la personnalité civile et de l'autonomie financière, placé sous la tutelle, non plus de l'Académie des Beaux-Arts, mais du ministre des affaires culturelles. Du point de vue juridique, elle a son siège à la Villa Médicis.

    M.B. & D.H.M.


    Cliquez! Cliquez! Cliquez! Cliquez! Cliquez! Cliquez! Cliquez!
    Villa Médicis
    Une page de ce site consacrée à des clichés d'Adolfo Tomeucci, offerts à Thérèse Brenet. Avec son aimable autorisation.





    DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DES PENSIONNAIRES
    DE L’ACADEMIE DE FRANCE À ROME

    1666 – 1968
    (tous les 1er Grand Prix de Rome de peinture, sculpture, architecture,
    gravure et musique ayant séjourné à la Villa Médicis)

    par Annie et Gabriel Verger
    préface d'Eric de Chassey, directeur de l'Académie de France à Rome


    DESCRIPTION DE L’OUVRAGE
    3 volumes totalisant 1650 pages. Format : 16 x 24 cm.
    tirage limité à 600 exemplaires
    ISBN : 9782359680249
    date de publication : mai 2011
    Editions de l'Echelle de Jacob, 16 rue du Petit Potet, 21000 Dijon
    site Internet : www.echelledejacob.fr - courriel : pierresanchez@neuf.fr


    DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DES PENSIONNAIRES DE L’ACADEMIE DE FRANCE À ROME Dictionnaire biographique des pensionnaires de l'Académie de France à Rome: exemple de notice


    Préface

    Ce Dictionnaire biographique des pensionnaires de l'Académie de France à Rome, est un outil aussi utile que précieux. C'est la première fois en effet qu'est rassemblée en un seul ouvrage la liste des anciens pensionnaires avec des précisions historiques et biographiques d'une importance majeure.

    L'histoire de l'institution de l'Académie de France à Rome reste encore à écrire et il ne fait nul doute que l'ouvrage réalisé par Annie et Gabriel Verger constitue le point de départ d'une telle entreprise. Tout deux, en sociologues des pratiques artistiques, étudient maintenant depuis plusieurs années cette école d'un genre particulier. Mais pour en définir les contours, les articulations, les enjeux, il fallait offrir aux chercheurs un instrument de référence : le principe d'un dictionnaire biographique des peintres, sculpteurs, graveurs, compositeurs et architectes ayant séjourné à l'Académie de France à Rome, de sa création en 1666 à la suppression du Grand Prix de Rome en 1968.

    Une étude d'autant plus primordiale que l'histoire de l'art est cruelle : elle fait inévitablement le tri entre les artistes qui ont marqué une époque et ceux qui n'ont pas tenu leurs promesses. D'un côté, elle recense, analyse, attribue, commente, exploite ; de l'autre, elle oblitère manifestement les insuccès. Et les diverses listes de pensionnaires en témoignent. Établies à Paris par les secrétaires de l'Académie royale de peinture et de sculpture ; ratifiées à Rome par les Directeurs, elles ont, au demeurant, été expertisées par les archivistes du XIXe siècle. Ces documents mettent crûment en évidence la disparité des destins. Bien qu'il s'agisse d'une population de lauréats - tous majors de leur promotion - on constate qu'au retour en France les fortunes sont inégales : certains artistes occupent aujourd'hui les cimaises des plus grands musées alors que d'autres - en réalité la majeure partie - sont totalement absents des dictionnaires.

    Le répertoire des pensionnaires de l'Académie de France à Rome n'a pas pour vocation de réhabiliter des artistes méconnus ni d'accroître la réputation des plus grands, mais bien de fournir au lecteur des informations précises et détaillées sur tous ceux qui, sans distinction, ont fréquenté l'Académie de France à Rome, soit au total 1262 pensionnaires. La recherche systématique de l'identité des lauréats à partir de la consultation des actes d'état civil, le suivi de leur formation recueillie dans les registres scolaires, le tracé de leurs activités pendant leur séjour à Rome (voyages et envois de travaux à l'Académie des Beaux-Arts), la restitution de l'évolution de la carrière des Grands Prix de Rome, est au principe même de cette entreprise. Elle a également pour objet la mise en évidence des positions sociales et des réseaux d'interdépendances qui lient les pensionnaires les uns aux autres.

    L'étude d'une institution qui fonctionne depuis plus de trois siècles, nourrit en parallèle l'histoire des mentalités. Au XVIIe siècle, les pensionnaires étaient convoités par les cours européennes qui les invitaient à construire des palais, à fonder des Académies... L'État n'investissait donc pas en pure perte dans la formation de ses élèves puisque ceux-ci agissaient, par la suite, en ambassadeurs de l'art français à l'étranger. En revanche, l'émergence de courants novateurs à la fin du XIXe siècle a fragilisé un système jusque-là incontesté. Les étudiants qui avaient choisi la voie royale, autrement dit, la formation académique couronnée par le Grand Prix de Rome, ont été peu à peu supplantés par des artistes indépendants. La stigmatisation de cette élite a, en quelque sorte, différé l'intérêt scientifique accordé, notamment, par les historiens, à d'autres élites républicaines.

    Ce dictionnaire veut ainsi porter au jour les principes permanents qui sous-tendent l'institution : la durabilité, la recherche au-delà des modes, la pérennité de ses structures qui ont résisté à des transformations historiques majeures (la Révolution, les événements de mai 68) et perdurent encore aujourd'hui.

    Eric de Chassey
    Directeur de l'Académie
    de France à Rome   




    Navigation dans les pages des prix de Rome
    Relancer la section des Prix de Rome en version cadresDe 1803 à 1809
     


    Relancer la page d'accueil du site MUSICA ET MEMORIA

    Droits de reproduction et de diffusion réservés
    © MUSICA ET MEMORIA

    tumblr hit counter